Le FC Barcelone s'est montré entreprenant sur le marché des transferts, jusqu'à présent. Il a déjà recruté le Chilien Claudio Bravo (12 millions, 4 saisons), le Croate Ivan Rakitic (22 millions, 5 saisons) et l'Allemand Marc-André ter Stegen (12 millions, 5 saisons). La fringale du nouvel entraîneur, Luis Enrique, et d'Andoni Zubizarreta, le directeur sportif, ne semble pas encore assouvie. Le club catalan veut faire oublier sa médiocre saison, égayée d'un seul prix, la Super Coupe d'Espagne acquise au détriment de l'Atlético Madrid. Le club cherche encore au moins un défenseur central de renom.
...

Le FC Barcelone s'est montré entreprenant sur le marché des transferts, jusqu'à présent. Il a déjà recruté le Chilien Claudio Bravo (12 millions, 4 saisons), le Croate Ivan Rakitic (22 millions, 5 saisons) et l'Allemand Marc-André ter Stegen (12 millions, 5 saisons). La fringale du nouvel entraîneur, Luis Enrique, et d'Andoni Zubizarreta, le directeur sportif, ne semble pas encore assouvie. Le club catalan veut faire oublier sa médiocre saison, égayée d'un seul prix, la Super Coupe d'Espagne acquise au détriment de l'Atlético Madrid. Le club cherche encore au moins un défenseur central de renom. Le Barça reprend les entraînements le 14 juillet sans Xavi, qui va achever sa carrière en roue libre aux Etats-Unis, au Qatar ou dans un endroit du genre, Cesc Fabregas, qui rejoint Chelsea, Victor Valdes, qui n'a pas encore de club, et Carles Puyol, retraité des terrains mais nouveau bras droit de Zubizarreta. Ces quatre footballeurs ont été formés à La Masia et, à l'exception de Fabregas qui avait rejoint Arsenal en 2003, ont fait partie de la génération en or qui a tout gagné sous la direction de Pep Guardiola. En ce sens, leur départ marque la fin d'une ère. Luis Enrique doit pallier le départ de plusieurs piliers mais ce n'est pas le seul défi qu'il doit relever. L'entraîneur doit chercher un nouveau capitaine. Or, Puyol avait énormément de poids dans le vestiaire. Des noms circulent : Gerard Piqué, Lionel Messi, Andres Iniesta et Javier Mascherano. Ce dernier semble avoir la préférence de l'entraîneur, même si l'Argentin de trente ans n'en est qu'à sa cinquième saison au Camp Nou. Les trois autres candidats présentent des lacunes : Piqué n'a pas toujours un comportement irréprochable, Messi a de gros problèmes avec le fisc et Iniesta est ce qu'on appelle un leader tranquille, trop aux yeux de certains. Enrique ne veut pas que son capitaine soit " le plus beau, le plus âgé, le plus gentil ou le plus populaire. Il doit être une référence pour les autres joueurs et être capable de communiquer avec moi. " Lucho doit également surveiller les rapports entre ses deux vedettes, Neymar (22 ans) et Messi (27 ans). En mars, Johan Cruijff avait soulevé un problème : " Un jeune de 22 ans ne peut pas gagner davantage que des footballeurs qui gagnent tous les trophées possibles depuis des années. " C'est réglé : Messi, sous contrat jusqu'en 2018, va être, la saison à venir, le joueur le mieux payé du monde avec vingt millions d'euros par an. Reste le problème sportif : est-il possible d'aligner de concert deux joueurs de ce calibre ? Enfin, la principale pierre d'achoppement pour Luis Enrique : parviendra-t-il à réinsuffler vie au tiki-taka de Barcelone ? Les signaux sont alarmants : la finale de la Ligue des Champions s'est disputée entre deux équipes de contre et le déclin de l'équipe nationale au Brésil va laisser des traces. Cinq joueurs de Barcelone étaient titulaires de la formation qui a été balayée 5-1 par les Pays-Bas : Jordi Alba, Gerard Piqué, Xavi, Andrés Iniesta et Sergio Busquets. Tata Martino développait un football soporifique. Enrique doit le rendre plus agressif, plus brutal, plus vertical. Compte tenu de son passé en Catalogne, il ne va pas abandonner le 4-3-3 et il a annoncé qu'il offrirait leur chance aux jeunes. Il a la réputation d'avoir une poigne de fer et de harceler ses joueurs. C'est exactement ce dont Barcelone semble avoir besoin... PAR STEVE VAN HERPE