Il s'appelle Yuhui Shu. Patron d'une société de compléments alimentaires, Quanjian Natural Medicine Science & Technology Co. Et propriétaire du club de Tianjin, qu'il a logiquement rebaptisé Tianjin Quanjian. Il l'a repris en 2015, en D2. Comme coach, il a engagé Wanderley Luxemburgo (ex-sélection brésilienne et Real). Il l'a vite viré et remplacé par Fabio Cannavaro, Ballon d'Or et champion du monde 2006.
...

Il s'appelle Yuhui Shu. Patron d'une société de compléments alimentaires, Quanjian Natural Medicine Science & Technology Co. Et propriétaire du club de Tianjin, qu'il a logiquement rebaptisé Tianjin Quanjian. Il l'a repris en 2015, en D2. Comme coach, il a engagé Wanderley Luxemburgo (ex-sélection brésilienne et Real). Il l'a vite viré et remplacé par Fabio Cannavaro, Ballon d'Or et champion du monde 2006. Objectif avoué de ce Yuhui Shu : gagner la Coupe du Monde des clubs. Avec une équipe composée exclusivement de vedettes étrangères s'il le faut. Depuis le début de l'année, la fédé chinoise limite le nombre de joueurs non chinois et plafonne les salaires, mais il a déjà la parade : engager des stars, les prêter pendant la saison régulière et les rapatrier pour le Mondial des clubs, où il n'y a pas de restriction de nationalités. Il a déjà approché Edinson Cavani, Diego Costa, Radamel Falcao. Et il a tâté le terrain auprès de Jorge Mendes pour draguer Cristiano Ronaldo. Il existe carrément une photo où il pose avec Mendes, et ils tiennent tous deux un maillot de CR7. AXEL WITSEL : On a la chance d'avoir un président assez ambitieux... Ce projet de gagner la Coupe du Monde des clubs, j'en ai entendu parler. Mais il faut d'abord qu'on se qualifie pour la Ligue des Champions asiatique. Puis qu'on la gagne. Y aller, je pense que c'est envisageable dans un délai d'un an ou deux. WITSEL : Je ne l'ai vu que deux fois. À la présentation de l'équipe en début de saison, et le jour où il est venu au centre d'entraînement sans prévenir. On venait de perdre deux matches, et pour lui, il y avait le feu. En arrivant au centre, je vois plein de voitures et une sécurité de fou. Je comprends que le patron est là. Il nous réunit dans une salle et nous fait comprendre qu'il est temps de se remettre très vite à gagner. WITSEL : J'ai vu des trucs qu'on ne voit pas en Europe. Il y avait un repas, un show avec des chanteurs et des humoristes, une machine qui crachait de la fumée. En Europe, quand il y a un gros transfert, on fait une photo avec le nouveau maillot et une petite conférence de presse. Ici, Pato et moi, on est passés sur un grand podium et ils ont diffusé un film sur nous qui avait été tourné quelques jours plus tôt. Toute l'équipe était là, ils ont montré le nouveau maillot, le nouveau logo du club sur lequel le président a fait ajouter un dragon. Tout ça s'est fait à 800 kilomètres d'ici, dans un hôtel qui lui appartient. À l'entrée, il y a un bouddha géant et doré. C'était impressionnant. Les grandes chaînes de télé chinoises étaient là. Il paraît que le président est arrivé en Rolls.