Après le six sur 36 de Peter Maes, Arnar Vidarsson a assuré l'intérim et a arraché un point inespéré à Anderlecht (1-1). Le tacticien Trond Sollied aurait déjà disposé ses pions en la circonstance mais a ensuite été confronté à la dure réalité : son équipe a énormément de mal à gagner. Elle n'y est parvenue que deux fois en huit matches sous sa direction, contre Eupen et le STVV. Il faut y ajouter un nul 2-2 contre Gand, Lokeren ayant galvaudé son avantage de deux buts en fin de partie. Sollied a donc dû se contenter d'un maigre sept sur 24 et de la dernière place fin décembre.

Le président Roger Lambrecht veut éviter coûte que coûte cette dernière place. Sollied a résumé les choses avec philosophie : " Le dernier pas vers la victoire revient pour nous à escalader l'Himalaya. " Lokeren n'a jamais été balayé, il n'encaisse pas énormément de buts car sa défense est solide, grâce au gardien Ortwin De Wolf et au duo central JakovFilipovic-Olivier Deschacht. Les meilleurs buteurs ? C'est éloquent : Marko Miric et Mehdi Terki. Le flanc droit a dépanné en pointe, Anton Saroka et Dorde Jovanovic manquant de qualités.

Sollied a inculqué des trajectoires de course et des automatismes à ses joueurs, qui se sont créé plus d'occasions lors des dernières semaines. Lokeren ne manque ni d'engagement, ni de bonne volonté, ni d'énergie mais avec 19 buts en 21 matches, il a la deuxième plus mauvaise attaque de la division. Seul Mouscron est encore moins prolifique avec seize buts pour. Il n'a que trois points d'avance sur Lokeren. L'espoir fait vivre.

Après le six sur 36 de Peter Maes, Arnar Vidarsson a assuré l'intérim et a arraché un point inespéré à Anderlecht (1-1). Le tacticien Trond Sollied aurait déjà disposé ses pions en la circonstance mais a ensuite été confronté à la dure réalité : son équipe a énormément de mal à gagner. Elle n'y est parvenue que deux fois en huit matches sous sa direction, contre Eupen et le STVV. Il faut y ajouter un nul 2-2 contre Gand, Lokeren ayant galvaudé son avantage de deux buts en fin de partie. Sollied a donc dû se contenter d'un maigre sept sur 24 et de la dernière place fin décembre. Le président Roger Lambrecht veut éviter coûte que coûte cette dernière place. Sollied a résumé les choses avec philosophie : " Le dernier pas vers la victoire revient pour nous à escalader l'Himalaya. " Lokeren n'a jamais été balayé, il n'encaisse pas énormément de buts car sa défense est solide, grâce au gardien Ortwin De Wolf et au duo central JakovFilipovic-Olivier Deschacht. Les meilleurs buteurs ? C'est éloquent : Marko Miric et Mehdi Terki. Le flanc droit a dépanné en pointe, Anton Saroka et Dorde Jovanovic manquant de qualités. Sollied a inculqué des trajectoires de course et des automatismes à ses joueurs, qui se sont créé plus d'occasions lors des dernières semaines. Lokeren ne manque ni d'engagement, ni de bonne volonté, ni d'énergie mais avec 19 buts en 21 matches, il a la deuxième plus mauvaise attaque de la division. Seul Mouscron est encore moins prolifique avec seize buts pour. Il n'a que trois points d'avance sur Lokeren. L'espoir fait vivre.