Patrick Asselman : "Mise à part la victoire du GBA contre Beveren et dans un autre registre, celle de La Gantoise face à Genk qui avait manifesté un regain de forme ces dernières semaines, tous les autres résultats de cette 21e journée auront donné lieu à des surprises, voire des demi-surprises.
...

Patrick Asselman : "Mise à part la victoire du GBA contre Beveren et dans un autre registre, celle de La Gantoise face à Genk qui avait manifesté un regain de forme ces dernières semaines, tous les autres résultats de cette 21e journée auront donné lieu à des surprises, voire des demi-surprises. Au rayon des authentiques performances, je pointerai en premier lieu le succès enregistré par l'Antwerp au Standard. Il est d'autant plus significatif que les Rouches n'avaient pas encore concédé la moindre défaite depuis l'arrivée de Preud'homme. En outre, les hommes de Sclessin avaient la possibilité de se rapprocher davantage encore de l'Europe puisque, sur le papier, la concurrence devait s'attendre en toute logique à des batailles plus rudes. Dès lors, ce n'est pas un mince mérite, pour les Anversois, d'avoir ramené la totalité de l'enjeu de ce déplacement. S'il faut adresser un coup de chapeau, pour cette performance-là, c'est assurément au coach des troupes du Bosuil, Regi Van Acker. Et peut-être bien à ses dirigeants aussi, qui sait? Car il est bon de se souvenir qu'en tout début de saison, ce même Antwerp filait du très mauvais coton. A un moment donné, je craignais même que son retour parmi l'élite serait de courte durée. Regi Van Acker n'a cependant jamais paniqué, au même titre que le président Eddy Wauters d'ailleurs. A raison, manifestement, car il faudrait réellement une catastrophe, à présent, pour que les joueurs de la Métropole fassent la culbute. Dans un même ordre d'idées, je suis d'avis qu' Emilio Ferrera a droit aux mêmes louanges. Ce n'était sûrement pas une sinécure, pour lui, de mener Beveren là où il se trouve actuellement, compte tenu des péripéties extra-sportives qui ont émaillé ce club. Il va sans dire que St-Trond a réalisé la bonne affaire du week-end en s'imposant à Malines. La semaine prochaine, les Canaris aborderont le dernier volet de leur tryptique, chez eux, contre Alost. Pour conserver l'espoir, ils se doivent évidemment de l'emporter. D'autant plus que leurs rivaux directs n'auront pas la part belle : La Louvière doit effectivement se rendre à l'Antwerp, tandis que Malines est appelé à se mesurer à Westerlo au Kuipje. Quant à Harelbeke, il devra disputer un derby contre La Gantoise. Soit autant de matches où toutes ces équipes risquent de perdre des unités précieuses.Dans le haut du panier, Anderlecht peut s'estimer verni d'avoir gardé son avance sur Bruges alors qu'il avait une rencontre plus difficile à négocier. Ce n'est peut-être que partie remise puisque les joueurs de Trond Sollied, manifestement plus à l'aise à l'extérieur que devant leurs sympathisants, pourraient profiter, à Beveren, d'un éventuel faux-pas d'Anderlecht contre le Standard. Car le Sporting n'est pas au mieux de sa forme. Quant à l'équipe liégeoise, elle voudra mettre un point d'honneur à rattraper le gaspi face à l'Antwerp. Dans la lutte pour l'UEFA, ce qui semblait exclu voici plusieurs semaines n'en est pas moins devenu réalité à présent : le retour au premier plan du GBA, qui fait plus que jamais honneur, cette saison, à sa réputation d'équipe du deuxième tour. Avec trois points de moins que le Standard, les footballeurs de Franky Van der Elst peuvent se remettre à rêver. Et peut-être feront-ils un premier pas dans la bonne direction, dès ce mercredi soir, en Coupe de Belgique, contre Westerlo. Malgré leur défaite à l'aller, sur la marque de 1-2, je crois que rien n'est joué. Le GBA ne l'a-t-il d'ailleurs pas prouvé en allant s'imposer récemment 1-2 au Kuipje en championnat?" (B.Govers)