COACH WALTER MEEUWS

Nous conservons le même problème : un manque d'efficacité devant le but. Cela nous a déjà joué des tours. Pour ne citer que lui, donnez-nous FrançoisSterchele et nous avons quatre ou cinq unités de plus. Nous n'avons pas les moyens d'enrôler des joueurs à la faveur de la trêve hivernale. Je crains donc que nous ne traînions ce problème jusqu'à la fin de la saison.
...

Nous conservons le même problème : un manque d'efficacité devant le but. Cela nous a déjà joué des tours. Pour ne citer que lui, donnez-nous FrançoisSterchele et nous avons quatre ou cinq unités de plus. Nous n'avons pas les moyens d'enrôler des joueurs à la faveur de la trêve hivernale. Je crains donc que nous ne traînions ce problème jusqu'à la fin de la saison. Les points positifs ? Notre victoire contre Gand, le nul contre Anderlecht, le bon match face au Standard, cependant plus efficace que nous. Nous avons remporté, à domicile, les matches qu'il fallait, face à nos concurrents directs. Nous avons signé une victoire importante au Lierse et fait ce que nous avions à faire. Nous avons pris douze points sur 24 au Freethiel. C'est là que nous devons prendre des points car en déplacement, nous n'avons pas été bons. Le début a été pénible : zéro sur neuf. Nous n'étions pas prêts. Les Ivoiriens sont revenus fin juin en Belgique et le championnat a repris une semaine plus tôt que d'habitude. Je redoutais qu'une préparation de cinq semaines ne soit trop courte, d'autant que nous avions changé de cap en optant pour un mélange de Blancs et d'Africains. Cinq ou six des nouveaux sont régulièrement alignés. Nous avons d'abord continué à jouer comme la saison passée mais une tactique plus prudente en défense ne vous a pas permis de gagner des points, au contraire. Nous manquions d'efficacité derrière et devant, nous n'amenions rien, nous marquions encore plus difficilement que maintenant. L'arrivée de Karel Snoeckx a équilibré l'équipe. A partir du match contre Charleroi, nous avons procédé en 4-4-2 et cela nous a mieux réussi. Le danger de rétrogradation est sans doute moindre grâce à la faiblesse du Lierse mais sept à huit équipes entreront en compte pour le tour final. Nous en faisons partie. On l'avait prédit en début de saison. Le tout est de rester au-dessus de cette ligne. Le calendrier nous réserve quelques matches passionnants à domicile : nos quatre derniers rendez-vous au Freethiel nous opposent à des clubs qui sont actuellement dans nos parages. JOUEURS UTILISÉS : Arunina (6), Badjan (14), Bozic (7), Buskiewicz (12), Copa (17), De Munter (2), Diabis (5), Dissa (14), Gervinho (13) Joseph-Augustin (16), Kaiper (4), Lardenoit (8), Macquet (17), Mahan (16), Ouattara (2), Seka-Affessi (15), Snoeckx (12), Theunis (17), Tokpa (3), Vanhoyweghen (16), Verhulst (1), Zito (10). BUTEURS : Badjan (1), Dissa (4), Gervinho (3), Joseph-Augustin (1), Mahan (2), Seka-Affessi (1), Snoeckx (2), Vanhoyweghen (1). ASSISTS : Arunina (1), De Munter (1), Dissa (1), Gervinho (1), Macquet (3), Mahan (3), Snoeckx (1). CARTES JAUNES : 37 CARTES ROUGES : 3 PENALTIES : 2 pour (1), 1 contre (1). CORNERS :57 pour, 96 contre. FAUTES : 228 commises, 327 subies. Il est plus performant cette saison. Il est régulier à un niveau élevé. Le gardien a des réflexes brillants et comme la plupart de ses collègues en Belgique, il est meilleur sur sa ligne que sur les hauts ballons. Une voix dans le vestiaire, d'autant que le fait d'être numéro un en Côte d'Ivoire lui confère un certain prestige. Le nouvel attaquant polonais. A Mons, il a eu le but égalisateur au bout du pied mais il a raté son envoi. Cela illustre parfaitement son premier tour. Il est lent et techniquement faible. Depuis deux ans, il change d'équipe tous les six mois. On comprend pourquoi. PETER T'KINT