LE NOUVEAU: BART NIEUWKOOP

Avec le titre de champion acquis dès la mi-mars, l'Union Saint-Gilloise avait le temps de voir venir pour préparer son grand retour au sommet du football belge. Et les dirigeants bruxellois n'ont pas traîné: dès le 30 avril, un premier transfert était annoncé en la personne du Néerlandais Bart Nieuwkoop, qui a rejoint gratuitement la Butte pour y parapher un bail de trois ans.
...

Avec le titre de champion acquis dès la mi-mars, l'Union Saint-Gilloise avait le temps de voir venir pour préparer son grand retour au sommet du football belge. Et les dirigeants bruxellois n'ont pas traîné: dès le 30 avril, un premier transfert était annoncé en la personne du Néerlandais Bart Nieuwkoop, qui a rejoint gratuitement la Butte pour y parapher un bail de trois ans. Formé dans les catégories d'âge de Feyenoord, cet arrière droit de 25 ans y a fait ses débuts dès 2015 sous les ordres de l'ancien Barcelonais Giovanni van Bronckhorst. D'abord utilisé avec parcimonie, le natif de Berg-op-Zoom, non loin de la frontière belge, a ensuite été aligné une dizaine de fois dès la saison 2016-2017 et a même fait ses grands débuts européens face à Manchester United en Europa League. Feyenoord étant sacré champion, cet ancien international chez les jeunes (22 sélections et un but entre les U17 et les U20) a pu goûter à la Champions League dès l'exercice suivant en étant titulaire à trois reprises lors de la phase de poules. Si le début de l'histoire est belle, Nieuwkoop n'est jamais réellement parvenu à faire son trou au Kuip, où il n'a jamais débuté plus de dix rencontres en championnat jusqu'à la saison dernière. Après avoir ajouté un nouveau titre à son palmarès avec la Coupe des Pays-Bas 2019, il a été prêté l'espace d'une saison à Willem II, avant de revenir à Rotterdam honorer sa dernière année de contrat sous Dick Advocaat, l'éphémère ex-coach des Diables rouges. Freiné par un claquage tendineux, il a toutefois encore disputé 19 rencontres avant de faire ses adieux à Feyenoord. Toujours blessé en début de préparation, il a fallu attendre les derniers matches amicaux pour le voir faire ses premiers pas dans l'équipe de Felice Mazzù, où il entrera en concurrence avec Guillaume François, l'un des autres rares éléments du noyau unioniste à avoir déjà connu la D1. 1 Interview reportée Teddy Teuma a vécu une drôle de mésaventure durant la préparation. Sa voiture a été fracturée et sa sacoche contenant ses papiers a été volée. De quoi causer quelques soucis administratifs... et reporter notre interview (voir p. 26) de cinq jours. 2 Gazon maudit Les supporters unionistes se réjouissaient de retrouver le stade Joseph Marien pour l'amical face à Valenciennes (1-1), ils ont finalement dû se contenter du terrain du Tempo Overijse. En cause, des fuites détectées dans le système de chauffage de la pelouse nécessitant des travaux supplémentaires. 3 Match annulé Début juillet, l'Union était supposée affronter La Gantoise en amical. Il n'en a finalement rien été. Vaccinés la veille, plusieurs joueurs souffraient d'effets secondaires. Depuis, tout est heureusement rentré dans l'ordre. Contrairement à Alex Cochrane et Charlie Brown, les deux jeunes Anglais de la saison dernière, prêtés respectivement par Chelsea et Brighton, les deux recrues venues d'outre-Manche lors de ce mercato arrivent pour de bon dans la capitale, puisqu'elles y ont paraphé un contrat de trois ans. Outre Marcel Lewis, un milieu offensif de 19 ans débarqué gratuitement de Chelsea, l'Union est ainsi parvenue à attirer le très convoité Matthew Sorinola. D'origine nigériane, ce Londonien de vingt ans est issu de l'académie de Fulham, mais a dû quitter la capitale britannique pour effectuer ses débuts professionnels au MK Dons, pensionnaire de League One, la D3 anglaise. Titulaire la saison dernière à l'arrière gauche, il arrivait en fin de contrat et avait charmé les recruteurs de clubs tels que le Celtic ou les Rangers, mais a décidé de relever le challenge de l'Union. Séduisant durant la préparation, ce pur droitier apporte énormément de percussion offensive, mais est encore perfectible défensivement.