La suspicion dont est victime La Louvière en ce moment (et le président Filippo Gaone en particulier) me poussent à la réflexion suivante.
...

La suspicion dont est victime La Louvière en ce moment (et le président Filippo Gaone en particulier) me poussent à la réflexion suivante. Que cherche-t-on véritablement en Belgique ? A casser les petits clubs, wallons de préférence ? Après la tentative de déstabilisation menée par l'Antwerp à l'encontre de Charleroi (les soupçons de corruption ont été relayés jusque sur CNN ; a-t-on réclamé des dommages et intérêts au club anversois depuis lors ?) et sans parler des man£uvres judiciaires à l'égard du Standard (là, l'Union Belge n'y est pour rien), voilà que l'on s'attaque maintenant à La Louvière, proie facile s'il en est et qui dérange probablement au nord du pays, où l'on préfère sans doute voir Zulte-Waregem et Beringen-Heusden-Zolder (voilà des clubs qui attirent les foules...) remplacer les Hennuyers en D1 (quatre clubs de cette province, c'est évidemment mal vu par certains). Au lieu de laisser l'opprobre se déverser impunément sur l'un de ses clubs ou de suspecter un autre de falsification de la compétition (concernant La Louvière, n'est-ce pas pire d'aligner 11 titulaires peu motivés que de faire jouer 11 jeunes affamés ?), l'Union Belge ferait mieux de regarder dans son assiette. Cinq ans pour enfin voir un début de concrétisation des bénéfices engendrés par l'EURO 2000 (centre national à Tubize), c'est long... Ne pas avertir Peter Van der Heyden qu'il compte déjà deux cartes jaunes sous le maillot des Diables Rouges, cela s'appelle une faute grave de la part de la Commission technique... Au lieu de s'éparpiller, l'Union Belge ferait mieux de s'attaquer à des problèmes plus cruciaux comme les taux d'imposition différents selon la nationalité des joueurs, ou prendre des mesures afin d'empêcher de nouvelles situations à la Beveren de voir le jour (une fois l'effet de curiosité passé, qu'est-ce que cela rapporte à notre football ?). Charleroi et La Louvière, malgré leurs joueurs français, ont au moins sorti Grégory Dufer et Silvio Proto pour les amener jusqu'en équipe nationale. A force de chercher des noises aux dirigeants de clubs, la Fédération va décourager les gens de s'investir dans le foot. A quand des Michel Preud'homme, des Marc Degryse ou des Marc Wilmots, des personnalités fortes et qui possèdent un vrai bon sens, à la tête de l'Union Belge ? Jean-François Corman, Couvin