Roger Lemerre, six fois international français, a entamé sa carrière de sélectionneur par l'équipe militaire, avec laquelle il a été champion du monde en 1995. Il est ensuite devenu champion du monde 1998 en tant qu'adjoint d' Aimé Jacquet et a gagné le championnat d'Europe 2000. Ensuite, il a été éliminé au premier tour du Mondial asiatique.
...

Roger Lemerre, six fois international français, a entamé sa carrière de sélectionneur par l'équipe militaire, avec laquelle il a été champion du monde en 1995. Il est ensuite devenu champion du monde 1998 en tant qu'adjoint d' Aimé Jacquet et a gagné le championnat d'Europe 2000. Ensuite, il a été éliminé au premier tour du Mondial asiatique. La débâcle. Il a obtenu le soutien de son cercle d'amis, dont fait partie Zacharie Noah, le père de l'ancien tennisman Yannick Noah. Lemerre a joué avec lui à l'US Sedan-Torcy dans les années 60. Depuis, les deux hommes sont tellement liés qu'il a même baptisé son fils Zacharie. Noah lui avait répété que ce n'était pas lui qui avait failli mais que l'équipe était trop faible... En vain. Cette élimination précoce avait aussi mis le président de la fédération, Claude Simonet, en difficulté. Il lui devenait impossible de tenir sa promesse verbale de conserver Lemerre jusqu'à l'EURO portugais. Par principe, Lemerre n'a pas voulu mettre fin lui-même à leur collaboration. Son limogeage, assorti de la promesse de l'employer quelque part dans le staff technique, a rendu le coach malade. Alors qu'il travaillait pour la fédération depuis 1986, il a rompu les ponts avec presque tout le monde et émigré en Tunisie pour rétablir son honneur. Avant d'accepter ce poste en 2002, il a cependant téléphoné à son collègue et compatriote Henri Michel, qui y avait quitté le navire après cinq mois, déçu. " La galère ", avait résumé Michel pour décrire ses problèmes en Tunisie. " Cela intervient de tous les côtés ". Mais Michel pensait justement qu'avec un nouveau président et l'organisation imminente de la Coupe d'Afrique, la Tunisie allait tout mettre en £uvre pour que son équipe travaille en toute sérénité. C'est ainsi que la Tunisie a gagné la Coupe d'Afrique 2004 sous la direction de Lemerre, qui avait entraîné l'Espérance Tunis. " Je me sens privilégié en Tunisie ", commente celui qui est le seul à avoir remporté un championnat des nations sur deux continents différents, soit l'EURO et la CAN. Son expérience en France a permis à Lemerre de faire appel à de jeunes talents tels que Yahia, Namouchi et Benachour, qui se sont produits en équipes d'âge pour la France mais ont opté ensuite pour la Tunisie, convaincus par le sélectionneur. On doit y voir une revanche sur la France : depuis ce fameux limogeage, Lemerre est mû par la rancune.