Arrivé l'été dernier à Westerlo en provenance du MVV Maastricht, ChristianBrüls est l'un des rares joueurs germanophones en D1, avec le petit médian CarloEvertz qui a quitté Eupen en 2010 pour Saint-Trond. C'est MarcGrosjean, l'actuel entraîneur de Dudelange (où il a sous ses ordres un autre ancien joueur d'Eupen, GeoffreyRentmeister), qui l'a lancé en équipe Première chez les Pandas.
...

Arrivé l'été dernier à Westerlo en provenance du MVV Maastricht, ChristianBrüls est l'un des rares joueurs germanophones en D1, avec le petit médian CarloEvertz qui a quitté Eupen en 2010 pour Saint-Trond. C'est MarcGrosjean, l'actuel entraîneur de Dudelange (où il a sous ses ordres un autre ancien joueur d'Eupen, GeoffreyRentmeister), qui l'a lancé en équipe Première chez les Pandas. " Il n'avait que 16 ans ", se souvient-il, " mais c'était déjà un vrai talent. Il jouait en Juniors 1e année et j'ai demandé à ce qu'il intègre le noyau A. C'était durant la saison 2005-2006, l'année où GuillaumeGillet a porté le maillot d'Eupen. Durant les six premiers mois, Brüls s'est contenté des entraînements avec l'équipe Première. Puis, durant le deuxième tour, il a progressivement commencé à jouer des bribes de matches. La saison suivante, lorsque Gillet est parti à La Gantoise, il a fait partie intégrante de l'équipe. C'est un joueur polyvalent qui peut occuper différentes positions dans l'entrejeu. Aussi bien comme ailier dans un système en 4-3-3 (y compris à gauche, ce qui lui permet de rentrer sur son pied droit) qu'en position axiale, comme 9,5 ou n°10. Ses principales qualités sont offensives. Il a beaucoup de créativité, une grande vivacité, et également une bonne frappe des deux pieds. Sur une phase arrêtée, on ne sait jamais s'il va frapper du droit ou du gauche. Il a du culot, des qualités d'infiltreur et même de box-to-box. Ses parents sont fermiers, il a donc été habitué, dans sa jeunesse, à vivre dans un univers en vase clos et cela se ressent parfois. " JanCeulemans, qui l'a accueilli cette saison à Westerlo, ne dit pas le contraire. : " Il est parfois un peu spécial ", rigole-t-il. " Mais bon, je m'y fais. Pour nous, c'était une vraie opportunité. On suivait déjà Christian en D2 avec Eupen, mais il était hors de prix. Beaucoup de clubs le convoitaient. L'été dernier, Christian aurait apparemment dû partir en Turquie, mais pour une raison que j'ignore, la transaction ne s'est pas réalisée. Nous avons sauté sur l'occasion. Christian dispute, en fait, sa première saison en D1. Pour des débuts, il s'en tire plutôt bien. C'est un vrai talent. Rapide, endurant, bonne frappe. Il lui manque encore de la constance. A sa décharge, il a souvent été victime de petites blessures. Récemment, il a reçu un coup sur l'orteil qui l'a obligé à jouer avec une infiltration. Je l'attends surtout à son meilleur niveau la saison prochaine ". Si, en 2008, Brüls avait opté pour Maastricht alors que des équipes comme le Club Bruges, La Gantoise, le Germinal Beerschot ou Zulte Waregem lui faisaient les yeux doux, c'est parce que ce club avait un accord de collaboration avec Trabzonspor. Son plan de carrière était tout tracé : une ou deux saisons en D2 néerlandaise, puis partir sur les rives de la Mer Noire. Brüls prétend avoir signé un contrat de quatre ans avec Trabzonspor et a menacé, en septembre de l'an passé, de traduire le club turc en justice pour rupture de contrat. On n'en est pas arrivé là. Mais les difficultés financières du MVV, où les joueurs n'ont plus été payés pendant plusieurs mois, empêchaient toute continuation dans le Limbourg néerlandais. AlexandreBryssinck, l'ancien Louviérois aujourd'hui au White Star Woluwé, a joué sept saisons au MVV Maastricht et y a côtoyé Brüls durant les deux dernières : " Sa première année avait été bonne, sa seconde un peu moins. Ses relations s'étaient détériorées avec l'entraîneur belgo-turc FuatCapa. Mais ses qualités convenaient bien au football néerlandais : il évoluait sur le flanc gauche, dans un 4-3-3, mais il a aussi occupé d'autres positions dans l'entrejeu. On peut s'étonner qu'un talent pareil soit allé se perdre en D2 mais Maastricht est au carrefour des Pays-Bas, de l'Allemagne et de la Belgique ; on y est facilement repéré. Regardez DriesMertens et NacerChadli, qui ont lancé leur carrière à AGOVV Apeldoorn et sont partis au FC Utrecht et au FC Twente : ils sont aujourd'hui internationaux. Brüls rêvait sans doute d'un parcours similaire, mais c'est un talent un peu fou-fou. Il n'a pas un mauvais caractère, mais la discipline n'est pas son point fort. Il lui est arrivé, plus d'une fois, d'arriver en retard à l'entraînement. Le bus a parfois dû l'attendre pour partir en déplacement. En d'autres occasions, il avait oublié certaines pièces de son équipement. " Le quotidien régional DeLimburger a plusieurs fois qualifié Brüls d'enfant terrible et s'est parfois étonné du crédit qu'on continuait à lui accorder. En décembre 2009, il avait traité, dans le même journal, certains de ses coéquipiers de klootzakken et avait été prié de rentrer chez lui, alors qu'il s'était présenté pour jouer un match contre De Graafschap. Bryssinck : " C'était encore un gamin à Maastricht. A Westerlo, sous Ceulemans, il deviendra adulte. " PAR DANIEL DEVOS - PHOTO: IMAGEGLOBE" C'était encore un gamin à Maastricht. A Westerlo, sous Ceulemans, il deviendra adulte... "