En demi-finale de l'Euro, les Espoirs de Jean-François de Sart ont enregistré leur première défaite contre la Serbie (0-2), après 15 matches sans revers. Tout le monde reste avec un goût de trop peu en bouche car la Belgique a plus que rivalisé avec la Serbie et on peut regretter le manque d'efficacité offensive affiché par nos Diablotins. L'équipe a pêché aussi par un manque de rigueur défensive sur le premier but inscrit sur un coup franc excentré à 35 bons mètres du but.
...

En demi-finale de l'Euro, les Espoirs de Jean-François de Sart ont enregistré leur première défaite contre la Serbie (0-2), après 15 matches sans revers. Tout le monde reste avec un goût de trop peu en bouche car la Belgique a plus que rivalisé avec la Serbie et on peut regretter le manque d'efficacité offensive affiché par nos Diablotins. L'équipe a pêché aussi par un manque de rigueur défensive sur le premier but inscrit sur un coup franc excentré à 35 bons mètres du but. La ligne arrière est bien placée à la limite du grand rectangle au moment du coup franc mais comme souvent sur ce type de phase, les joueurs sont attirés vers le but beaucoup trop tôt et sont déjà 4-5 m à l'intérieur des 16 m et se rapprochent ainsi de LoganBailly ; on peut d'ailleurs se demander s'ils l'empêchent ainsi d'intervenir. Le fait de partir au tout dernier moment, une fraction de seconde avant le botté, aurait placé les Serbes en position de hors-jeu. Maintenant, si personne ne touche le ballon et que celui-ci va directement dans le but, l'arbitre aurait pu ne pas sanctionner cette position illicite. La présence d'un moins grand nombre de joueurs devant le but de Bailly aurait permis au gardien d'intervenir plus facilement et l'arbitre aurait pu estimer que la présence exclusive de joueurs serbes était en mesure d'influencer l'intervention du dernier rempart belge. La Belgique a évolué comme dans tous les matches de cette compétition dans un 4-5-1 avec à la place de ThomasVermaelen comme gaucher en position de défenseur central droit, JanVertonghen, un autre gaucher qui était suspendu contre la Hollande. Au milieu du terrain, JonathanBlondel a glissé vers l'axe pour suppléer Vertonghen devant la défense, à charge pour TomDeMul d'occuper le flanc gauche de l'entrejeu. L'incertitude pour problèmes physiques du capitaine MaartenMartens a libéré une place pour FarisHaroun qui, d'après les statistiques, a arpenté le plus grand nombre de kilomètres durant ce match (12). En possession de balle, le médian de Genk s'est retrouvé la plupart du temps derrière Marouane Fellaini. L'apport du Standardman en zone offensive a contraint Blondel à se montrer encore plus agressif que d'habitude en perte de balle. Mais pourquoi le coach est-il resté avec un seul attaquant pendant la totalité du match et a-t-il introduit Martens à 4 minutes de la fin ? Bosko Jankovic essaie de s'infiltrer sur le flanc droit mais NicolasLombaerts effectue une excellente intervention en tacle avant de relancer dans les pieds de Blondel. Ce dernier cherche KevinMirallas, qui décroche parfaitement. L'attaquant de pointe s'appuie sur Haroun qui, tout comme Fellaini sur cette phase, exploite ses qualités d'infiltreur. Faris sert Marouane qui, surgissant de la deuxième ligne, se retrouve seul face à DamirKahriman. Le gardien serbe gagne son duel en repoussant le ballon. par étienne delangre