lE coach HUGO BROOS

Nos débuts ont été très difficiles, notre élimination en Coupe UEFA constituant le comble. La cause ? L'indisponibilité de nombreux joueurs, dont des titulaires. J'en ai compté jusqu'à dix en même temps. On nous a jugés un peu trop sévèrement à ce moment-là, sans tenir compte de nos problèmes. Nous avons relevé notre niveau grâce au retour des blessés, comme Orlando Engelaar, et nous avons retrouvé la position à laquelle on nous attendait, avec un excellent football offensif. Gert Claessens a été rapidement forfait alors qu'il est essentiel en défense car il dirige bien, ce qui nous a fait défaut. A certains moments, nous avons encaissé des buts...

Nos débuts ont été très difficiles, notre élimination en Coupe UEFA constituant le comble. La cause ? L'indisponibilité de nombreux joueurs, dont des titulaires. J'en ai compté jusqu'à dix en même temps. On nous a jugés un peu trop sévèrement à ce moment-là, sans tenir compte de nos problèmes. Nous avons relevé notre niveau grâce au retour des blessés, comme Orlando Engelaar, et nous avons retrouvé la position à laquelle on nous attendait, avec un excellent football offensif. Gert Claessens a été rapidement forfait alors qu'il est essentiel en défense car il dirige bien, ce qui nous a fait défaut. A certains moments, nous avons encaissé des buts évitables. Sans Gonzague Vandooren, Claessens et Hans Cornelis, nous n'avions pas ce qu'on pourrait appeler notre défense type. Les cadets, avec Steven Defour en guise de révélation car il a presté comme un titulaire, ont reçu leur chance plus tôt que prévu. Ils n'ont certainement pas déçu, que du contraire. Il est normal de reprocher son manque d'agressivité à une équipe qui peine mais en fait, nous avons tout simplement été mauvais. Apprendre semaine après semaine un nouveau forfait est mentalement difficile à gérer. Si les résultats ou la qualité du jeu sont bons, c'est différent, mais quand les deux font défaut, la situation est pénible, surtout quand des footballeurs inexpérimentés doivent porter l'équipe. Le match européen contre Litex illustrait parfaitement notre situation d'alors. Les circonstances nous ont empêchés de faire ce que nous voulions, dominer le jeu. Nous y sommes parvenus depuis lors, notamment en première mi-temps contre le Club Bruges. Théoriquement, Koen Daerden et Gert Claessens seront prêts à la mi-février, à un moment qui sera peut-être décisif car le championnat se décide souvent aux environs de février, mars. En voyant à quelle place nous sommes malgré nos problèmes, j'aborde le second tour avec optimisme . lLa révélation limbourgeoise du premier tour : mobile, doté de vista, d'abattage, d'une belle technique de dribble et de frappe. Malgré sa jeunesse, c'est lui qui a pris l'équipe en mains pendant sa débâcle européenne. De l'entrejeu ou comme deuxième avant, il peut aussi marquer. Idéal dans le système de René Vandereycken, il ne convient pas à celui de Hugo Broos : il n'est pas assez fort dans les duels, son abattage est insuffisant et il reste trop près de la défense. Et malgré son expérience, il n'est pas un leader. En revanche, ses longues passes sont précises. JOUEURS UTILISéS : Beslija (14), Chatelle (3), Claessens (1), Cornelis (6), Daerden (8), Defour (11), Engelaar (12), Haroun (10), Matoukou (10), Mikulic (17), Moons (18), Ogunjimi (2), Oliseh (15), Peeters (13), Priske (3), Remacle (4), Sigurdsson (16), Soetaers (16), Soley (12), Stojanovic (13), Van Goethem (6), Vandenbergh (16), Vandooren (8), Wamfor (11). BUTEURS : Beslija (2), Chatelle (1), Cornelis (1), Defour (1), Engelaar (2), Mikulic (2), Peeters (6), Sigurdsson (1), Soetaers (3), Soley (1), Stojanovic (3), Vandenbergh (7), Vandooren (1). CARTES JAUNES : 27 CARTES ROUGES : 3 PENALTIES : 6 pour (3), 1 contre (0). CORNERS : 109 pour, 81 contre. FAUTES : 274 commises, 270 subies. RAOUL DE GROOTE" QUAND JE VOIS Où NOUS SOMMES, J'ABORDE LE SECOND TOUR AVEC OPTIMISME "