Anthony Limbombe a seize ans quand il débute au RC Genk. Bourré de talent, il suscite l'euphorie. On le compare même à Arjen Robben et son père confie qu'il rêve de jouer au Real, comme son idole, Cristiano Ronaldo. Son éclosion en Pro League va pourtant tarder.
...

Anthony Limbombe a seize ans quand il débute au RC Genk. Bourré de talent, il suscite l'euphorie. On le compare même à Arjen Robben et son père confie qu'il rêve de jouer au Real, comme son idole, Cristiano Ronaldo. Son éclosion en Pro League va pourtant tarder. " Il était en plein développement ", raconte Pierre Denier, entraîneur adjoint au KRC Genk. " Un peu comme Leon Bailey. Ce sont des hommes de la dernière passe, difficiles à freiner par leur vitesse et parce qu'ils peuvent passer des deux côtés. Anthony est l'homme de la dernière passe. Il possède de la vista. Il a toujours fait ce qu'on lui demandait mais en match, son rendement laissait à désirer. Il forçait. Il manquait parfois de concentration et contribuait peu à la défense. " Anthony Limbombe (22 ans) vient d'une famille nombreuse d'origine congolaise, issue de Malines. Transféré du Kavé aux U11 de Genk, il est hébergé par Willy Mraz et sa famille. " Il pouvait paraître arrogant mais ne l'était pas. Quand il a eu son permis, il s'est acheté une Audi A3 d'occasion, qu'il avait encore la saison passée. Il est spécial mais pas mauvais. Quand tout le monde dit qu'il faut aller à gauche, il va regarder ce qui se passe à droite. Je lui ai souvent demandé de rire mais il répondait : 'Pourquoi ? Je ne joue pas'. On se disputait surtout à cause de l'école. Il n'aimait pas ça. Il avait aussi la manie d'arriver tout juste à l'heure. Il avait déjà sa vision du football. Pas question de défendre, par exemple. 'Messi, Suarez et Neymar ne le font pas'.En jeunes, il avait la vie trop facile. Quand je lui reprochais de ne pas suer, il me répondait : 'Les Africains ont des glandes sudoripares différentes'." En 84 matches, il marque cinq buts. Genk le loue au Lierse fin janvier 2014. Il se rend utile, avec deux buts, mais pendant les PO2, le club préfère aligner ses propres joueurs. Frédéric Frans, un défenseur du Lierse, jouait souvent contre lui à l'entraînement. " J'ai rarement affronté de meilleurs footballeurs. Il était capable de réussir quelque chose à partir d'une simple phase arrêtée. Il avait un tir superbe. Il travaillait beaucoup ses coups francs et un mouvement particulier : converger vers l'axe puis armer son tir. Il faisait des heures sup'. Je n'ai pas été surpris par son succès aux Pays-Bas, où le jeu est fait pour des ailiers comme lui. " En été 2014, Anthony Limbombe est en effet transféré pour 100.000 euros au NEC, en D2. Il a sa part dans le titre, avec 14 buts. Il se sent apprécié, il jouit de sa liberté offensive. En D1, il trouve le chemin des filets à sept reprises puis son entourage force son transfert au Club Bruges. " Anthony est un chouette gars et un grand talent ", dit Jefta Bresser, qui était alors l'adjoint d'Ernest Faber. " Mais il ne retire pas le maximum de son talent. Il a du mal à s'acquitter de ses tâches défensives. C'est une question de motivation. Comme il était très bon en attaque, nous avons compensé autrement son manque de disponibilité défensive mais j'espère pour lui qu'il va avoir un déclic. Quand on débute à seize ans, qu'on affronte Chelsea en Champions League mais qu'on n'est toujours pas titulaire six ans plus tard, c'est qu'il y a un problème. Il y a des choses à assimiler entre 18 et 21 ans. Des grands clubs néerlandais l'ont suivi mais n'en ont pas voulu à cause de ça. Il doit se fixer des objectifs. Je ne pense pas qu'il parvienne à investir en lui-même tous les jours. Quand Anthony en avait envie, il était vraiment bon et important mais je peux vous citer dix matches en déplacement où cette envie lui faisait défaut, statistiques à l'appui. Style vingt mètres de sprint en 90 minutes. Voire moins. Ses qualités lui permettent de plier un match. Le coeur à l'ouvrage lui manque, par contre. Le fait qu'il récupère peu de ballons n'est pas grave mais il doit appliquer les consignes. Arjen Robben n'était pas plus avancé que lui à seize ans mais depuis, il a appris énormément de choses et c'est pour ça qu'il a rejoint l'élite absolue. " En début de saison, Bruges a versé deux millions au NEC et a offert un contrat de quatre ans à Anthony Limbombe. Il voyait en lui un jeune Belge talentueux, qui pouvait éventuellement devenir le successeur d'Izquierdo. " Il convient à notre système de jeu ", explique Philippe Clement. " Il a la profondeur d'Izquierdo tout en pouvant jouer entre les lignes, comme Refaelov. Aux Pays-Bas, sa contribution défensive n'était pas bonne alors qu'elle est importante dans notre système. Nous lui avons donc expliqué d'emblée comment il pouvait se couler dans notre tactique, qu'il devait apprendre pendant un an, sans trop compter sur beaucoup de temps de jeu. Nous lui avons aussi assuré être capables de le faire progresser. Il a paru conscient de ses lacunes. Nos conventions sont très claires et jusqu'à présent, il les a respectées. Il n'a pas encore reçu d'amende. Anthony est sûr de lui et quand quelque chose ne va pas, il le dit, mais avec respect. Il travaille les aspects dont nous avons parlé. Quand il ne joue pas, nous lui disons pourquoi : s'il pense qu'on n'est pas honnête avec lui, il est du genre à se rebeller. Je pense qu'il a lui-même tiré des leçons de ses erreurs. " Il n'explose plus de joie après une action réussie. " Parce qu'il reste concentré ", explique l'entraîneur adjoint du Club. " Il est conscient de sa marge de progression. D'ailleurs, après un match, il dit lui-même qu'il aurait pu faire mieux. Il doit notamment améliorer son volume. Il y est parvenu contre Genk, alors que sa mission était défensive à 60 %. Anthony préfère faire partie d'une équipe qui dispute de grands matches et joue pour gagner des prix plutôt que marquer dix buts dans une formation de second rang. Il a opéré son choix en connaissance de cause. Reste à conserver cette ambition en toutes circonstances. " PAR CHRISTIAN VANDENABEELE - PHOTO BELGAIMAGE" Il préfère disputer de grands matches et jouer pour des prix plutôt que marquer 10 buts dans une équipe de second rang " PHILIPPE CLEMENT