FernandoTorres n'était jamais parvenu à inscrire un but face au Real Madrid. Samedi, il a vaincu le signe indien. Mais cela n'a pas suffi pour offrir les trois points à l'Atletico, qui dominait pourtant son sujet en début de match. Simplement le point du partage, mais c'est mieux que précédemment. Car la visite du prestigieux voisin au stade Vicente Calderon ne réussit pas aux Colchoneros. Ces quatre dernières saisons, ils avaient à chaque fois subi de lourdes défaites : 0-3, 0-3, 1-2 et 0-4.
...

FernandoTorres n'était jamais parvenu à inscrire un but face au Real Madrid. Samedi, il a vaincu le signe indien. Mais cela n'a pas suffi pour offrir les trois points à l'Atletico, qui dominait pourtant son sujet en début de match. Simplement le point du partage, mais c'est mieux que précédemment. Car la visite du prestigieux voisin au stade Vicente Calderon ne réussit pas aux Colchoneros. Ces quatre dernières saisons, ils avaient à chaque fois subi de lourdes défaites : 0-3, 0-3, 1-2 et 0-4. Fernando Torres est la figure emblématique de l'Atletico : né le 20 mars 1984 à Madrid, il a réalisé toute sa carrière avec le maillot rouge et blanc sur les épaules. Il dispute déjà sa septième saison en équipe Première et porte le brassard de capitaine, alors qu'il n'a pas encore 22 ans. Dès le départ, l'Atletico savait qu'il tenait une future vedette dans ses rangs : avec 176 buts en 148 matches dans les catégories d'âge, il planait au-dessus du lot. Un buteur comme Raul, à cette différence que Torres est resté fidèle à ses couleurs. Il n'a pas l'intention de partir, même si l'Atletico n'est pas européen. " L'idée de ne pas être européen ne m'a pas encore effleuré l'esprit. J'ai encore trois années de contrat et j'entends rester chez moi ". Pourtant, il est sollicité. " J'ai eu la chance de disputer une bonne Coupe du Monde, ce qui a suscité l'intérêt de beaucoup d'équipes. J'en suis fier. Certains ont évoqué l'intérêt de Manchester United, mais le club anglais ne m'a jamais contacté directement. De toute façon, je ne tiens pas spécialement à quitter l'Espagne ". Certains pensent qu'il aboutira au FC Barcelone. Une déduction liée à son admiration pour AndrésIniesta. " Je l'ai côtoyé en équipe nationale des -15 ans. C'est un phénomène. Bientôt, il sera l'un des meilleurs joueurs du monde. Il a la chance d'évoluer aux côtés de Xavi et de Deco, qui lui apprennent beaucoup. J'aimerais rejouer à ses côtés. Chaque fois que je le retrouve en équipe nationale, on en parle. Et Andrés semble aussi enthousiaste que moi en évoquant cette idée. De là à dire que mon prochain club sera le FC Barcelone, il y a de la marge ". ASIER DEL HORNO a intégré le groupe de Valence pour la première fois depuis son transfert de Chelsea. Il avait été opéré du tendon d'Achille en début de saison. Ruben Baraja effectuait aussi son retour après blessure. ROBERTO CARLOS devait prolonger jusqu'en 2008. Le 20 novembre, le Real Madrid avait même annoncé que c'était fait. Mais, trois mois plus tard, le contrat n'est toujours pas signé. Certains soupçonnent des clubs turcs d'être entrés dans la danse. Guti, dont la prolongation de contrat jusqu'en 2010 avait également été annoncée, à la même date, a bel et bien apposé son paraphe 15 jours plus tard. ANTONIO CASSANO est revenu en grâce auprès de FabioCapello. L'Italien a remercié son entraîneur en étant à la base du but égalisateur à l'Atletico. SAMUEL ETO'O était dans la tribune lors du match face à Liverpool. " Je n'étais pas encore prêt ", a-t-il expliqué. Par contre, il était de retour dans le groupe le week-end passé. Au contraire de Rafael Marquez, laissé au repos. RONALDINHO suivrait-il le (mauvais) exemple de Ronaldo ? La presse espagnole a relevé des... bourrelets de graisse lorsqu'il a ôté son maillot et en a fait grand cas. " Une illusion d'optique ", relativise Frank Rijkaard. OSASUNA a disputé dimanche passé, face à l'Espanyol, son 1000e match de D1. VILLARREAL a décidé de s'inscrire en Intertoto. DANIEL DEVOS