T homas Meunier (20 ans depuis le 12 septembre) aura été, lors du mercato de janvier 2011, le dernier transfert réalisé par Luc Devroe pour le compte du Club Bruges avant sa mise à pied. L'ancien manager avait le couteau sur la gorge et fit donc de l'acquisition du joueur une absolue priorité. Intéressé par Jelle Van Damme, actif aux Wolverhampton Wanderers, il s'était fait brûler la politesse par le Standard. Idem pour le goal-getter du FC Brussels, DaliborVeselinovic, qui avait préférer opter pour Anderlecht. Sans compter que les prospecteurs de La Gantoise, Gunther Schepens et Gilbert De Groote, sondés pour rejoindre le département scouting au stade Jan Breydel, étaient restés sagement à Gentbrugge.
...

T homas Meunier (20 ans depuis le 12 septembre) aura été, lors du mercato de janvier 2011, le dernier transfert réalisé par Luc Devroe pour le compte du Club Bruges avant sa mise à pied. L'ancien manager avait le couteau sur la gorge et fit donc de l'acquisition du joueur une absolue priorité. Intéressé par Jelle Van Damme, actif aux Wolverhampton Wanderers, il s'était fait brûler la politesse par le Standard. Idem pour le goal-getter du FC Brussels, DaliborVeselinovic, qui avait préférer opter pour Anderlecht. Sans compter que les prospecteurs de La Gantoise, Gunther Schepens et Gilbert De Groote, sondés pour rejoindre le département scouting au stade Jan Breydel, étaient restés sagement à Gentbrugge. Après s'être incliné à trois reprises face à des concurrents directs, le négociateur brugeois aurait fait office de loser total s'il ne bouclait pas le dossier du puncheur de l'Excelsior Virton. D'autant qu'il était dans le viseur de la plupart des pensionnaires de D1, le Sporting bruxellois en tête de liste. S'il n'y avait eu abondance d'attaquants chez les Mauves, le Gaumais aurait privilégié un séjour dans la capitale plutôt qu'en Flandre. Car il n'a jamais été insensible au RSCA où les Pär Zetterberg, Tomasz Radzinski et autres ChristianWilhelmsson avaient rang d'idoles pour lui. Sa franchise à cet égard, dans ses premières interviews, lui avait d'ailleurs valu de se faire recadrer à Bruges. L'intéressé avait atténué cet attachement, même si, à l'époque, il avait encore six mois à tirer au fin fond de la province de Luxembourg. Car le garçon avait à c£ur de servir l'Excel jusqu'au bout de la saison. Avec l'espoir d'une promotion en D2 en guise d'adieu. Mais les Vert et Blanc ne décrochèrent pas la timbale. Michel Renquin, coach de l'équipe virtonaise, et lui-même exemple de réussite sportive dans l'extrême sud pour être passé de Wibrin au Standard autrefois, n'a jamais tari d'éloges à propos de son protégé : " Il a le profil de l'attaquant moderne. Tom est grand, a une technique supérieure à la moyenne et possède un sens du but aiguisé. Son cas présente des similitudes avec feu François Sterchele. Celui-ci s'était également affirmé à l'échelon inférieur, avant de faire le saut en D1 à Charleroi, au Germinal Beerschot et enfin au Club. Pour moi, Meunier est plus fort encore. La preuve : il fait quasi figure d'incontournable après quelques mois à peine, alors que son but était d'abord de se familiariser à son nouvel entourage ". Tout est allé très vite pour l'Ardennais. Dès le premier match de préparation, remporté 1-4 à l'Eendracht Alost, fin juin, il offrait le but d'ouverture à Joseph Akpala. Deux mois et demi plus tard, le 11 septembre, rebelote, en championnat au FC Malines sur le 1-2 final. " Une titularisation agrémentée d'un assist : je n'aurais pu rêver de plus beau cadeau d'anniversaire " disait Meunier, la veille de ses 20 ans. Une semaine plus tard, il inscrivait in extremis le but de la qualification en Coupe de Belgique face à Dessel Sport (2-3). Depuis, il a encore frappé (sur le 1-0) face à La Gantoise, lors de la 10e journée. La 13e journée est d'ores et déjà inscrite en lettres grasses dans son agenda : le Club Bruges s'en ira donner la réplique au Standard, à Sclessin. De quoi éveiller de vieux souvenirs. Car après avoir débuté dans son patelin natal, à Sainte-Ode, puis à Givry, Meunier met le cap sur le Sart Tilman en 2004. Dans les classes d'âge des Rouches, il fait notamment la paire avec Christian Benteke. Le duo est même confié à un certain Dominique D'Onofrio l'espace d'une saison. Chez les Rouches, le joueur est intégré aux sélections nationales U15 et U16 où il côtoie Eden Hazard. Mais l'aventure tourne court pour lui dans la Cité Ardente. En cause : des blessures à répétition dues à une croissance trop rapide. De 160 centimètres à son arrivée, le joueur est passé à 190 en l'espace de 18 mois ! En 2007, il part à destination de l'Excelsior Virton. Au départ, ses pépins physiques le tourmentent toujours mais au bout de quelques mois, il fait pour de bon son apparition en équipe-fanion. Les buts suivent et toute la panoplie y passe : du pied gauche, du droit, de la tête. Autre atout précieux : Meunier peut être aligné sur tout le front de l'attaque, même s'il a une prédilection pour le 10, où il évoluait à l'Excelsior ainsi qu'en sélections nationales des jeunes. Au Club Bruges, l'élancé Gaumais est en avance sur son tableau de marche mais conserve les pieds sur terre : " La direction a consenti un effort gigantesque pour recruter Lior Refaelov et Björn Vleminckx. Il est normal qu'ils obtiennent la préséance ". Pour l'instant... PAR BRUNO GOVERS PHOTO: IMAGEGLOBE Son atout : il peut être aligné sur tout le front de l'attaque