Le problème des droits de télévision, si souvent abordé dans nos colonnes, a fait, la semaine dernière, l'objet d'un débat à la radio sur les antennes de la RTBF. Thierry Luthers, le présentateur de Droit au But, avait ainsi rassemblé Jean-Marie Phillips, président de la Ligue Pro, André Lembrée, directeur des sports à la RTBF, ...

Le problème des droits de télévision, si souvent abordé dans nos colonnes, a fait, la semaine dernière, l'objet d'un débat à la radio sur les antennes de la RTBF. Thierry Luthers, le présentateur de Droit au But, avait ainsi rassemblé Jean-Marie Phillips, président de la Ligue Pro, André Lembrée, directeur des sports à la RTBF, Alain Braibant, producteur de diverses émissions de la RTBF Liège et André Remy pour Canal+. On a d'abord abordé le problème des droits sur le football belge, qui viendront à échéance au 30 juin 2002. On sait que les chaînes publiques ont proposé environs 600 millions de francs (contre 450 millions actuellement), somme refusée par la Ligue Pro, qui espère recevoir de 800 millions à un milliard. "Je ne vois pas pourquoi nous devrions recevoir moins d'argent que les Autrichiens, les Ecossais ou les Suisses", dit Jean-Marie Phillips. Ce à quoi André Lembrée rétorque que TF1 ne paye que 480 millions pour les droits du championnat de France. "Si on fait le rapport par habitant, le football belge vaut donc 80 millions", lance-t-il, un rien provocateur. Le président de la Ligue Pro rétorque alors : "A ce prix, la RTBF peut consacrer les 80 millions à un autre sport. Plutôt que recevoir une aumône, mieux vaudrait alors se priver d'images pendant un an ou deux, le temps de lancer notre propre production". Raccourci pour cause de Ligue des Champions, le débat aborda également le problème des rencontres européennes. On sait que nous avons souvent reproché à la RTBF de ne pas suivre en direct les équipes représentatives de la Communauté Wallonie-Bruxelles à ce niveau, surtout en déplacement. "Les matches du Standard m'intéressaient mais uniquement si nous pouvions négocier les droits dans leur globalité, ce que le club a refusé", précise André Lembrée. "Ceci dit, il est vrai que RTL a fait un beau coup à Bordeaux". Le prix du match (2 millions) fait bondir André Remy. "Le détenteur des droits et la CLT ont des intérêts communs. RTL a donc obtenu les images pour un prix que nous étions prêts à mettre également. Mais tout compte fait, je préfère que notre argent aille directement dans la poche des clubs belges et, dès lors, retransmettre les rencontres à domicile comme nous l'avons fait pour Standard-Bordeaux". (P. Sintzen)