Ce 13 mai 1989, il n'y avait guère de monde au Stayen pour l'ultime match de D1, bien qu'il s'agissait du derby limbourgeois entre le STVV et le KRC Genk. Ce dernier avait été fondé un an auparavant. Le match allait être pitoyable et se clôturer par un nul blanc. Le club minier allait terminer avec seulement quinze points : deux victoires (à domicile contre Beveren et Lokeren), et onze nuls.

Le 6-2 essuyé à Courtrai lors de la trentième journée - sur 34 - avait entériné la rétrogradation du jeune club. Ernst Künnecke était encore renseigné comme l'entraîneur genkois sur la feuille de match à Courtrai alors qu'il avait été limogé début novembre, après treize matches qui n'avaient rapporté que huit unités. Son successeur, Jef Vliers, avait fait pire : sept points en 21 matches. Genk avait terminé en dernière position, à dix points du second relégué, le RWDM. Le Britannique Mark Farrington (ex-Willem II) était son meilleur buteur. Avec cinq roses.

Cette saison-là, Genk avait utilisé 29 footballeurs, dont 22 belges. Le noyau comportait dix anciens joueurs de Winterslag et sept de Waterschei. Gerard Plessers était la vedette de l'équipe. Il était revenu d'Allemagne, où il avait joué parmi l'élite avec le HSV. Plessers avait fait insérer une clause le libérant en cas de descente. Il allait aller à Courtrai. Le gardien belge Bobby De Keyser avait été engagé pour sa nationalité mais il avait grandi en Allemagne et était Allemand.

C'était une catastrophe puisqu'à l'époque, on ne pouvait aligner que trois étrangers. Pierre Denier, le monument de Winterslag, n'entrait pas dans les plans de Künnecke et n'avait presque pas joué. L'avant de Malte, Carmel Busuttil, enrôlé juste après le début du championnat, avait été une des rares éclaircies. Les deux autres, Rudy Janssens (ex-Winterslag) et Dirk Medved (ex-Waterschei), avaient été vendus à Gand, promu en D1, au terme de la saison.

Genk est remonté en un an. Frane Bucan a été l'animateur de son jeu. Quatrième du classement, le club limbourgeois a participé au tour final. Avant le dernier match, il suffisait à Zwarte Leeuw Rijkevorsel de prendre un point pour monter mais Genk, sous la direction de Fons Peeters, son troisième entraîneur de la saison, s'était imposé 2-7.

Ce 13 mai 1989, il n'y avait guère de monde au Stayen pour l'ultime match de D1, bien qu'il s'agissait du derby limbourgeois entre le STVV et le KRC Genk. Ce dernier avait été fondé un an auparavant. Le match allait être pitoyable et se clôturer par un nul blanc. Le club minier allait terminer avec seulement quinze points : deux victoires (à domicile contre Beveren et Lokeren), et onze nuls. Le 6-2 essuyé à Courtrai lors de la trentième journée - sur 34 - avait entériné la rétrogradation du jeune club. Ernst Künnecke était encore renseigné comme l'entraîneur genkois sur la feuille de match à Courtrai alors qu'il avait été limogé début novembre, après treize matches qui n'avaient rapporté que huit unités. Son successeur, Jef Vliers, avait fait pire : sept points en 21 matches. Genk avait terminé en dernière position, à dix points du second relégué, le RWDM. Le Britannique Mark Farrington (ex-Willem II) était son meilleur buteur. Avec cinq roses. Cette saison-là, Genk avait utilisé 29 footballeurs, dont 22 belges. Le noyau comportait dix anciens joueurs de Winterslag et sept de Waterschei. Gerard Plessers était la vedette de l'équipe. Il était revenu d'Allemagne, où il avait joué parmi l'élite avec le HSV. Plessers avait fait insérer une clause le libérant en cas de descente. Il allait aller à Courtrai. Le gardien belge Bobby De Keyser avait été engagé pour sa nationalité mais il avait grandi en Allemagne et était Allemand. C'était une catastrophe puisqu'à l'époque, on ne pouvait aligner que trois étrangers. Pierre Denier, le monument de Winterslag, n'entrait pas dans les plans de Künnecke et n'avait presque pas joué. L'avant de Malte, Carmel Busuttil, enrôlé juste après le début du championnat, avait été une des rares éclaircies. Les deux autres, Rudy Janssens (ex-Winterslag) et Dirk Medved (ex-Waterschei), avaient été vendus à Gand, promu en D1, au terme de la saison. Genk est remonté en un an. Frane Bucan a été l'animateur de son jeu. Quatrième du classement, le club limbourgeois a participé au tour final. Avant le dernier match, il suffisait à Zwarte Leeuw Rijkevorsel de prendre un point pour monter mais Genk, sous la direction de Fons Peeters, son troisième entraîneur de la saison, s'était imposé 2-7.