Le Borussia Dortmund est impressionnant. Toutefois, sa victoire 1-5 à Fribourg le 16 mars a surtout marqué les esprits à cause d'un duel entre le gardien Jens Lehmann (32 ans) et l'attaquant Soumaila Coulibaly.
...

Le Borussia Dortmund est impressionnant. Toutefois, sa victoire 1-5 à Fribourg le 16 mars a surtout marqué les esprits à cause d'un duel entre le gardien Jens Lehmann (32 ans) et l'attaquant Soumaila Coulibaly. A la 21e minute, l'avant malais s'est retrouvé au tapis après un solide sliding sur l'international allemand. Cette action inoffensive a exaspéré le portier: alors que le jeu se poursuivait, il a décoché un solide coup de pied à la cuisse de Coulibaly. L'arbitre, Herbert Fandel, n'avait rien vu mais l'incident n'a pas échappé aux caméras. la commission de discipline est donc intervenue: quatre matches de suspension. Ça tombe mal car Lehmann rate ainsi les joutes contre Kaiserslautern, le VfB Stuttgart et Munich 1860. Lehmann a présenté ses excuses sur le site internet du club mais sans trouver des termes convaincants. "J'ai agi sous l'emprise de l'émotion, car je croyais qu'il m'avait brisé la rotule", explique le gardien, qui a versé une somme à une oeuvre charitable et a prolongé son contrat jusqu'en 2004.Ce geste n'est pas de nature à améliorer sa réputation. En Allemagne, Lehmann est un Buhmann. Il est honni. Ce n'est pas la première fois qu'il pèche. Cette saison, une altercation l'a déjà opposé à Ulf Kirsten (Leverkusen, échange de mots et coup sur le nez), Giovane Elber (Bayern, coup de tête) et à Victor Agali (Schalke 04, jeu de mains). "Je ne peux supporter d'être maltraité. Je ne suis pas un lèche-cul. Je dis ce que je pense", se défend Lehmann. La presse allemande a déjà démoli la réputation du portier. Le sélectionneur, Rudi Völler, s'est toutefois empressé de défendre la doublure d' Oliver Kahn. "C'était stupide. Jens a mal réagi. Ce n'est quand même pas une raison pour le démolir". Ça n'a pas empêché Rudi Völler de sélectionner Frank Rost et Hans-Jörg Butt pour le match amical contre les Etats-Unis, alors que Kahn était laissé au repos. Harald Schumacher, le gardien allemand le plus contesté de tous les temps, lui a donné un conseil: "Quand je rentrais chez mois, après un match, je descendais à la cave, où j'avais un punching-ball. Je le cognais jusqu'à ce que je retrouve mon calme, même si mes doigts étaient parfois en sang" . (F. Vanheule)