" Après 22 ans sous Arsène Wenger, j'ai dû procéder à des déménagements. Attribuer différemment les sièges dans tous les départements ", a expliqué Unai Emery, l'entraîneur basque qui a repris Arsenal en mains l'été dernier, au quotidien Marca. Il ne jette pas la pierre à son prédécesseur. " Mon objectif était de secouer tout le monde. J'ai rencontré Wenger une fois et je le respecte mais j'ai dû changer ...

" Après 22 ans sous Arsène Wenger, j'ai dû procéder à des déménagements. Attribuer différemment les sièges dans tous les départements ", a expliqué Unai Emery, l'entraîneur basque qui a repris Arsenal en mains l'été dernier, au quotidien Marca. Il ne jette pas la pierre à son prédécesseur. " Mon objectif était de secouer tout le monde. J'ai rencontré Wenger une fois et je le respecte mais j'ai dû changer pas mal de choses. " Il a notamment adapté le régime alimentaire des joueurs. " Il fallait vraiment améliorer leurs habitudes. Avec un nutritionniste, nous avons décidé de supprimer les jus sucrés. D'ailleurs, je fais de même chez moi : je ne consomme pas de sucre, je diminue les graisses et je privilégie les aliments sains. " Emery a également des idées très claires sur la manière dont Arsenal doit jouer. " Je veux créer une équipe au sein de laquelle chacun sait exploiter les espaces, jouer le contre et trouver calmement une ouverture quand il y a moins d'espaces. A mon arrivée à Arsenal, l'équipe n'était plus capable de s'imposer contre une formation du top six. Ça ne nous a d'ailleurs pas encore réussi cette saison. Gagner en déplacement était aussi difficile mais nous avons progressé de ce point de vue. " Le coach basque espère donc beaucoup des matches contre Tottenham (2 décembre) et Manchester United (5 décembre). Il a perdu les deux premières affiches, en début de saison, contre Manchester City (0-2) et Chelsea (3-2). Au début du mois, Arsenal a contraint Liverpool à un nul 1-1 à l'Emirates Stadium, au terme d'une partie spectaculaire. " Tout le monde était content de ce match mais un nul n'est pas suffisant ", précise Emery, toujours exigeant. Jeudi, les Londoniens se déplacent en Ukraine, à Vorskla Poltava, en Europa League. Dans cette épreuve, les Gunners restent invaincus et sont déjà qualifiés pour la phase par élimination directe. La saison passée, sous la férule de Wenger, Arsenal a atteint les demi-finales de cette compétition mais a été battu de justesse par le futur lauréat, l'Atletico Madrid.