W out van Aert va entamer la nouvelle saison au sein d'une équipe plus costaude que jamais. Le Campinois s'est préparé de façon extrêmement minutieuse. Il s'est imposé un volume d'entraînement XXL et a délaissé juste à temps les rendez-vous de cyclo-cross. Il y a quelques semaines, le monde du cyclisme dans son ensemble a été ébahi quand il a annoncé qu'il ne se rendrait pas aux championnats du monde aux États-Unis. Mais il n'y avait finalement rien de plus logique. L'an dernier, il a plus d'une fois manqué d'un peu de jus dans des grandes classiques, comme au Tour des Flandres, parce que sa campagne dans les labourés avait été trop longue et éreintante. Cette fois, il n'a plus voulu prendre le risque de perturber sa saison sur route. Quelques anciens pros ne comprennent pas sa décision. Simp...

W out van Aert va entamer la nouvelle saison au sein d'une équipe plus costaude que jamais. Le Campinois s'est préparé de façon extrêmement minutieuse. Il s'est imposé un volume d'entraînement XXL et a délaissé juste à temps les rendez-vous de cyclo-cross. Il y a quelques semaines, le monde du cyclisme dans son ensemble a été ébahi quand il a annoncé qu'il ne se rendrait pas aux championnats du monde aux États-Unis. Mais il n'y avait finalement rien de plus logique. L'an dernier, il a plus d'une fois manqué d'un peu de jus dans des grandes classiques, comme au Tour des Flandres, parce que sa campagne dans les labourés avait été trop longue et éreintante. Cette fois, il n'a plus voulu prendre le risque de perturber sa saison sur route. Quelques anciens pros ne comprennent pas sa décision. Simplement, ils ne sont plus dans le coup... Parce que le cyclisme a évolué. Wout van Aert est parfaitement bien dans sa tête. Ce n'était pas nécessairement le cas il y a un an, quand la naissance de son fils l'avait quelque peu perturbé. On a aujourd'hui le sentiment qu'il est plus fort que jamais. Et son équipe compte encore plus d'atouts majeurs. Il sera aidé par des coureurs comme Tiesj Benoot, efficace sur tous les terrains, et par le sprinteur français Christophe Laporte. Van Aert est focus sur les deux grands monuments de la première partie de la saison, le Tour des Flandres et Paris-Roubaix. Deux semaines sépareront ces courses, c'est une première. Vu l'injection de qualité dans les rangs de Jumbo-Visma, on s'attend à ce que ça fasse des étincelles, au printemps, entre cette équipe et Quick-Step. Le team de Patrick Lefevere n'a aucun homme du niveau de Wout van Aert, mais possède plusieurs leaders, à commencer par le Danois Kasper Asgreen. Plus tard dans le calendrier, il faudra évidemment compter avec Remco Evenepoel qui donnera la priorité aux courses à étapes et fait du Tour d'Espagne son principal objectif. Evenepoel a connu un hiver sans aucun souci particulier et il doit maintenant veiller à ne plus se laisser emporter par ses émotions. Cette année, les classiques seront à coup sûr différentes de celles de 2021 vu qu'on s'interroge beaucoup sur l'état de forme de Mathieu van der Poel. Avec son sens aigu de l'attaque, il dynamitait un paquet de courses. Son absence éventuelle pourrait nous valoir des classiques plus tactiques, même si ça ne correspond pas nécessairement à l'état d'esprit de Wout van Aert. Les grands débuts de Tadej Pogacar dans le Tour des Flandres seront intéressants à suivre également. Avec son explosivité et ses qualités techniques, il a sans aucun doute le potentiel pour y jouer un rôle en vue. Du côté de Lotto Soudal, on attaque une saison de tous les dangers. Cette équipe ne figure plus qu'au vingtième rang du classement mondial et risque donc de se retrouver hors du WorldTour. Lotto misera sur Caleb Ewan et la progression de quelques jeunes comme FlorianVermeersch et Brent Van Moer. Le numéro que vous tenez en mains s'inscrit dans notre nouvelle stratégie journalistique. Chaque mois, vous découvrirez un nouveau Sport/Foot Magazine, et de février à novembre, nous complétons notre offre avec quatre numéros spéciaux consacrés au cyclisme.. Ces deux magazines sont proposés en abonnement à un tarif extrêmement avantageux ( voir le colophon en page 7). Avec cette offre élargie en cyclisme, notre rédaction rebondit sur l'enthousiasme toujours croissant des fans belges. Un enthousiasme qui a connu son apogée lors des derniers Mondiaux de Louvain. La nouvelle génération de coureurs se caractérise par sa spontanéité et on trouve dans le peloton pas mal de gars qui n'ont pas peur de dire leur façon de penser et ont l'art de se vendre. Ce sport reste une façon de s'échapper de la réalité quotidienne. Une course cycliste est un combat, souvent épique, parfois lyrique. On s'en rend compte chaque année, à l'heure des premiers rendez-vous. Comme si on sortait, enfin, de notre léthargie hivernale.