Une épine a été ôtée des pieds des dirigeants mouscronnois, mercredi passé, lorsque la commission des licences a jugé la plainte de Courtrai, Roulers et Dender recevable mais non fondée. Cette plainte a fait perdre un temps précieux à l'Excelsior, mais on peut comprendre que les clubs menacés tentent de défendre leur place en D1 par tous les moyens. Pour autant, les Hurlus ne sont pas encore assurés de jouer en D1 la saison prochaine : ils devront encore satisfaire à deux contrôles ce mois-ci.
...

Une épine a été ôtée des pieds des dirigeants mouscronnois, mercredi passé, lorsque la commission des licences a jugé la plainte de Courtrai, Roulers et Dender recevable mais non fondée. Cette plainte a fait perdre un temps précieux à l'Excelsior, mais on peut comprendre que les clubs menacés tentent de défendre leur place en D1 par tous les moyens. Pour autant, les Hurlus ne sont pas encore assurés de jouer en D1 la saison prochaine : ils devront encore satisfaire à deux contrôles ce mois-ci. " Le contrôle intermédiaire du 15 juin est prévu par le règlement de la fédération et concerne l'ensemble des clubs ", précise le manager des licences RolandTis. " J'en suis personnellement chargé et à l'heure où je vous parle, je suis d'ailleurs en route pour Lokeren. Il consiste à vérifier si les clubs qui ont satisfait aux conditions d'octroi de la licence (à savoir être en ordre de paiement au 31 décembre 2008) continuent à l'être à ce jour. Le contrôle du 21 juin concerne exclusivement Mouscron et on verra s'il pourra à nouveau transférer. En plus de tout ce qui précède, les Hurlus devront démontrer que leur budget prévisionnel tient la route et attester de leur évolution financière. Ils ne peuvent se baser sur des rentrées d'argent hypothétiques, style pourcentage sur la revente de DembaBa. Je ne peux pas prédire si l'Excelsior sera en ordre le 21 juin, mais il est clair que leurs dirigeants ne ménagent pas leurs efforts. BenoîtRoul me tient régulièrement au courant de l'évolution de la situation. " On sait, par exemple, que le solde des droits TV de la saison 2008-2009 (400.000 euros) a directement été versé sur le compte de l'IEG, qui avait consenti un crédit-pont de 900.000 euros en avril. Mais cela ne résout pas encore le problème des dettes engendrées depuis le 31 mars (arriérés de salaires et autres). C'est la raison pour laquelle le mécène PhilippeDufermont a effectué un voyage-éclair à Mouscron, jeudi passé. Il s'est d'abord rendu à l'IEG, pour demander de différer le remboursement de l'emprunt de deux millions contracté en 2004 (et remboursable en 2010). " Je comprends qu'on n'ait pas pu me donner de réponse avant les élections. Si ma requête est refusée, tant pis, j'assumerai. " Il interviendra financièrement, à la hauteur qu'il faudra (on parle d'un million) pour que l'Excelsior passe le cap du 21 juin. " J'ai toujours déclaré que je ne laisserai pas tomber l'Excel et je tiendrai parole. Mais si j'injecterai encore des fonds, c'est aussi parce que j'entrevois le bout du tunnel. "La politique d'austérité sera de mise. Le budget, prévu à 6,7 millions, pourrait être abaissé à 5,5 millions. Aucun transfert onéreux ne sera réalisé. On n'en sait pas plus. Le règlement des problèmes financiers ayant accaparé toutes les énergies jusqu'ici, l'aspect sportif a été un peu négligé. On l'abordera en temps voulu. On sait déjà que l'avenir se jouera sans Enzo Scifo qui, devant le peu de garanties sportives qui lui sont offertes, a signifié samedi à Philippe Dufermont qu'il ne poursuivrait pas sa mission. Lorsque le staff sera connu, les joueurs seront à leur tour contactés. " De toute façon, ils sont en vacances jusqu'au 15 juin et une firme ne dérange pas ses employés durant leurs vacances ", justifie Benoît Roul. Ils attendent pourtant un signal, surtout ceux qui arrivent en fin de contrat. " A partir du moment où je n'ai plus de nouvelles, je pars du principe que le club ne compte plus sur moi ", estime - peut-être à tort - RomainHaghedooren, qui a inscrit le dernier but hurlu à Bruges. " Mon agent s'occupe de me chercher un autre club. " BastienChantry n'a pas quitté la Belgique : " Dans ma situation, il vaut mieux ne pas trop s'éloigner. On ne sait jamais, si une offre intéressante devait me parvenir... Je partirai juste quelques jours en Espagne, pour le mariage de Berna. J'ai quelques touches en D1, mais sont-elles réellement sérieuses ? En D2, en revanche, j'ai l'embarras du choix. Mais je n'accepterai d'effectuer un pas en arrière que s'il n'y a pas d'autre alternative. Actuellement, j'entretiens ma condition. Je me suis déjà entraîné quelques fois au stade, où je croise le préparateur physique BernardDecabooter et mon coéquipier MatthieuAssou- Ekotto, lui aussi en fin de bail. Mon contrat avec l'Excel court jusqu'au 30 juin. Légalement, je devrai donc me présenter à la reprise des entraînements le 15. Comme tout le monde, je suis sans nouvelles des dirigeants et j'ignore si je percevrai un jour mes deux derniers mois de salaire. D'après certains échos, la campagne d'abonnements qui a été lancée et sur laquelle le club comptait pour faire rentrer un peu d'argent ne serait pas florissante. On peut le comprendre : qui va acheter un abonnement pour un club dont l'avenir n'est pas assuré ? A priori, ce n'est pas très encourageant, mais l'autre jour, j'ai croisé GonzagueVandooren sur la Grand-Place de Tournai. Il m'a avoué que lui, en revanche, sentait bien le coup. " " C'était dans une période positive ", tempère le capitaine. " Car moi aussi, j'ai des hauts et des bas. Il y a des moments où je n'y crois plus, d'autres où l'espoir revient. Je ne me base sur aucune certitude, c'est le feeling tout simplement. A Mouscron, tout s'est toujours arrangé et je pars du principe qu'il en ira encore de même cette fois-ci. Je ne me suis donc pas encore mis à la recherche d'un nouvel employeur éventuel. Certes, si la licence devait être retirée à l'Excel le 21 juin, je devrai bien me bouger le c..., mais d'ici là, je pars du principe que je serai toujours hurlu en 2009-2010. "L'octroi de la licence à Mouscron fait naître des critiques et des incompréhensions. Chacun a encore en mémoire l'épisode de Geel, qui avait également reçu sa licence alors que bien des feux étaient à l'orange, voire au rouge. Cela avait conduit Namur à intenter un procès, qui avait débouché sur une D2 à 19 équipes. Un peu plus tard, Geel a mis la clef sous le paillasson. " Au grand public qui reproche parfois à la commission des licences d'accorder le précieux sésame un peu trop facilement, il faut expliquer que le règlement n'exige pas de présenter des garanties bancaires pour la saison suivante ", explique l'avocat LouisDerwa, directeur de Tubize et lui-même membre de la commission. " On vérifie simplement que les clubs ont respecté leurs engagements jusqu'au 31 décembre ou au 31 mars, ce qui était le cas de Mouscron. En France, il existe la DNCG (direction nationale de contrôle de gestion) qui a la même fonction que la commission des licences en Belgique, mais avec des pouvoirs étendus visant à assurer de la viabilité du championnat suivant. Si l'on n'est pas encore aussi loin en Belgique, c'est tout simplement parce que les clubs eux-mêmes n'y sont pas favorables ! " Le verdict de la commission d'appel, mercredi passé, n'a pas étonné Derwa : " Non, puisque Mouscron était en ordre avec tous les points du règlement. Cela peut paraître invraisemblable, puisque le club lui-même admet que l'avenir n'est pas du tout garanti, mais il a fait le nécessaire pour pouvoir répondre à toutes les exigences de la commission qui portent sur une période révolue. "Tubize ne s'est pas joint à la plainte de Courtrai, Roulers et Dender, alors qu'un refus de licence à Mouscron aurait permis au club brabançon de participer au tour final. " On est parti du principe que le verdict du terrain devait prévaloir ", justifie Derwa. " Mais on reste attentif à l'évolution de la situation, car on n'a pas envie d'être les dindons de la farce. Il faut savoir aussi que, si l'on ne s'est pas joint aux trois clubs flamands pour porter plainte, on a eu deux réunions avec la Ligue professionnelle et le comité exécutif. On leur avait demandé, soit de postposer le début du tour final, soit de le jouer à cinq équipes, avec Tubize inclus. Le comité exécutif n'a pas accédé à cette demande. "Autre critique fréquemment formulée à l'encontre de la commission des licences : elle est composée de représentants des clubs, qui sont donc juge et partie. Derwa en est le plus bel exemple : même s'il s'est retiré des débats lorsque le cas de Mouscron a été évoqué, il n'y était pas obligé. " Je l'ai fait par pure déontologie ", précise-t-il. " En réalité, il n'y a que deux représentants des clubs au sein de la commission : PhilippeAerden, un dirigeant de Genk, et moi-même. Les autres sont indépendants. Le président de la commission, ErikDeLempre, est président du conseil d'administration d'Ethias et n'est pas du tout lié à un club. Pas plus que Bart- JanMeganck, conseiller à la cour d'appel de Gand, ou HermanVanImpe, expert-comptable. " par daniel devos- photos: belga