La première journée du nouveau championnat a donné l'impression d'une reprise à deux vitesses. Ce qui peut sembler paradoxal, alors que la nouvelle formule est destinée à donner, à terme, plus de possibilités à tous les clubs d'exploiter leur chance à fond... Mais si certains clubs se sont montrés prêts à reprendre le collier, d'autres sont passés à côté de leur sujet. Anderlecht ou Gand est bel et bien dans le premier cas, tandis que Genk est nettement dans le second. Un niveau plus bas, Mouscron s'est illustré, alors que Charleroi a souffert. Les Hurlus se sont montrés très efficaces tandis que les Zèbres ont eu du mal à maîtriser leurs nerfs.
...

La première journée du nouveau championnat a donné l'impression d'une reprise à deux vitesses. Ce qui peut sembler paradoxal, alors que la nouvelle formule est destinée à donner, à terme, plus de possibilités à tous les clubs d'exploiter leur chance à fond... Mais si certains clubs se sont montrés prêts à reprendre le collier, d'autres sont passés à côté de leur sujet. Anderlecht ou Gand est bel et bien dans le premier cas, tandis que Genk est nettement dans le second. Un niveau plus bas, Mouscron s'est illustré, alors que Charleroi a souffert. Les Hurlus se sont montrés très efficaces tandis que les Zèbres ont eu du mal à maîtriser leurs nerfs. Les débuts de championnat sont toujours particuliers. On a tendance à distribuer des bulletins sur base d'un match, mais quelle mauvaise idée ! Comme l'est aussi le fait de se dire que tout finit toujours par se tasser. La culture de la gagne ne tolère aucun dérapage. Et si la nouvelle formule du championnat peut donner l'impression de pardonner un peu plus les hésitations coupables, la note sera de toute manière toujours présentée en fin de parcours. Ce n'est pas parce qu'on divisera les points par deux qu'un demi-échec ne sera pas douloureux... Ce week-end, ceux qui ont un peu pédalé dans la choucroute, qu'ils soient faibles ou puissants, ont parfois donné l'impression d'être distraits. Ou de trouver certaines justifications à leurs errements dans le fait que le mercato ne soit pas encore terminé... Le résultat du choc des deux champions en titre, Standard-Saint-Trond, aurait pu symboliser la différence d'état de préparation. Mais ce serait une idée trompeuse. On ne rate pas deux penalties en fin de match ! La volonté de bien faire d' AxelWitsel s'est retournée contre lui en se transformant en choc frontal. Mais qu'il ne change pas : c'est fabuleux de toujours vouloir prendre ses responsabilités à son âge et c'est au coach (ou au capitaine) à lui donner le feu vert ou pas. De toute manière, on sait ce que réservent les penalties : quand on les marque, c'est normal ; quand on les rate, c'est un drame. De héros à zéro, quoi ! Accroche-toi Axel, c'est déjà arrivé à des méga-stars. Cette semaine, nous vous présentons avec plaisir la création d'une nouvelle rubrique Les 5 bons plans de Marc (voir pages 176 et 177). Marc Degryse, une légende du foot belge, s'investit énormément désormais dans le journalisme depuis qu'il a mis fin à son mandat de directeur technique au Club Bruges. Il travaille régulièrement pour un quotidien et une TV néerlandophones. Une telle reconversion de la part d'un Diable Rouge émérite, c'est du jamais vu. On note, bien sûr, des présences d'anciens excellents joueurs comme consultants, mais aucun n'en fait son activité principale. Outre le temps qu'il consacre au journalisme, Degryse possède l'avantage de ne jamais être superficiel. Comme joueur, il allait au bout des choses sur le terrain et aussi en dehors dans les rapports qu'il avait avec ses entraîneurs ou la presse. Parfois sans concession, Degryse a toujours eu l'habitude de faire les choses à fond et c'est ce qui a plu à Sport/Foot Magazine dans son approche du journalisme. Son implication garantit une absence totale de superficialité. Et son passé de joueur de haut niveau apporte une inégalable plus-value. Dans les semaines qui viennent, Sport/Foot Magazine vous présentera d'autres nouveautés, surtout dans ses rubriques. Cela se fera progressivement car, comme pour une équipe, il est vain de vouloir tout changer en même temps. Votre hebdo aura terminé son remaniement dans le premier numéro de septembre. l PAR JOHN BAETE"Marc Degryse, qui s'investit énormément dans le journalisme, a désormais sa rubrique chez nous !"