Le passé récent a démontré que l'argent pouvait acheter le succès comme RomanAbramovich l'a fait avec Chelsea. Le secrétaire d'Etat à la Culture, Andy Burnham, fut le premier à exprimer ses craintes à propos d'une ligue déterminée par des transferts massifs de capitaux venus de l'étranger, et souvent l'£uvre de milliardaires. Il appela la vénérée Football Association (FA) à " répondre à son appel " et à lancer une enquête. Le p...

Le passé récent a démontré que l'argent pouvait acheter le succès comme RomanAbramovich l'a fait avec Chelsea. Le secrétaire d'Etat à la Culture, Andy Burnham, fut le premier à exprimer ses craintes à propos d'une ligue déterminée par des transferts massifs de capitaux venus de l'étranger, et souvent l'£uvre de milliardaires. Il appela la vénérée Football Association (FA) à " répondre à son appel " et à lancer une enquête. Le président de la FA Lord Triesman a réagi rapidement, en disant qu'il fallait resserrer les règles du jeu. En répondant à des interpellations, Triesman a clairement visé Manchester City en affirmant : " Il y a une distinction à faire entre ceux qui investissent en respectant les valeurs des clubs et ceux qui font uniquement leur shopping. Il est difficile d'imaginer qu'un propriétaire de club qui pense que c'est une bonne chose d'acheter le meilleur onze du monde ait compris ce point fondamental. " L'ancien proprio thaïlandais Thaksin et City étaient devenus des sujets embarrassants. La Premier League et la FA avaient suivi de loin les négociations de rachat des fleurons du championnat anglais. A chaque fois qu'on se demandait si un repreneur était bel et bien la personne appropriée pour reprendre un cercle de l'élite, la Premier League répondait qu'elle avait développé un test d'adéquation, introduit par la fédération anglaise en 2004, qui bannit les criminels condamnés et ceux qui ont connu la faillite. Cependant, rien n'est prévu pour empêcher un homme poursuivi en justice et dont les avoirs ont été gelés d'acheter un club... La Premier League s'apprêtait donc à activer son test pour la première fois en cas de condamnation de Thaksin lorsque l'incroyable se produisit : la vente du club aux cheikhs l'été dernier. Les fans de City, à de rares exceptions près, sont pourtant ravis. D'un playoff en D3 au club le plus riche du monde, tout cela en neuf ans, est un voyage extraordinaire dans la vie de tout supporter. Et ils s'en fichent que le cheikh Sulaiman Al Fahim, la face visible de l'ADUB à City, disait s'amuser comme un fou en achetant des joueurs de la même manière qu'il collectionnait les figurines Panini. Il faut savoir, aussi, que le jour après la reprise thaïlandaise, le site internet du Manchester Evening Newsétait débordé de commentaires de supporters célébrant le renouveau. L'un d'entre eux avait un message pour Thaksin : " Merci, Dr T et bonne chance pour votre procès ! "