Le changement d'entraîneur à Anderlecht n'a pas amené de révolution de palais mais ce n'est pas en 15 jours que l'on peut juger de l'apport ou non d'une nouvelle méthode ou d'une autre approche. Les joueurs choisis par le nouveau coach pour débuter les matches face au Standard et Tottenham restent les éléments qui avaient déjà la confiance de Frankie Vercauteren (sauf Mbo Mpenza contre les Anglais). Si l'ancien mentor privilégiait le 4-3-3 qui était en fait un 4-5-1, Ariel Jacobs a disposé son équipe dans un 4-4-2 avec deux attaquants axiaux. Le gardie...

Le changement d'entraîneur à Anderlecht n'a pas amené de révolution de palais mais ce n'est pas en 15 jours que l'on peut juger de l'apport ou non d'une nouvelle méthode ou d'une autre approche. Les joueurs choisis par le nouveau coach pour débuter les matches face au Standard et Tottenham restent les éléments qui avaient déjà la confiance de Frankie Vercauteren (sauf Mbo Mpenza contre les Anglais). Si l'ancien mentor privilégiait le 4-3-3 qui était en fait un 4-5-1, Ariel Jacobs a disposé son équipe dans un 4-4-2 avec deux attaquants axiaux. Le gardien et les quatre défenseurs sont les mêmes que dans les matches précédents (contre les Spurs, Jelle Van Damme remplace numériquement Nicolas Pareja et Roland Juhasz glisse du côté droit de l'axe de la défense), l'organisation et le positionnement du quatre arrière n'ont pas changé d'un iota. La direction anderlechtoise espérait que le changement de coach allait provoquer un regain d'envie sur le terrain et à ce niveau, le comportement des joueurs fut nettement meilleur contre Tottenham que contre le Standard, match durant lequel on n'a pas assisté à beaucoup de mouvements virevoltants. Vercauteren évoluait avec Lucas Biglia et Jan Polak comme médians axiaux, en soutien d' Ahmed Hassan. L'Egyptien tournait derrière et autour de Nicolas Frutos, à charge de Jonathan Legear à droite et Bart Goor à gauche de meubler les flancs. Contre le Standard, Legear et Frutos étaient les deux attaquants de pointe soutenus par Hassan. Il faudra voir dans les prochaines semaines si cette paire est réellement complémentaire. Contre Tottenham, c'est Mbo qui tenait compagnie à l'Argentin. Dans le milieu du jeu, Polak évoluait comme médian droit mais son positionnement était très souvent vers l'intérieur, car c'est avant tout un joueur axial (il avait été transféré comme box to box !) et on n'a pas vu le moindre débordement de sa part. Goor et Hassan étaient positionnés comme précédemment à la différence près que l'Egyptien joue à présent derrière un duo d'attaquants au lieu d'un seul. Quant à Biglia, il devait se charger seul du rôle de demi défensif, mais comme déjà expliqué, Polak n'était pas très éloigné de lui vu sa position très intérieure. En perte de balle, aussi bien Legear que Mpenza se replient dans l'entrejeu, laissant le seul Frutos en pointe comme coupeur d'angles. Le système se transforme alors en 4-5-1 que l'on peut aussi à certains moments qualifier de 4-2-3-1 et à d'autres de 4-3-2-1. Dans le premier cas, Goor, Hassan et Legear ou Mpenza se replient derrière Frutos et coulissent d'un côté à l'autre du terrain. Dans le deuxième cas, Goor redescend plus bas et revient se positionner à la hauteur de Biglia et Polak. On peut donc dire que l'animation en perte de balle du système n'a pas été modifiée par Jacobs. Le seul petit changement dans la méthode du nouveau coach est donc l'animation offensive en possession de balle et le fait que des garçons comme Mbo, CyrilThéréau et Walter Baseggio ont récupéré un peu de crédit avec le nouvel entraîneur. par etienne delangre