Oliver Zeidler (22) semblait prédestiné à ramer. Son grand-père Hans-Johann Färber a gagné la médaille d'or et de bronze aux Jeux 1972 et 1976, sa soeur Marie-Sophie a gagné l'argent et le bronze aux championnats pour juniors et son père Heino était un habitué des régates de coupe du monde dans les années '90.

Mais Oliver, qui mesure 2.03 mètres, raffolait des séances de natation de son village natal, Schwaig, près de Nuremberg. Dans les championnats nationaux pour jeunes, il a souvent gagné le 100 et le 200 mètres. " J'ai commencé à hésiter quand mes copains ont abandonné, les uns après les autres : allais-je continuer ou changer de discipline ? "

En février 2017, quelques mois après être monté dans un esquif, avec sa soeur, à Oberschleissheim, il a mis un terme à sa (jeune) carrière en natation. Une décision logique, a-t-il trouvé : " Jusque là, je m'entraînais une fois par semaine sur ergomètre mais après quelques semaines d'entraînement à temps plein, j'ai enlevé les championnats indoor d'Allemagne en aviron, précédant le champion olympique, Tim Grohmann. J'ai su ce que j'allais faire. J'ai vraiment été surpris d'être aussi loin en aussi peu de temps. "

Troisième aux championnats d'Allemagne de skiff en 2018, Zeidler a intégré l'équipe nationale. Il a ensuite gagné la médaille de bronze lors de la première régate de coupe du monde à Belgrade, à deux secondes d' Ondrej Synek, médaille d'argent à Pékin et à Londres, de bronze à Rio.

A Lucerne, il a devancé le Tchèque et son compatriote Tim Ole Naske, ce qui lui permettra sans doute de participer à son premier Mondial en septembre. " Tout semble aller très vite mais avoir nagé parmi l'élite représente un énorme avantage. J'ai appris à gérer la pression, même si je dois encore acquérir du volume, dans les années à venir. Ma marge de progression est encore énorme. "

Oliver Zeidler (22) semblait prédestiné à ramer. Son grand-père Hans-Johann Färber a gagné la médaille d'or et de bronze aux Jeux 1972 et 1976, sa soeur Marie-Sophie a gagné l'argent et le bronze aux championnats pour juniors et son père Heino était un habitué des régates de coupe du monde dans les années '90. Mais Oliver, qui mesure 2.03 mètres, raffolait des séances de natation de son village natal, Schwaig, près de Nuremberg. Dans les championnats nationaux pour jeunes, il a souvent gagné le 100 et le 200 mètres. " J'ai commencé à hésiter quand mes copains ont abandonné, les uns après les autres : allais-je continuer ou changer de discipline ? " En février 2017, quelques mois après être monté dans un esquif, avec sa soeur, à Oberschleissheim, il a mis un terme à sa (jeune) carrière en natation. Une décision logique, a-t-il trouvé : " Jusque là, je m'entraînais une fois par semaine sur ergomètre mais après quelques semaines d'entraînement à temps plein, j'ai enlevé les championnats indoor d'Allemagne en aviron, précédant le champion olympique, Tim Grohmann. J'ai su ce que j'allais faire. J'ai vraiment été surpris d'être aussi loin en aussi peu de temps. " Troisième aux championnats d'Allemagne de skiff en 2018, Zeidler a intégré l'équipe nationale. Il a ensuite gagné la médaille de bronze lors de la première régate de coupe du monde à Belgrade, à deux secondes d' Ondrej Synek, médaille d'argent à Pékin et à Londres, de bronze à Rio. A Lucerne, il a devancé le Tchèque et son compatriote Tim Ole Naske, ce qui lui permettra sans doute de participer à son premier Mondial en septembre. " Tout semble aller très vite mais avoir nagé parmi l'élite représente un énorme avantage. J'ai appris à gérer la pression, même si je dois encore acquérir du volume, dans les années à venir. Ma marge de progression est encore énorme. "