Lundi 5 juillet, midi.

Anderlecht est parmi les derniers à entamer la préparation de la nouvelle saison. Les tests physiques et médicaux sont terminés et l'entraîneur a le champ libre. Les supporters découvrent avec intérêt les deux nouveaux visages du Parc Astrid. Mbo Mpenza, qui salue une poignée de collègues de l'équipe nationale et prend immédiatement place à la table de Pär Zetterberg, ainsi que le Français Fabrice Ehret, qui donne ses premières interviews. A l'agenda : le matin entraînement avec ballon, l'après-midi séance de jogging. Nenad Jestrovic salue ses partenaires puis repart pour jouer avec la Serbie. Un supporter, fan de heavy metal et organisateur de concerts, se charge de mettre toute l'équipe du Sporting sur la liste d'invités pour son festival à Lokeren. Il apprend la nouvelle destination de Jestrogol : le Japon.
...

Anderlecht est parmi les derniers à entamer la préparation de la nouvelle saison. Les tests physiques et médicaux sont terminés et l'entraîneur a le champ libre. Les supporters découvrent avec intérêt les deux nouveaux visages du Parc Astrid. Mbo Mpenza, qui salue une poignée de collègues de l'équipe nationale et prend immédiatement place à la table de Pär Zetterberg, ainsi que le Français Fabrice Ehret, qui donne ses premières interviews. A l'agenda : le matin entraînement avec ballon, l'après-midi séance de jogging. Nenad Jestrovic salue ses partenaires puis repart pour jouer avec la Serbie. Un supporter, fan de heavy metal et organisateur de concerts, se charge de mettre toute l'équipe du Sporting sur la liste d'invités pour son festival à Lokeren. Il apprend la nouvelle destination de Jestrogol : le Japon. " Mais je suis de retour dans une bonne semaine ", rassure Jestrovic, son éternel clin d'£il clôturant son propos. Un transfert, Nenad ? Clin d'£il ! Nous verrons bien dans un peu plus d'une semaine mais jusqu'à preuve du contraire, Jestrovic est toujours en mauve. A partir du 14 juillet, il sera à l'entraînement avec le groupe. Pas de transfert non plus pour Walter Baseggio, qui ne semble pas s'en soucier : " J'ai un bon contrat et je me plais ici. Pas de problème ". Les absents suscitent plus de commentaires. ArunaDindane rejoindra le groupe le 12, ChristianWilhelmsson le 15 et il faudra attendre le 7 août pour voir débarquer Ki Hyeon Seol. Martin Kolar est à Bruxelles, mais le médian se remet d'une blessure au genou. D'ici au stage d'été, qui débute le 18 juillet, le gros des troupes devrait être à pied d'£uvre. Les choses sérieuses commenceront alors, avec notamment des matches amicaux prévus contre Lyon, le champion de France, et contre les Londoniens de West Ham. Jacky Munaron apprend que ce déplacement ne durera qu'une journée : départ le matin, match l'après-midi et retour le soir même. Pas de sortie londonienne prévue... Marc Hendrikx figure aussi parmi les joueurs présents la première semaine. Les journaux l'associent à Roda JC parce qu'il est le seul placé par Hugo Broos sur la liste des joueurs qui peuvent partir : " Je cherche aussi une solution et si les trois parties y gagnent, je collabore. Si on ne trouve pas une solution cet été, j'attendrai jusqu'à la nouvelle année J'aborde cette préparation avec le sentiment que je vais vivre une bonne remise en condition. Pour le moment, je suis à Anderlecht. Cela ne m'ennuie pas, c'est la réalité et je m'en accommode. Sportivement je n'ai pas de craintes, le club peut m'utiliser à plusieurs postes, mais en réalité je suis encore sous contrat pendant un an et le club cherche dès lors des solutions ". Première rencontre de préparation. Wolvertem a l'honneur d'ouvrir le bal mauve cette saison, aux dépens du FC Grimbergen de Michel Verschueren. Mister Michel est également présent en Brabant flamand et le speaker du stade annonce même qu'il dédicacera sa biographie à la cafétéria du stade à la mi-temps. Les dieux du ciel sont avec les joueurs. Un orage éclate quelques heures avant le coup d'envoi mais lorsque les acteurs montent sur la pelouse gorgée d'eau, un rayon de soleil les accueille. Wolvertem joue à la grecque et depuis l'EURO tout le monde sait ce que ça veut dire... Le premier goal de la saison est à mettre à l'actif de Mbo Mpenza. Il a beaucoup discuté à midi avec Zetterberg : " Pär me sert de guide, il connaît la maison comme sa poche et me donne des conseils. Pour le reste, je n'ai pas beaucoup de commentaires à donner. Je suis satisfait d'être ici. C'est un choix qui, je l'espère, me permettra d'avancer dans ma carrière et de rendre de beaux services au club. Je n'ai pas peur de la concurrence, sinon je serais resté à Mouscron. Là, j'étais sûr de ma place. Mais à 27 ans, on ne peut pas s'en contenter si l'on a de l'ambition. C'est un autre style ici, une autre pression, remporter le titre est un must. Pour l'instant je suis attaquant, à défaut de partenaires à ce poste, mais une fois tout le monde revenu, la concurrence sera rude. Une saison est longue, des joueurs se blessent, des joueurs fatiguent, certains partiront peut-être, etc. A gauche, à droite, devant : il y a assez de places où je pourrai m'intégrer. L'avantage de cette équipe est que les joueurs se connaissent bien et ce n'est pas grave si la période de préparation apparaît comme un peu chaotique. Nous nous trouverons très rapidement sur le terrain et moi aussi je défendrai ma place ". Mbo estime que la préparation est rude mais bien dosée. " Mon frère Emile m'a dit qu'à Hambourg, ils ont trois séances par jour. Nous n'en avons que deux ". L'équipe de base du cru 2004-2005 contre Wolvertem est la suivante et confirme la tendance de la fin de saison passée : Peersman û Zewlakov, Kompany, Tihinen, Deschacht û Lovre, Hasi, Baseggio, Ehret û Iachtchouk, Mpenza. Remplacements au repos : Deman pour Kompany et Gerk pour Mpenza. Le reste du noyau regarde depuis la tribune. Broos a sa façon bien à lui d'aborder les matches de préparation. Comme il n'apprécie pas de faire tourner un effectif de 30 joueurs à chaque match, il opte pour 14 ou 15 garçons par match et aligne une équipe tout à fait différente le match suivant. De cette manière, tous les joueurs ont l'occasion de disputer les rencontres sur un bon rythme, surtout que le jour du match, ceux qui ne jouent pas ont deux entraînements. Ceux qui sont alignés ne doivent suivre qu'une seule séance. Les fans suivent surtout des yeux l'unique inconnu au bataillon, le médian gauche français Fabrice Ehret. Il bénéficie d'une occasion mais tire au-dessus. A sa touche de balle suivante, le ballon lui échappe après un faux bond. Rumeurs sur le banc de touche, quelques regards qui en disent long. On ne lui accorde décidément pas beaucoup de crédit. Mais à la 25e minute, son débordement fait mouche et Mbo peut dévier le cuir dans les buts, au premier poteau. Quelques minutes après, Ehret sort du terrain, boitillant et est remplacé par Hendrikx. Mardi, le Français s'était contracturé la cuisse, il ne ressentait plus rien mercredi mais le mal est apparemment revenu. Avec sa taille (1m84), Ehret apparaît comme encore un peu lent et manque de rythme. Un souci de plus en perspective pour Broos, vu la convalescence de Kolar. Avec Hendrikx dans l'équipe, le jeu s'accélère. Après le repos, Wolvertem égalise et juste avant la fin de la rencontre, Gerk scelle le score : 1-2. Autre Anderlechtois méritant : Goran Lovre. Problème : il dispute au mois d'août les Jeux Olympiques avec la sélection serbe. De bonne volonté, Lovre a proposé à son pays et à son club le deal suivant : il disputerait tous les matches de son équipe nationale à Athènes et prendrait l'avion pour s'entraîner et disputer les matches avec le Sporting. Selon le joueur, l'entraîneur serbe est d'accord. Mais il en va tout autrement pour Broos :" Est-il fou ? C'est un rythme de titans, avec cette chaleur à Athènes, tous ces voyages en avion, etc. S'il fait cela, on le retrouvera à l'infirmerie fin août. Lovre doit choisir : les J.O. avec son pays ou le club. Je suis curieux de voir si le coach serbe serait vraiment d'accord avec la proposition de Goran au cas où la Serbie irait loin aux Jeux ". La pluie continue à arroser cette première semaine. Le Tchèque Daniel Zitka se prépare pour son premier match, le lendemain à Knokke. En professionnel, Zitka s'est tenu pendant ses congés au programme d'entraînement individuel concocté par le staff anderlechtois. Courir, des exercices de musculation, etc. Il y a ajouté du beach volley et du tennis. Il a à peine suivi l'EURO, sauf les matches de la Tchéquie. Il a même raté la demi-finale perdue par les siens. " J'étais en voiture, sur le chemin du retour des vacances ". Sujet brûlant : Tristan Peersman et Daniel Zitka se remémorent le discours d'Hugo Broos en mai. Il avait dit que la préparation serait déterminante dans le choix du gardien titulaire. Zitka entama la saison dernière à ce poste mais Peersman signa un très bon deuxième tour, qui l'amena directement en équipe nationale, avec notamment un gros match à Eindhoven face aux Pays-Bas. Peersman : " Je trouverais étrange, vu mes prestations et ma place chez les Diables, de ne pas entrer en ligne de compte comme gardien titulaire ". Une allusion à la non-sélection de Zitka dans le noyau tchèque lors du récent Euro portugais ? D'un côté nous avons un Peersman très flegmatique, qui ne se met absolument pas la pression, de l'autre un Zitka maniaque des entraînements qui compense une moindre classe par énormément de travail, tout en étant parfois victime de la pression. Peersman : " Tout le monde sait à quoi s'attendre. La préparation marquera les choix de l'entraîneur. Donc je me concentre là-dessus. Nerveux ? Non, si je m'entraîne comme il se doit, j'aurai le sentiment d'avoir fait tout ce qu'il fallait. Ce ne sera pas ma faute si on ne me choisit pas comme titulaire ". La saison passée, Zitka a défendu les buts bruxellois pendant la bonne période, alors que Peersman s'est distingué lorsque les Mauves avaient plus de mal à imposer leurs vues. Zitka : " Tristan peut dire ce que bon lui semble. Moi aussi. Tristan a en effet eu plus de boulot au second tour. D'un autre côté, durant notre période faste, nous n'avons jamais été mis sous pression mais le danger provenait des contres. Et je pense m'en être bien sorti dans ces situations. Charleroi a eu une occasion et je les ai empêchés de marquer. Genk en eut plusieurs, j'ai tout stoppé. Je pense avoir tenu ma place quand il le fallait. J'ai mon propre style, j'essaie d'éviter le danger, de capter les ballons en profondeur de l'adversaire. Anticiper est important car nous sommes sur la moitié de terrain de l'adversaire durant 80 % d'un match. On sent que la concurrence est plus exacerbée que l'an dernier. Tristan voit les choses différemment, mais nous nous parlons toujours, comme avant. Si ma préparation se déroule bien, je serai prêt mentalement. Je vais toujours jusqu'à la dernière limite, je suis un travailleur et je ne vais pas changer ma manière de voir les choses. Nerveux, moi ? Absolument pas. Pas maintenant. Est-ce la saga de l'été ?" Cela lui fait-il penser au duel avec Filip De Wilde, en son temps ? Zitka nuance :" Avec Filip il était clair, dès la préparation, qu'il serait le numéro un. Il faut savoir l'accepter ou alors partir, parce que si on ne soutient pas celui qui est le n°1, cela ne peut que causer des problèmes au groupe. A l'époque, je l'ai accepté sans broncher ". Et aujourd'hui ? " Ecoutez, la préparation vient de débuter, je ne vais pas faire de commentaires hâtifs mais plutôt attendre la décision de Broos. Je ne vais pas lâcher des grands mots tels que - Je suis Zitka et je dois jouer. Je ne suis pas comme ça. J'estime que j'ai mes chances, Tristan aussi, mais je ne le crie pas sur tous les toits. Je dors bien, je ne me réveille que lorsque ma fille veut voir son papa, très tôt, à six heures du matin ! Je suis en forme et prêt pour la compétition, c'est aussi simple que cela ". Knokke-Anderlecht se termine par un 0-9 bien tassé. Anderlecht débute la rencontre avec le onze suivant : Zitka û Vanden Borre, Deman, Tihinen, Zewlakow û Junior, Vanderhaeghe, Zetterberg, Hendrikx û Mbo Mpenza, Gerk. (Remplacements : 46' Mbo par Iachtchouk, Tihinen par Hasi et Zewlakov par Baseggio. 55' Guerk par Deschacht. )Zetterberg marque trois fois, dont deux penalties. Oleg Iachtchouk réussit lui aussi trois roses et les autres buteurs ont pour noms Hendrikx, AnatoliGerk et... Olivier Deschacht, qui marque son premier but en équipe A au Sporting. Pas de Vincent Kompany à la Côte, il souffre de l'aine. Ainsi, Mark Deman en bénéficie au niveau des minutes de jeu et Besnik Hasi prend même place en défense centrale où Glen De Boeck est toujours absent. Et pour cause : il souffre à nouveau du genou. De Boeck fut touché le 22 février à Westerlo. Il se déchira le ligament croisé avant et le médian du genou gauche et utilise les mois d'été pour sa revalidation. Il en a fait trop, apparemment, puisqu'il est de nouveau passé " à travers " de son articulation lors d'un jogging avec le groupe. Il va s'adonner à un programme plus calme dans les semaines qui viennent : alterner entraînements avec ballon un jour, course le lendemain, etc. De cette manière, l'Anversois espère participer au stage et, qui sait, disputer une rencontre en fin de préparation. Conclusion après une semaine : tout le monde travaille de manière décontractée pour préparer un mois d'août très important. Pour l'instant, sans trop de pression, mais vu la richesse du noyau, la situation pourrait très rapidement évoluer. Peter T'Kint" JE N'AI PAS PEUR DE LA CONCURRENCE, sinon je serais resté à Mouscron " (Mbo Mpenza)