Difficile de ne pas faire d'Anderlecht le principal candidat à sa succession. A peine paré d'un 27e titre national, le Sporting a conservé l'essentiel de ses forces vives tout en réalisant le transfert majeur de l'été sous la forme de l'embrigadement de Mbo Mpenza. Avec un effectif qui lui permet de composer deux équipes de valeur sensiblement égale, le RSCA s'éveille aux plus hautes ambitions cette saison, avec la volonté de poursuivre sa domination sur le plan belge, tout en caressant l'espoir de passer l'hiver au chaud en compétition européenne.
...

Difficile de ne pas faire d'Anderlecht le principal candidat à sa succession. A peine paré d'un 27e titre national, le Sporting a conservé l'essentiel de ses forces vives tout en réalisant le transfert majeur de l'été sous la forme de l'embrigadement de Mbo Mpenza. Avec un effectif qui lui permet de composer deux équipes de valeur sensiblement égale, le RSCA s'éveille aux plus hautes ambitions cette saison, avec la volonté de poursuivre sa domination sur le plan belge, tout en caressant l'espoir de passer l'hiver au chaud en compétition européenne. La saison passée, il existait encore une hiérarchie, au Parc Astrid, concernant le poste de gardien, avec Daniel Zitka comme titulaire indiscutable, Tristan Peersman en tant que doublure et Jan Van Steenberghe au numéro trois. Ce ranking n'est toutefois plus de mise cette année puisque le remplaçant attitré a profité de l'indisponibilité du Tchèque pour faire montre de ses aptitudes et gagner, ce faisant, ses galons d'international. Le choix épineux de la préséance s'est résolu tout seul, à l'intersaison, suite à la blessure encourue par Daniel Zitka. Mais quand celui-ci sera redevenu opérationnel, sa disponibilité promet un joli casse-tête pour le coach, Hugo Broos. Celui-ci éprouvera sans nul doute moins de problèmes pour composer son quatuor défensif car hormis la place de back droit, où Anthony Vanden Borre et Michal Zewlakow entrent en concurrence, les trois autres postes ne réservent guère de surprises. Dans l'axe central, le duo formé de Vincent Kompany et Hannu Tihinen peut être d'autant plus aisément reconduit que Glen De Boeck traîne toujours les séquelles d'une intervention chirurgicale au genou. Quant à la place de latéral gauche, Olivier Deschacht y joue sans véritable concurrence depuis plusieurs mois. Dans ce secteur, les possibilités de rechange ne manquent pas avec les polyvalents Mark Hendrikx (flanc gauche ou droit), Lamine Traoré (latéral ou stopper) ou encore Mark De Man (défenseur ou demi). En fonction des circonstances, l'entraîneur anderlechtois peut se prononcer pour la faculté de pénétration, voire le volume de jeu. Dans le premier cas, il privilégiera sur les ailes les concours de Christian Wilhelmsson et Martin Kolar (du moins quand le Tchèque sera lui aussi remis de son opération au genou) ou bien il tablera sur Goran Lovre et le nouveau venu français, Fabrice Ehret, qu'on n'a pas encore pu juger de façon valable en raison d'une blessure survenue au tout début de la campagne de préparation. Deux autres éléments peuvent encore prétendre à un rôle dans l'un des couloirs : le jeune Jonathan Legear devrait être crédité à son tour de temps de jeu cette année. Enfin, Ki-Hyeon Seol a souvent occupé une fonction sur l'aile gauche et peut donc y entrer en ligne de compte durant les mois futurs aussi. Même si le staff technique du RSCA n'a jamais caché qu'il voyait davantage dans le Coréen un attaquant qu'un joueur de flanc. Au centre de la ligne médiane, Broos devrait opter cette fois encore en faveur du tandem constitué de Besnik Hasi et Walter Baseggio. Avec une année de plus, l'Albanais aura toutefois fort à faire pour défendre son territoire face à un jeune loup aux dents longues comme Junior. Sans compter qu'un autre trentenaire, Yves Vanderhaeghe, n'hésite pas à clamer qu'il faudra encore composer avec lui au cours du prochain exercice. Au côté du récupérateur, Walter Baseggio sera censé une nouvelle fois orienter la man£uvre, avec Pär Zetterberg dans le rôle de réserviste de luxe, comme il y a douze mois. Grâce à l'acquisition de Mbo Mpenza, le club bruxellois aura la faculté d'aligner en front de bandière une deuxième flèche noire au côté d' ArunaDindane. Si tant est, bien sûr, que l'Ivoirien puisse être conservé jusqu'au bout cette saison, lui qui suscite les convoitises de bon nombre de clubs hors frontières. Sans son magicien, Anderlecht ne se retrouvera pas démuni pour autant. Il possède effectivement toujours, dans son effectif, un goal-getter patenté en la personne de Nenad Jestrovic ainsi qu'un super-sub de très haut vol, lui aussi : Oleg Iachtchouk. Le jeune Russe Anatoli Gerk complète cette division offensive et, à l'image de Jonathan Legear, il lui appartiendra de montrer ses capacités à l'occasion. Avec un noyau richement doté, Anderlecht vise non seulement la pérennité au plan national mais souhaite aussi s'inscrire dans la durée sur la scène européenne. Une tâche qu'il n'avait pas su mener à bien l'année passée avec un maigre 0 sur 9 lors de ses déplacements en Ligue des Champions. Il paraît mieux armé cette fois pour ne plus devoir se contenter du strict minimum. Bruno Govers