On écoute toujours Simone Biles. Évidemment, elle est la meilleure gymnaste de tous les temps et ça aide. Mais son message est tout aussi important que son statut. Elle n'est pas une poupée qui rame avec le courant, par opportunisme, mais une jeune femme sûre d'elle-même, qui n'hésite pas à remettre à leur place ses patrons, comme Mary Bono en a fait l'expérience. L'année passée, cette ancienne membre républicaine du congrès n'était président intérimaire et CEO d'USA Gymnastics que depuis quatre jours quand elle a fustigé dans un tweet le fait que Nike sponsorise Colin Kaepernick, le quarterback qui...