COACH KJETIL REKDAL

Aurais-je accepté ce job si j'avais vu le Lierse à l'£uvre au préalable ? C'est un défi très difficile qui peut aussi m'apprendre énormément. Je sais que jamais je n'aurais repris une autre formation qui m'eût été étrangère si elle n'avait compté que deux points à ce stade de la compétition.
...

Aurais-je accepté ce job si j'avais vu le Lierse à l'£uvre au préalable ? C'est un défi très difficile qui peut aussi m'apprendre énormément. Je sais que jamais je n'aurais repris une autre formation qui m'eût été étrangère si elle n'avait compté que deux points à ce stade de la compétition. Le Lierse a moins de talent que la plupart des autres pensionnaires de D1. Lors des premiers entraînements, j'ai remarqué que beaucoup de joueurs n'y croyaient plus. Il fallait les éliminer. Je ne travaille pas avec des poids morts. Chacun a eu l'occasion de me convaincre de sa valeur. Je n'ai pas besoin de ceux qui n'y parviennent pas. D'ailleurs, le noyau est encore trop large : avant d'acquérir des joueurs, d'autres doivent partir. Cela n'implique pas que je vais écarter les jeunes. Mon contrat expire en juin mais le Lierse doit continuer à vivre. S'il dépense trop d'argent en transferts et qu'il est rétrogradé, il pourra fermer boutique. Contre Mouscron, j'ai titularisé trois éléments de 18 ans. C'est un gars de cet âge qui a égalisé. Le nombre de renforts dépendra des moyens du club. Je veux des footballeurs qui sont frustrés parce qu'ils ne jouent pas dans un grand club, qui reviennent de blessure ou qui osent relever un défi de six mois pour se mettre en évidence. Puisque nous ne débordons pas de talent, la qualité de l'ambiance et l'organisation sur le terrain sont encore plus essentielles. Pour appliquer mon football, les joueurs doivent être en parfaite condition. Je veux un jeu offensif, agressif. Je veux voir les joueurs courir et prendre des initiatives. Ce groupe ne peut se permettre de construire tranquillement le jeu depuis la défense. Lors de mes premiers matches, j'ai repris à peu près les mêmes joueurs dans un système inchangé. Quand on a vingt footballeurs de haut niveau et que seule la forme du jour différencie, on peut changer de joueurs et de système à chaque match. Le Lierse n'a pas ces joueurs de haut niveau. Nous devons donc être meilleurs que l'adversaire pour avoir une chance de gagner. Si nous sommes au niveau du Brussels, du Cercle ou de St-Trond, nous ne nous imposerons pas . JOUEURS UTILISÉS : Andic (15), Blessing (8), Buyens (14), De Corte (8), De Witte (10), Develer (10), Eberle (5), Elberkani (7), Ernandes (7), Ingrao (4), Jarju (15), Jatta (11), Mamouni (11), Mampuya (10), Mujanovic (14), Muslin (10), Nnaji (6), Peeters (6), Snelders (15), Vaesen (11), Van der Jeugt (6), Van der Zyl (8), Vandenbroeck (13), Verheyen (7). BUTEURS : Andic (2), Develer (1), Ernandes (1), Jarju (2), Jatta (1), Peeters (1), Snelders (2). ASSISTS : Andic (1), Buyens (1), Ingrao (1), Jarju (1), Muslin (1). CARTES JAUNES : 32 CARTES ROUGES : 2 PENALTIES, 2 pour (2), 2 contre (0). CORNERS :72 pour, 91 contre. FAUTES : 339 commises, 271 subies. Aucun joueur n'a atteint un bon niveau tout au long du premier tour. Yoni Buyens a toujours donné l'impression de pouvoir faire mieux que ce qu'il montrait mais son engagement, son entêtement et sa vista ont séduit les ob-servateurs. Il peut devenir un des meilleurs jeunes Belges du championnat. La saison précédente, il était menaçant sur le flanc droit, qu'il parcourait inlassablement. Mujanovic a joué un rôle de premier plan dans le maintien. Cette année, c'est comme s'il avait oublié son football. Non seulement il a disparu de l'équipe, il a aussi quitté le club. GEERT FOUTRÉ