Les sommes mentionnées dans cet article ne sont pas précises. Les parties impliquées dans un transfert n'ont pas intérêt à communiquer à la presse les montants exacts. Malgré tout, il est intéressant de passer en revue les rentrées en transfert que Genk a publiées ces dernières années : elles fournissent des indications précieuses.
...

Les sommes mentionnées dans cet article ne sont pas précises. Les parties impliquées dans un transfert n'ont pas intérêt à communiquer à la presse les montants exacts. Malgré tout, il est intéressant de passer en revue les rentrées en transfert que Genk a publiées ces dernières années : elles fournissent des indications précieuses. En juillet 2011, le Racing vend Thibaut Courtois à Chelsea. Dirk Degraen, alors directeur général du club limbourgeois, annonce que le montant du transfert du gardien s'élève à neuf millions d'euros. Le transfert est d'autant plus juteux que Courtois est un produit du cru et que Genk n'a jamais dû verser d'indemnité pour lui. En outre, il n'a été gardien numéro un qu'une seule saison, sans percevoir de salaire exorbitant. Il a quand même aidé le club à remporter le titre et le billet assorti pour la lucrative Champions League. Par-dessus le marché, Genk passe encore à la caisse à chaque futur transfert international de Courtois, sous la forme d'une indemnité de formation.Fin janvier 2012, nouveau jackpot pour Genk : après Courtois, c'est Kevin De Bruyne qui met le cap sur Chelsea. On cite la somme de huit millions d'euros pour son transfert, mais le montant peut être plus élevé, jusqu'à 9,6 millions, grâce aux primes versées quand De Bruyne joue en équipe-fanion. En outre, le Racing obtient également une indemnité de formation lors des transferts internationaux du joueur. Ça arrive une première fois en 2014, quand il rejoint Wolfsburg : Genk perçoit environ 650.000 euros. En 2015, quand De Bruyne rallie Manchester City, les Limbourgeois reçoivent deux millions d'euros supplémentaires.Durant l'été 2012, l'attaquant Christian Benteke signe pour Aston Villa, un transfert qui rapporte dix millions d'euros, selon les rumeurs. C'est la deuxième fois que Benteke quitte Genk : il y avait déjà joué de 16 à 18 ans. Donc, dans ce dossier aussi, Genk perçoit des indemnités lors de transferts internationaux. C'est une autre belle histoire financière pour Genk, qui avait transféré Benteke du Standard pour une somme estimée entre 1 et 1,2 million. La marge bénéficiaire est donc large. En plus, Genk fait insérer une clause qui stipule qu'il percevra 15 % de la plus-value en cas de revente du footballeur. Conséquence : en 2015, quand Aston Villa vend Benteke à Liverpool, Genk encaisse 5,43 millions d'euros.Le médian Sergej Milinkovic-Savic ne se produit que depuis un an au KRC Genk quand il enlève le Mondial U20 avec la Serbie et éveille ainsi l'intérêt de scouts de renom. Il s'ensuit un deal de dix millions avec la Lazio, auquel s'ajoute une somme de deux millions grâce aux primes liées à la Ligue des Champions et au nombre de sélections de Milinkovic-Savic à la Lazio. Genk obtient également un pourcentage sur la revente du footballeur et le profit est une fois de plus conséquent car en 2014, Genk n'avait même pas versé un million pour l'achat du joueur, réalisé sous l'impulsion du directeur sportif Gunter Jacob, grillé entre-temps.Un dernier joli coup de Dirk Degraen, avant qu'il ne quitte son poste : à la mi-2014, le défenseur central Kalidou Koulibaly signe à Naples, pour une somme estimée à huit millions d'euros. Le club limbourgeois a enrôlé Koulibaly en 2012 pour 1,3 million. Genk impose à Naples le versement d'une prime de 750.000 euros si Koulibaly et son nouvel employeur se qualifient pour la Champions League, ce qui se produit l'été dernier.En automne 2011, Genk laisse partir son avant Marvin Ogunjimi à Majorque. D'après les journaux, le transfert rapporte 2,4 millions. Ogunjimi a rallié l'école des jeunes de Genk à l'âge de seize ans. En 2015, en début de saison, Genk vend très cher Kara Mbodj, un défenseur central. Le Sénégalais signe à Anderlecht pour un montant de 4,5 millions, d'après les quotidiens. Le Racing a de nouveau le vertige car en 2013, Jacob avait engagé le joueur pour 1,6 million seulement. Outre quelques primes, Genk obtient à nouveau un pourcentage au cas où Anderlecht revendrait l'arrière.Cet été, rebelote : Genk vend à nouveau un défenseur central pour un montant colossal, le troisième en trois saisons. Cette fois, il s'agit de Christian Kabasele, que Jacob, encore lui, a repéré à l'AS Eupen en 2014. Kabasele était alors libre et gratuit, ce qui agrandit encore la marge bénéficiaire de Genk. Watford verse huit millions d'euros, une somme qui peut aller jusqu'à dix millions avec les bonifications.Quand Jelle Vossen quitte Genk pour Burnley, en juin 2015, on parle d'un transfert de 3,5 millions d'euros. Le départ de l'attaquant est profitable car il se produisait pour le club depuis l'âge de douze ans. Cet automne, Genk bat tous ses records avec la vente du médian Wilfred Ndidi à Leicester City. Le transfert ne peut pas s'effectuer avant janvier mais la transaction rapporte 17,7 millions d'euros (15 millions de livres). Cette fois encore, diverses primes peuvent faire monter le gain des Limbourgeois de plusieurs millions. PAR KRISTOF DE RYCK - PHOTOS BELGAIMAGE