Le RFC Huy fait partie de tous ces petits clubs encore très familiaux qui fourmillent dans nos divisions inférieures. Là-bas, il y a encore de véritables passionnés comme le vice-président, Roger Thirifays. Ancien directeur d'école, il a en effet écrit un livre sur son club en collaboration avec un ancien dirigeant de l'Union Hutoise, Robert Bury :100 ans de foot à Huy est le titre de l'ouvrage publié par la Ville de Huy.
...

Le RFC Huy fait partie de tous ces petits clubs encore très familiaux qui fourmillent dans nos divisions inférieures. Là-bas, il y a encore de véritables passionnés comme le vice-président, Roger Thirifays. Ancien directeur d'école, il a en effet écrit un livre sur son club en collaboration avec un ancien dirigeant de l'Union Hutoise, Robert Bury :100 ans de foot à Huy est le titre de l'ouvrage publié par la Ville de Huy. Le club est né de la fusion entre Huy Sports et l'Union Hutoise. En 1995, cette dernière se trouvait en mauvaise posture financière et a donc fait appel à son voisin pour obtenir de l'aide. Le matricule 76 de l'Union Hutoise a été conservé pour que le nouveau RFC Huy puisse évoluer en Promotion D. Le club s'est maintenu pendant deux saisons mais a été relégué lors de la troisième en Provinciale. La saison passée, il a réalisé un parcours très intéressant puisqu'il a été promu. Ce ne fut pas non plus sans difficultés... " La 1re Provinciale liégeoise est une série très dure. On a même failli chuter en deuxième. On est finalement monté avec un ou deux points d'avance ", explique le vice-président. Après quatre ans de purgatoire, Huy retrouve enfin la Promotion et occupe une place dans le ventre mou du classement. L'objectif sportif annoncé est clairement le maintien. Mais il semble d'ores et déjà acquis. " Au début, on espérait passer une saison tranquille ", déclare Robert Coutereels, l'entraîneur. " Mais au fur et à mesure des rencontres, on a pris confiance et les résultats ont suivi. On peut légitiment se dire qu'une place plus élevée est envisageable. Mais attention, aucun match ne sera facile ! ". L'ambition est aussi de restructurer le cercle et de commencer à véritablement travailler professionnellement. Le club va se baser sur une meilleure structure directionnelle. " Sept cellules ont été créées par objectif, que ce soit le sponsoring, la communication, etc. Le comité directeur est composé de 20 personnes dont les décisions sont entérinées par un conseil d'administration formé de 40 membres. On souhaite aussi maintenir l'aspect familial qui caractérise le FC Huy. Ce dernier édite déjà un magazine mensuel parce que le but est de conserver la proximité avec nos supporters ", explique Thirifays. Un important travail au niveau des jeunes est aussi effectué. " On possède 16 équipes de jeunes. Il y en a en fait 250 enfants. On tente d'en insérer un maximum de la région. Pour cela, un nouveau site a été créé avec l'aide de la Région Wallonne et de la Ville de Huy. Le développement d'une véritable école de jeunes est donc dorénavant possible. Celle-ci est dirigée par un coordinateur, en la personne de Patrick Broeders, un ancien joueur du FC Liège. On tente d'en insérer un maximum de l'école et sinon de la région. C'est en tout cas le principal objectif à long terme. Un exemple très illustratif de notre dévouement à ce niveau est l'organisation, chaque année, de l'EuroHuy. C'est un tournoi pour jeunes qui regroupe différentes équipes de Belgique et de l'étranger. Dans les années à venir, nous espérons joindre la D3. Huy compte 20.000 habitants et les alentours sont, au niveau population, assez denses. En fait, lors de la fusion, l'Union Hutoise était en proie à des conditions financières très laborieuses. Le club n'était pourtant pas en faillite. Il comptait monnayer les joueurs de valeur mais l'arrêt Bosman a eu pour conséquence qu'ils sont partis pour très peu d'argent. La Ville de Huy nous a alors aidés financièrement mais à condition de se baser sur la formation des jeunes ". Et Coutereels d'ajouter :" Je n'ai pas une tactique précise. Elle évolue en fonction de la disponibilité des joueurs. Pour l'instant, beaucoup sont blessés. Cette situation m'a contraint à aligner une équipe sans attaquant. En plus, ceux que l'on a enrôlés ne nous satisfont pas. L'attaquant Julien Virag nous a vraiment beaucoup déçus. On s'est totalement trompé sur son compte. Les à-côtés du football ne sont absolument pas idéaux chez lui. C'est dommage car on attendait beaucoup de lui. Il n'a pas une hygiène de vie adéquate à la Promotion et de plus, il ne s'est pas entraîné de son côté pendant la trêve. C'est du gâchis ! Il pourrait évoluer beaucoup plus haut s'il était plus sérieux. On ne va tout de même pas le materner... Mais bon, c'est finalement positif car sa mauvaise conduite permet l'insertion d'un autre élément. Les jeunes formés à Huy constituent une bonne alternative et une concurrence saine pur tout le monde. Les anciens doivent l'assumer car l'intégration des jeunes se déroule bien. Ils sont très bien accueillis et conseillés. Je crois qu'on va pouvoir tirer beaucoup de cette génération. J'espère aussi qu'on ira de moins en moins chercher le talent ailleurs. Le seul problème persistant se situe dans le fait qu'il y a encore trop d'affinités entre anciens. On essaye de faire jouer les amis,... ce qui peut handicaper l'intégration des nouveaux. En résumé, je n'ai pas de onze de base type. De toute façon, il ne me l'est pas permis. J'ai en moyenne une bonne quinzaine de joueurs aptes à être titulaires chaque week-end. Le seizième est généralement un Junior pour qu'il adhère à l'ambiance de l'équipe Première et qu'il se professionnalise ". Huy ne fait pas tache en Promotion. " Toutes les équipes à part le top û Woluwé et La Calamine û et les cinq dernières ont le même niveau ", avance Thirifays. " La Calamine est un club modèle pour nous car il est homogène et a recruté dans la région très intelligemment. Leur travail au niveau de la jeunesse demeure pourtant assez restreint. Au niveau financier, c'est un club très sain qui est géré sans excès grâce à un sponsor assez présent. Au lieu d'opter pour des vedettes sur le retour, ils ont décidé de prendre des jeunes de la région pour constituer une équipe performante. Et apparemment, cela fonctionne très bien. C'est en fait un travail à long terme. Ce modèle est une preuve que l'argent n'est pas le plus important en foot. Notre club est pourtant encore fort amateur. Nous ne possédons pas de gros sponsors. Les entraîneurs sont tous bénévoles sauf celui de la Première. Pour l'instant, la Promotion a un niveau qui nous convient parfaitement. Chez nous, les changements ont débuté lors de la fusion. Actuellement, on s'en sort progressivement. L'année prochaine, on luttera peut-être pour le titre. Qui sait ? On réalisera tout de même des transferts car la situation inverse serait risible. Il faut stabiliser le noyau d'année en année. Ce qui est positif, c'est que Coutereels travaille en parfaite symbiose avec le recrutement régional et l'intégration des jeunes éléments formés au club. Nous essayons de ne lui mettre aucune pression. Malgré toutes les bonnes performances de notre équipe, le maintien n'est pas obsessionnel. Il est devenu désormais possible ". Tim BaeteLe coach espère qu'on ira chercher DE MOINS EN MOINS DE TALENT AILLEURS