Même s'il a échoué en Ligue des champions, le Real joue le meilleur football d'Europe.
...

Même s'il a échoué en Ligue des champions, le Real joue le meilleur football d'Europe. Le canevas le plus fréquemment utilisé consiste en une défense à plat à quatre joueurs, avec deux latéraux, Michel Salgado et Roberto Carlos, au volume de jeu exceptionnel, deux milieux axiaux très forts à la récupération et très sûrs dans la relance, deux animateurs offensifs sur les côtés et deux attaquants centraux dont l'un, Raul, décroche ou tourne autour de son partenaire, Morientes. Le schéma a été très peu modifié avec l'arrivée de Figo, nouveau dépositaire du jeu après le départ du remarquable Argentin Redondo pour le Milan AC. Le Portugais s'est positionné sur la droite, avec McManaman comme pendant à gauche, et il a tout de suite trouvé ses marques.Pour intégrer Zidane, le Real a deux solutions. Soit Zizou garde son poste habituel, avec Figo sur sa droite et Raul sur sa gauche, Morientes jouant en pointe, ou il prend la place de McManaman en s'écartant sur la gauche. A première vue, c'est la seconde solution qui semble offrir le plus de garanties, contrairement à ce que les admirateurs français de Zizou, qui vibrent à ses exploits dans l'axe en sélection, penseront sans doute majoritairement. Car le problème n'est pas de tirer le meilleur parti du seul Zidane, mais bien de l'extraordinaire trio Figo-Raul-Zidane. En effet, la première donne risque de présenter un très gros inconvénient: elle écarterait de l'axe le fantastique buteur qu'est Raul. En revanche, en équipe de France, on a souvent vu Zidane s'écarter sur le côté gauche, lorsqu'il veut par exemple se dégager d'un marquage très strict. Bien que droitier, il préfère l'autre couloir, où il retrouve ses vieux complices de Bordeaux, Lizarazu et souvent Dugarry. Vu le timing et la précision de ses passes, il serait surprenant que le meneur de jeu des Bleus ne marie pas son jeu à celui de l'extraordinaire Roberto Carlos. Or ce dernier a besoin d'avoir des joueurs près de lui pour jouer à une touche, en triangle ou en une-deux, car il n'est pas vraiment un joueur de débordement individuel.McManaman aide beaucoup ses deux récupérateurs au pressing. Zidane a moins l'habitude de faire, d'autant qu'à la Juve il en était à peu près dispensé, l'équipe jouant à trois offensifs seulement, lui compris. Cependant, on peut penser que la qualité technique du Français apportera au Real une maîtrise du ballon encore plus grande, ceci devant compenser cela. (J-J. Vierne, ESM)