Le STVV a entamé la compétition par quatre nuls et une défaite. Il a atteint la trêve avec un trois sur douze. Entre ces deux périodes, les Trudonnaires ont développé un bon football, ils ont gagné régulièrement des points et ont intégré le top six. Pendant un mois, de début novembre à début décembre, les Limbourgeois ont même été brillants. Ils ont successivement balayé Zulte Waregem, Eupen, Anderlecht et l'Antwerp, avec un goal-average impressionnant de 13-5.
...

Le STVV a entamé la compétition par quatre nuls et une défaite. Il a atteint la trêve avec un trois sur douze. Entre ces deux périodes, les Trudonnaires ont développé un bon football, ils ont gagné régulièrement des points et ont intégré le top six. Pendant un mois, de début novembre à début décembre, les Limbourgeois ont même été brillants. Ils ont successivement balayé Zulte Waregem, Eupen, Anderlecht et l'Antwerp, avec un goal-average impressionnant de 13-5. À ce moment-là, les PO1 semblaient vraiment à la portée des Limbourgeois mais leur passage à vide en début d'hiver a réduit leur avance sur leurs poursuivants, Gand, Charleroi et Courtrai. À neuf journées de la fin de la phase classique, le STVV va devoir faire un sérieux effort pour rester dans le top six. Saint-Trond n'a concédé que quatre revers en 21 matches. Seul Genk fait mieux. Les hommes de Marc Brys réalisent donc une saison solide. Le 1-1 arraché à la Luminus Arena face à un Genk dominant constitue le match de référence. Saint-Trond s'en est bien tiré, Malinovskyi ayant heurté à plusieurs reprises le cadre, mais ce jour-là, Brys avait conçu un plan tactique qui avait empêché Genk de plonger dans le rectangle. Ce n'était pas le premier coup de maître de Brys et de son staff. Avancer Kamada en attaque, poster le frêle petit Ghanéen Asamoah dans l'entrejeu défensif, reconvertir le capitaine Botaka en ailier... Ce ne sont là que quelques-unes des idées intéressantes de l'entraîneur. Celui-ci peut se targuer de résultats suffisants pour justifier le statut de réserves de joueurs comme Kotysch, De Petter et Legear, qui ont très peu joué ces derniers mois. Sur le plan offensif, Brys n'a pas encore trouvé la bonne formule. Malgré les buts de Kamada, Bezus et Boli, Saint-Trond occuperait une place encore plus honorable au classement s'il faisait preuve de plus de sang-froid devant le but adverse. Ce manque d'efficacité de l'attaque est toutefois compensé par la qualité du compartiment défensif. La dernière ligne, formée par Steppe, un gardien sobre, la révélation Tomiyasu, le chevronné Texeira et l'Espagnol Garcia, nouveau, forme un bastion imprenable. Seuls Genk, le Club Bruges et le Standard ont encaissé encore moins de buts. Seule tache à ce joli parcours, la campagne de transferts ratée en été. Il n'est pas sûr que Gladon, Nazon, Sankhon, Sekine, Koike, Mmaee, De Bruyn et Thallyson soient aptes à jouer un rôle significatif au Stayen. Le STVV ne se plaindra pas d'avoir transféré Daichi Kamada de l'Eintracht Francfort lors de l'ultime journée des transferts estivaux. Kamada, qui est en fait un médian offensif, a loupé les six premières journées du championnat mais il a fait trembler les filets à dix reprises lors des quinze matches suivants. Il a marqué contre l'Antwerp et les trois grands, le Club Bruges, Anderlecht et le Standard. Brys peut s'estimer heureux que son Japonais n'ait pas été sélectionné pour la Coupe d'Asie et qu'il pourra donc se focaliser pleinement sur ses tâches chez les Canaris.