lE coach FRANKIE VERCAUTEREN

On nous demandait deux choses : la Ligue des Champions et le titre. Nous avons joué la première. Chacun est libre de ses commentaires mais je suis réaliste : nous en avons retiré ce que nous pouvions, compte tenu de la qualité de l'opposition. Nous luttons pour le titre. Je suis donc positif. Nos deux défaites ne me posent pas de problème. En revanche, cinq matches nuls, c'est trop. Nous n'avons pas pris autant de points que nous aurions pu.
...

On nous demandait deux choses : la Ligue des Champions et le titre. Nous avons joué la première. Chacun est libre de ses commentaires mais je suis réaliste : nous en avons retiré ce que nous pouvions, compte tenu de la qualité de l'opposition. Nous luttons pour le titre. Je suis donc positif. Nos deux défaites ne me posent pas de problème. En revanche, cinq matches nuls, c'est trop. Nous n'avons pas pris autant de points que nous aurions pu. Nous avons la meilleure attaque. Jusqu'au match au Standard, nous avions la deuxième meilleure défense. C'est éloquent car la manière et les chiffres sont quand même liés. A domicile, nous avons parfois assuré le spectacle et nous travaillons pour le faire en déplacement aussi. Nous avons connu des hauts et des bas. Les causes en sont multiples. Il y a la surcharge physique mais aussi cette question : avons-nous toujours eu la même force mentale, sportivement et en privé ? Je l'ignore. L'organisation pendant les matches n'a pas toujours été constante non plus : parfois 45 minutes très mauvaises et 45 très bonnes, parfois 89 bonnes et puis une ou deux erreurs. A quoi est-ce dû ? A un défaut de communication, de concentration. Quand on recherche la perfection, il y a toujours du travail. Technique, tactique, physique, mental. Des joueurs qui n'ont pas vraiment le niveau peuvent être essentiels car ils assurent l'équilibre de l'équipe et permettent à d'autres de faire la différence. Quand on a trop de joueurs capricieux, on s'expose aux problèmes. Il faut trouver un équilibre. Je vis partiellement avec l'héritage du passé, puisqu'il y a des contrats de trois, quatre ou cinq ans. Quand on enrôle six ou sept joueurs, il est logique qu'ils ne jouent pas tous d'emblée, s'il y a peu de départs, comme c'est notre cas cette saison. Un transfert ne doit pas nécessairement être immédiatement rentable. Je sais que nous avons encore du pain sur la planche, que nous pouvons mieux faire. Je reste affûté et ambitieux. lUne perle rare dans un ensemble qui compte peu d'éléments susceptibles de rehausser son niveau. On lui reproche parfois d'être égoïste mais il a souvent renversé des matches et assuré le spectacle, surtout à domicile. Il a une meilleure vista. Il est davantage l'homme des assists que buteur. Souvent sur le banc, il s'est distingué par une série d'incidents. Il est resté assis pendant l'échauffement, contre le Club Bruges, et sa première action lui a valu une carte jaune (plus une amende du club). Et contre Liverpool, il a écopé de la carte rouge pour propos racistes (suspendu par l'UEFA)JOUEURS UTILISéS : Akin (12), Allagui (1), Baseggio (10), De Man (15), Delorge (10), Deschacht (17), Ehret (2), Goor (16), Hasi (2), Iachtchouk (4), Jestrovic (13), Juhasz (5), Kompany (10), Mitu (1), Mpenza (16), Proto (14), Pujol (4), Tihinen (15), Traore (3), Vanden Borre (13), Vanderhaeghe (13), Wilhelmsson (16), Zetterberg (14), Zewlakow (15), Zitka (4). BUTEURS : Akin (7), Baseggio (2), Goor (1), Jestrovic (8), Kompany (1), Mitu (1), Mpenza (10), Tihinen (3), Vanden Borre (2), Wilhelmsson (3), Zetterberg (2). CARTES JAUNES : 19 CARTES ROUGES : 1 PENALTIES : 3 pour (3), 2 contre (2). CORNERS : 79 pour, 62 contre. FAUTES : 271 commises, 312 subies. JAN HAUSPIE" QUAND ON RECHERCHE LA PERFECTION, IL Y A TOUJOURS DU TRAVAIL. TECHNIQUE, TACTIQUE, PHYSIQUE, MENTAL "