Le GBA a réalisé un parcours identique à celui de l'année dernière. Il s'était déjà extirpé progressiveemnt de la masse pour briguer un ticket UEFA jusqu'à trois journées de la fin. Cette fois, il est resté en lice jusqu'à l'avant-dernier match et il a raté de peu une qualification pour la finale de la Coupe.
...

Le GBA a réalisé un parcours identique à celui de l'année dernière. Il s'était déjà extirpé progressiveemnt de la masse pour briguer un ticket UEFA jusqu'à trois journées de la fin. Cette fois, il est resté en lice jusqu'à l'avant-dernier match et il a raté de peu une qualification pour la finale de la Coupe.Tout cela s'est déroulé alors que l'équipe du Kiel était enfin en possession d'un superbe stade. Las, il ne s'est pas rempli comme le club l'espérait pour les affiches, malgré son confort. Les brillants résultats de l'équipe, après une période de rôdage, comme l'an dernier, n'ont pas amélioré l'assistance. Au second tour, le GBA est parvenu à montrer des dents en déplacement aussi, avec en point d'orgue des matches nuls au Standard et au Club Brugeois. Le GBA n'est pas un vrai club de l'élite mais il a fait ses maladies d'enfance. L'année dernière, les remous internes avaient perturbé le club, avant que l'Ajax n'intervienne. Les anciens dirigeants du Germinal se sont retirés et les représentants hollandais exigent que le club mette fin aux pertes, dues aux investissements des deux dernières années. Le club doit être en équilibre la saison prochaine et clôturer lui-même son budget, ce qu'il n'est pas parvenu à faire cette saison. Sur le terrain, il ne reste plus grand-chose du Germinal. Les supporters ont pris l'habitude de scander "Beerschot". Après le départ de Karagiannis et de Severeyns, il ne restera plus que les défenseurs latéraux, Tony Herreman et Bart van Zundert, le seul jeune du Germinal qui ait émergé parmi l'élite. On a tâtonné pendant les premiers mois et constaté, une fois de plus, les difficultés qu'éprouve l'équipe quand Marc Degryse est en méforme. Dès novembre, le Brugeois a rappelé qu'il reste un des meilleurs de Belgique. Le GBA ne s'est défait de ses doutes qu'à l'Antwerp. Il a certes perdu le match suivant, face à Anderlecht, mais durant la conférence de presse qui a suivi, Franky Van der Elst a déclaré qu'il avait trouvé son occupation de terrain idéale. Elle n'avait pas grand-chose à voir avec le onze prévu en début de saison, à l'exception de Degryse et d'Herreman. L'entraîneur voulait que Karagiannis recule au libéro. Son expérience a été un échec et il a permuté le capitaine avec Bert Dhont. Mauvais dans l'entrejeu, celui-ci a éclaté au libéro. Dans l'entrejeu, Lendvai a repris la place de Karagiannis, suspendu, et livré une brillante saison. L'entraîneur a réussi un joli coup en faisant glisser Haagdoren de l'aile au poste de médian offensif, où il a été une des révélations de la saison. En pointe, le jeune Dagano a profité du forfait de Severeyns et du soutien de Degryse comme de l'entraîneur pour se faire un nom. En automne, le GBA a reçu un cadeau inattendu de l'AC Milan. Le jeune Français Beloufa est déjà considéré comme un des meilleurs défenseurs du championnat. Le GBA a aussi résolu son problème de gardiens. Les deux premiers étant blessés, il a fallu aligner Luciano, nettement meilleur qu'on ne le pensait. Cependant, l'assainissement exigé par l'Ajax risque d'hypothéquer le succès sportif du club. La semaine dernière, les quatre joueurs convoités par l'entraîneur étaient toujours jugés trop chers. Geert Foutré