Depuis sa remontée parmi l'élite en 2012, le club waeslandien a usé quelques entraîneurs. Geeraerd, De Boeck et Peeters ont souvent été mécontents de la gestion chaotique des transferts. Maintenant, c'est RonnyVan Geneugden qui est chargé de maintenir Waasland-Beveren en D1. Comme ses prédécesseurs, il a utilisé la préparation comme laboratoire, en attendant l'évolution des différents transferts. Van Geneugden a jonglé avec les occupations de terrain, les tests et les espoirs. Le Limbourgeois a, depuis, obtenu deux joueurs chevronnés, Hubert et Robson, qu'il a connus à Genk et à OHL, mais il souhaite encore recruter deux Louvanistes, Ibou et Chuka. Son message est clair : pas trop d'éléments imprévisibles, pour tenter de ...

Depuis sa remontée parmi l'élite en 2012, le club waeslandien a usé quelques entraîneurs. Geeraerd, De Boeck et Peeters ont souvent été mécontents de la gestion chaotique des transferts. Maintenant, c'est RonnyVan Geneugden qui est chargé de maintenir Waasland-Beveren en D1. Comme ses prédécesseurs, il a utilisé la préparation comme laboratoire, en attendant l'évolution des différents transferts. Van Geneugden a jonglé avec les occupations de terrain, les tests et les espoirs. Le Limbourgeois a, depuis, obtenu deux joueurs chevronnés, Hubert et Robson, qu'il a connus à Genk et à OHL, mais il souhaite encore recruter deux Louvanistes, Ibou et Chuka. Son message est clair : pas trop d'éléments imprévisibles, pour tenter de glaner des points grâce à une solide organisation. Steppe et Coosemans sont en balance. Van Geneugden ne tient pas compte des mérites de la saison passée. Il a essayé différentes tactiques pendant la préparation : 4-4-2, 4-3-3, 3-4-3 mais c'est avec une défense à trois qu'il a obtenu le plus de stabilité. Cette option permet surtout de pallier le manque de vitesse et de mobilité des défenseurs centraux Bojovic, Robson et Corstjens. Il attend des arrières latéraux qu'ils se replient en perte de balle pour former une défense à cinq et qu'ils confèrent de la profondeur au jeu dans le cas contraire. A droite, D'Ulivo n'est pas contesté. Il peut être doublé par Vermeulen. A gauche, il y a plusieurs possibilités. En principe, Cale est titulaire mais un nouveau, Deflem, a étalé son talent dans les matches amicaux. Van Geneugden misera sans doute sur l'expérience de Cale mais il fera monter Deflem quand il faut forcer un résultat. Le jeune De Pauw est un des espoirs qui a convaincu le coach et il intègre le noyau A. Hubert devient le métronome de l'équipe. Il doit distribuer le jeu et surveiller l'organisation - le coach est un fervent adepte de la couverture en zone et de la souplesse tactique. Il sera assisté par Maric ou Blondelle, en fonction de l'adversaire. Maric est meilleur offensivement mais Blondelle est précieux pour organiser sa ligne. Henkens doit plutôt assurer la liaison avec la première ligne. M'Sila, transféré de Gand, est un peu trop léger pour déjà imposer sa griffe. Rowell, qui est un pion important, n'est pas encore rétabli d'une opération aux adducteurs, survenue au milieu de la saison passée. Godemèche, Santos et Sterckx ont été renvoyés dans le noyau B et peuvent partir. Beveren adaptera sa tactique à l'adversaire et même au cours du match. Van Geneugden préfère le 4-3-3 mais il ne possède pas assez d'ailiers pour développer ce style de jeu à Beveren. Tant qu'il n'obtient pas de renforts dans ce secteur, il procédera en 4-4-2 ou en 3-4-3. Trickovski, Demjan et Veselinovic sont partis, ce qui représente une perte sérieuse. Le club doit s'occuper de l'attaque. Ibou constitue la priorité numéro un. Pour l'entraîneur, Oumarou est un avant-centre, même si sa vitesse permet de l'aligner sur le flanc gauche en 4-4-2. Pendant les matches de préparation, Emond a fait preuve de beaucoup d'efficacité mais il devra peut-être s'effacer devant un nouveau venu. Quelques mois après avoir assuré son maintien en D1 lors de la dernière journée, Waasland-Beveren fait à nouveau face à une saison difficile. Van Geneugden a prouvé à OHL qu'il était capable de produire un jeu discipliné et enthousiaste avec une équipe limitée. Ce sera nécessaire pendant les premières semaines de la compétition car Beveren va affronter des concurrents directs : Mouscron-Péruwelz, Westerlo et Charleroi. S'il rate son départ, il s'expose au même scénario que l'année dernière. PAR MATTHIAS STOCKMANS