Après une absence de deux ans, les Campinois ont connu un excellent début de saison. Après dix journées, ils étaient cinquièmes. Un moment donné, ils recelaient même le meilleur buteur, Gounongbe. Quand celui-ci s'est blessé, le promu a souffert de l'étroitesse de son noyau et a connu un passage à vide. L'entraîneur néerlandais Van Wijk, en poste depuis mai 2013, a été victime du 3/27, début janvier.
...

Après une absence de deux ans, les Campinois ont connu un excellent début de saison. Après dix journées, ils étaient cinquièmes. Un moment donné, ils recelaient même le meilleur buteur, Gounongbe. Quand celui-ci s'est blessé, le promu a souffert de l'étroitesse de son noyau et a connu un passage à vide. L'entraîneur néerlandais Van Wijk, en poste depuis mai 2013, a été victime du 3/27, début janvier. Van Veldhoven a été chargé d'inverser la spirale, de devancer le plus rapidement possible les équipes menacées et d'assurer le maintien, qui constituait le seul objectif de la saison. L'ancien médian a mis à profit les PO2, qu'il a terminés dernier avec cinq points derrière Lokeren, Mouscron-Péruwelz et Ostende, pour évaluer son noyau et ainsi effectuer des transferts ciblés, pour former une équipe apte à devenir un membre du milieu du classement. Van Veldhoven a en tout cas réalisé un fameux changement tactique pendant la préparation : il s'est défait du traditionnel 4-4-2 au profit d'un 3-5-2. Il développe son jeu depuis l'arrière en essayant d'être dominant et de placer la pression vers l'avant. Van Langendonck a finalement encaissé beaucoup de buts mais sans en être responsable. Il a été plutôt régulier. Il a en Van Hout un rival sérieux. Celui-ci a participé à l'aventure indienne de Van Veldhoven. Il semble serein, il possède plus d'expérience et a la préférence dans la cage, pour l'heure. Jeurissen est issu du noyau des espoirs. Suite au départ de Maertens, Westerlo a cherché un nouveau patron pour sa défense. Daems doit être capable de remplir ce rôle à la perfection, au coeur de la ligne arrière. Il est très discipliné, il a livré beaucoup de combats et possède un excellent jeu de position. Schuermans et Ruyssen luttent pour la place à sa droite. Le premier, grand et fort dans les duels, semble gagner le mano a mano, même si sa stature le rend moins mobile. A gauche, le Serbe Petkovic a déjà navigué en maintes eaux - internationales. Il est physique, malgré une apparence parfois nonchalante. Mustoe constitue une alternative mais il s'appuie davantage sur ses élans offensifs. Geudens, l'élément défensif, n'a pas obtenu de nouveau contrat. Restent le sobre Cools qui, polyvalent, peut également jouer à droite, et Annys. Celui-ci s'appuie surtout sur son abattage et son labeur, de même que le nouveau, Trompet. A Lokeren, il était barré par les chevronnés Overmeire et Persoons et le retour de Hyland de la Gold Cup risque de lui valoir le même sort au Kuipje car Hyland est plus calme ballon au pied. De la droite, Apau confère de la profondeur au jeu tandis que Molenberghs est plutôt l'homme des actions sur le flanc. Il doit améliorer son rendement. Quant à Verschueren, il a besoin de temps. Il y a un problème dans l'axe car Handzic est trop léger. Lecomte est une possibilité mais il préfère évoluer à gauche et converger vers le centre. Schouterden a un bon passing et peut aisément atteindre l'autre côté du terrain. La blessure au tendon d'Achille de Gounongbe fait porter tout le poids de l'attaque à De Ceulaer, qui est avide de revanche après ses adieux à Genk. Le Limbourgeois est imprévisible et sa mobilité lui permet de créer des brèches à un deuxième avant. Aoulad se sent (trop souvent) incompris, il s'en prend trop aisément à ses coéquipiers mais il est capable de réaliser des actions. Il peut également évoluer au numéro dix même si le colérique Bruxellois n'est pas très utile en perte de balle. En revanche, Koffi ne baisse jamais les bras. Il est une source de danger permanent dans le rectangle et ses abords. Enfin, MacDonald tente de retrouver la forme. Van Veldhoven a trouvé un nouvel axe central. Son objectif ? Augmenter le bagage footballistique et afficher plus d'audace. Malheureusement, la sélection actuelle est trop étriquée et lui offre peu de possibilités de variation. Le CEO et manager Wijnants conti-nue à chercher des opportunités sur le marché. L'entraîneur devra encore faire preuve de patience dans la paisible Campine. PAR FRÉDÉRIC VANHEULE