Une carrière sportive peut parfois emprunter certains détours. A 20 ans, on prédisait à Laurent Ciman un bel avenir. Malgré le départ d' Ibrahim Kargbo, Charleroi avait décidé de ne pas transférer de défenseurs routiniers, laissant le soin au jeune Français Rémi Ribault et surtout à Ciman de pouvoir démontrer leurs capacités aux côtés du vétéran Thierry Siquet, censé devoir simplement donner des conseils et suppléer ces jeunes au coup par coup. Mais voilà, toute cette vision a été bousculée par un contrôle antidopage positif au soir du match de Coupe Intertoto en juillet face aux Finlandais de Tampere.
...

Une carrière sportive peut parfois emprunter certains détours. A 20 ans, on prédisait à Laurent Ciman un bel avenir. Malgré le départ d' Ibrahim Kargbo, Charleroi avait décidé de ne pas transférer de défenseurs routiniers, laissant le soin au jeune Français Rémi Ribault et surtout à Ciman de pouvoir démontrer leurs capacités aux côtés du vétéran Thierry Siquet, censé devoir simplement donner des conseils et suppléer ces jeunes au coup par coup. Mais voilà, toute cette vision a été bousculée par un contrôle antidopage positif au soir du match de Coupe Intertoto en juillet face aux Finlandais de Tampere. Positif au cannabis, Ciman se voyait suspendu pour trois mois. Un premier contretemps dans une carrière sur le point de prendre son envol. Cette mise à l'écart prend fin le 31 octobre et le joueur entrera de nouveau en ligne de compte pour le match face à Anderlecht (5 novembre). Un an après s'être fait remarquer face aux mêmes Anderlechtois. " Je suis sorti en discothèque avec plusieurs amis. J'avais bu deux ou trois verres et puis un joint a circulé et je ne l'ai pas refusé. C'est une bêtise de jeunesse. Mais c'est fait et c'est trop tard pour revenir là-dessus. Trois mois de suspension, c'est long. C'est ma faute et je l'assume complètement. C'est moi qui ai voulu devenir footballeur professionnel et c'est donc moi qui dois faire les sacrifices nécessaires pour réussir. Et puis, je n'ai pas trop à me plaindre car mon avocat m'avait dit que je risquais six mois. J'ai été très bien entouré par les joueurs. Ils n'ont pas trop discuté de tout cela. Ils ne m'ont pas enfoncé. Au contraire, ils m'ont relevé. L'entraîneur m'a parlé, les dirigeants aussi. J'ai eu une entrevue avec Mogi Bayat qui m'a tapé sur la tête (sic). Les journalistes n'en ont pas rajouté. Je suis juste passé à la télévision et ç'est cela qui a été vraiment dur. Je regrette aussi pour ma famille et mes parents car ils ne méritaient pas cela. Ils l'ont appris par les journaux car je n'avais pas osé leur en parler. Ils m'en ont voulu un petit peu. Ensuite, je leur ai dit que j'avais fait le con. Quand il a vu que j'étais triste, mon père m'a aidé, ma mère aussi. Ils m'ont bien élevé et ils ont été déçus par mon comportement. J'ai une dette envers eux ". " J'ai reçu une amende du club et j'ai dû aller entraîner les jeunes avec Thierry Siquet. Ce qui n'était pas vraiment une sanction. Je crois d'ailleurs que je vais continuer à le faire. Si Siquet a besoin de moi, je serai toujours partant ". " Pendant plusieurs semaines, j'ai préféré ne pas en parler à la presse. Maintenant, j'évoque le cas car cela ne sert à rien de le fuir. Il faut assumer mais il ne faut pas croire que je vais aborder le sujet dans tous les médias. J'en parle une fois, pas vingt. Je ne crains pas le fait que cet épisode me poursuive pendant toute ma carrière. Cela va s'estomper ". " Il faut que je sois sérieux vis-à-vis du club. Quand on joue à un certain niveau, il faut se fixer des limites. Cette parenthèse m'a fait quand même du bien. Cela m'a permis de réfléchir. Les coups durs forgent le caractère. Mais des bêtises, à part celle-là, je n'en fais pas trop ( il sourit). Je n'ai plus droit à l'erreur, j'en suis conscient. Ce n'est pas une raison pour soigner mon image. Je vais rester naturel. Maintenant, j'ai faim de football. J'ai envie de revenir plus fort qu'avant ". " J'ai fait une erreur mais pour moi, je ne me suis pas dopé. Je n'ai pas fumé un joint pour améliorer mes performances. Cela n'apporte rien au niveau sportif. Cela n'augmente pas mes capacités. Je n'avais même pas joué en Intertoto. J'ai été puni pour rien. Attention, je le répète, j'aurais dû ne pas le faire. Je ne savais même pas que le cannabis figurait sur la liste des produits interdits. Je me suis posé la question après mon contrôle. J'ai avoué au médecin ce que j'avais fait et il m'a dit que je risquais d'être positif même si cela s'était déroulé deux ou trois semaines avant le contrôle. Je ne me doperai jamais expressément. Je ne vois d'ailleurs pas à quoi cela pourrait servir. On est comme on est et on peut toujours améliorer ses capacités en travaillant ". " J'ai pu apprécier les performances de mes coéquipiers. Je me focalisais surtout sur le jeu des défenseurs et j'admirais le placement de Thierry Siquet. Je trouve que Charleroi réalise un bon championnat. On ne connaît simplement plus la chance de la saison passée. Heureusement, le groupe reste soudé et on n'a pas réalisé encore de mauvaises rencontres. Si on termine dixième, on ne pourra pas parler d'une mauvaise saison. Même si on espère toujours mieux. On parle beaucoup d'un football défensif mais on mène 0-2 à Lokeren et on fait 3-3 contre Bruges ! Si on a critiqué l'arbitrage à Lokeren, il ne faut pas en vouloir à l'arbitre. Il fait son match et s'il se trompe, on doit se dire que l'erreur est humaine. Certains nouveaux apportent un plus à l'équipe comme Ribault ou Fabien Camus. Sans oublier François Sterchele mais on ne doit pas oublier les anciens comme Badou Kere, Frank Defays ou Sébastien Chabaud ". " Le club m'a particulièrement bien protégé. Je remercie les dirigeants de ne pas m'avoir renvoyé. Je n'ai pas eu à subir de remarques négatives. Mais, on va voir quand je vais rejouer. Sur le terrain, certains adversaires n'hésiteront pas à me chambrer... Je reviens avec un niveau comparable à celui que j'avais avant. Pendant ma suspension, je m'entraînais tous les jours avec le groupe. J'allais également courir et j'en ai profité pour faire un peu de musculation même lors des jours de congé ". " En début de saison, Jacky Mathijssen m'avait dit qu'il comptait sur moi dans un rôle de titulaire. J'avais d'ailleurs effectué une bonne préparation. Thierry Siquet m'avait même précisé qu'il était là pour me remplacer et qu'il ne tiendrait plus toute une saison. Mais il a l'expérience et il a fait ses matches. J'espère maintenant que l'entraîneur va continuer à me faire confiance. Après mon erreur, je suppose que je vais devoir effectuer deux ou trois matches en Espoirs. Je trouverais même cela logique. Puis, j'aurai ma chance et je la saisirai. Et s'il faut attendre, j'attendrai. Si un autre prend ma place, je travaillerai encore davantage. La concurrence ne me dérange pas. Au contraire ". " Je peux me montrer satisfait de ma première saison. J'ai percé lors de la première partie de championnat avant d'un peu rentrer dans le rang. L'entraîneur n'avait aucune raison de changer un axe central si fort. Kargbo et Kere étaient intraitables. Cette saison, je veux jouer et essayer de m'imposer. Le fait que le club n'achète personne, à part Ribault, pour remplacer Kargbo est un signe de confiance. Des jeunes arrivés l'année passée, je suis le seul avec Adrien Roman à être resté. Cela aussi me donne confiance. Cela prouve que l'entraîneur m'a intégré dans ses plans d'avenir ". l STÉPHANE VANDE VELDE" J'AI FAIT UNE ERREUR MAIS JE NE ME SUIS PAS DOPÉ "