En fin d'année, les Buffalo Bills jouaient encore à huis clos, mais Andrew Cuomo, le gouverneur de l'État de New York, les a autorisés à accueillir 6.772 supporters, soit 9% de la capacité du Bills Stadium (71.000 places) à l'occasion de leur premier match de play-offs en 25 ans, qui se déroule le 9 ou le 10 janvie...

En fin d'année, les Buffalo Bills jouaient encore à huis clos, mais Andrew Cuomo, le gouverneur de l'État de New York, les a autorisés à accueillir 6.772 supporters, soit 9% de la capacité du Bills Stadium (71.000 places) à l'occasion de leur premier match de play-offs en 25 ans, qui se déroule le 9 ou le 10 janvier. Ça n'a rien d'exceptionnel, car 18 des 32 formations de NFL ont déjà accueilli des supporters. Les Dallas Cowboys ont ainsi disputé leur huit matches à domicile devant une assistance moyenne de 27.000 personnes, alors que le stade AT&T peut en abriter 80.000. C'est quand même une primeur: tous les abonnés des Buffalo Bills qui achètent un billet doivent passer un test auprès du partenaire de la NFL, Bioreference Laboratories. Ils doivent payer eux-mêmes le test, même s'ils bénéficient d'une ristourne : c'est 52 euros, compris dans le prix du billet. Les tests se déroulent au Bills Stadium deux à trois jours avant le match. Seuls les détenteurs de billets présentant un test négatif sont admis dans l'enceinte. Le club remboursera le prix du billet à ceux qui sont positifs, mais pas le coût du test. Les supporters admis ne peuvent pas se réunir avant le match, ils doivent porter un masque, respecter les règles de distanciation sociale et collaborer à un éventuel contact tracing par la suite. Le gouverneur Cuomo considère ce match comme un test avant d'autoriser un public restreint à d'autres événements dans la ville de New York: au Madison Square Garden, aux shows de Broadway ou même dans les restaurants.