Gilbert Bodart a suivi Belgique-Turquie d'un £il attentif. " Les Diables Rouges étaient en progrès après leur pénible prestation en Alllemagne ", avance-t-il. " A mon avis, la défense serait plus hermétique avec un duo central formé par Vincent Kompany et Daniel Van Buyten. L'Anderlechtois est assez doué, clairvoyant et rapide afin d'organiser la défense. Ce serait un duo de fer bien aidé par ...

Gilbert Bodart a suivi Belgique-Turquie d'un £il attentif. " Les Diables Rouges étaient en progrès après leur pénible prestation en Alllemagne ", avance-t-il. " A mon avis, la défense serait plus hermétique avec un duo central formé par Vincent Kompany et Daniel Van Buyten. L'Anderlechtois est assez doué, clairvoyant et rapide afin d'organiser la défense. Ce serait un duo de fer bien aidé par Timmy Simons devant eux. Je ne comprends pas qu'on ait convoqué Tristan Peersman et pas Erwin Lemmens, qui avait été bon à Cologne, pour la place de deuxième gardien de but. Anthony Vanden Borre, c'est l'avenir, mais il n'a que 16 ans. Il faut excuser son erreur sur le troisième but turc. Mais au back droit, Eric Deflandre ne peut pas être discuté avec son métier, son palmarès, sa mentalité. De plus, personne ne détient la qualité des centres du Lyonnais. En fait, Aimé Anthuenis a l'embarras du choix dans toutes les lignes : derrière, au milieu (même si Sven Vermant m'a déçu la semaine dernière), devant. En réalité, il ne lui manque qu'un seul pion : une bête devant. Quand le fédéral aura résolu ce problème, l'essentiel sera fait. Une tour du style Cédric Roussel serait parfaite afin de fixer une défense, de permettre à des gars comme l'indiscutable Wesley Sonck ou Thomas Buffel de tourner autour de lui. Le 4-4-2 actuel d'Aimé Anthuenis est dépassé. Les deux attaquants de pointe sont trop écartés l'un de l'autre et ils ne peuvent pas se compléter, profiter d'une balle déviée. Actuellement, on joue plus en 4-5-1 qui se déploie en 4-3-3 en possession de balle ou en 4-4-1-1, avec un pivot et un deuxième attaquant dans sa foulée. Au Japon, ce problème de la présence dans les airs était réglé par Gert Verheyen, toujours là quand il le faut à Bruges, ou surtout Marc Wilmots, venant de la deuxième ligne. Wilmots n'était pas spécialement rapide ou technique mais il pesait et les autres tournaient bien autour de lui. Quand Emile Mpenza sera revenu à de meilleurs sentiments, il pourra le faire aussi car sa détente verticale est phénoménale. Luigi Pieroni peut y arriver également. Je suis confiant pour l'avenir des Diables Rouges mais cela passera par une bête en pointe ". Pierre Bilic