Il y aura bientôt deux ans, le 1er janvier prochain, que Pierre François décida de quitter le barreau pour devenir directeur général du Standard. Un coup de folie ? Oui... mais de la folie amoureuse pour un club dont il était l'avocat depuis 13 ans et supporter inconditionnel depuis sa jeunesse universitaire à Liège.
...

Il y aura bientôt deux ans, le 1er janvier prochain, que Pierre François décida de quitter le barreau pour devenir directeur général du Standard. Un coup de folie ? Oui... mais de la folie amoureuse pour un club dont il était l'avocat depuis 13 ans et supporter inconditionnel depuis sa jeunesse universitaire à Liège. A diverses reprises, il avait déjà repoussé l'offre qui lui avait été faite de diriger le grand club liégeois. La tentation fut finalement la plus forte. Difficile de résister à un défi aussi excitant quand on a le goût du risque et de l'aventure. Il avait goûté à toutes les saveurs du barreau : " J'en avais fait le tour ", clame-t-il ! Enfin, au travers les dossiers juridiques que le Standard lui avait confiés, il s'était découvert une relation d'affinité et de confiance réciproques avec LucianoD'Onofrio si bien que lorsque ce dernier lui demanda de le rejoindre, il craqua ! L'insistance de D'Onofrio pour s'adjoindre les services de Pierre François ne manquait certainement pas de pertinence quand on parcourt de plus près son profil : homme de dossiers, personnalité en vue à Liège, passionné de foot et du Standard et bosseur infatigable. La maîtrise et la connaissance des dossiers sont bien évidemment les qualités premières de tout bon avocat. Dès son arrivée dans le monde du foot, Pierre François a marqué son territoire grâce à la clarté de ses exposés et de ses prises de position. Qu'on les approuve ou non, chacun doit bien lui reconnaître des qualités intellectuelles telles qu'on ne peut ni ignorer ni esquiver la moindre de ses interventions. Sa capacité de cerner, en un minimum de temps, aussi bien les gens que les problèmes, l'a déjà amené à siéger au comité de direction de la Ligue Pro et à la commission des licences. Son esprit de synthèse et sa lucidité y sont autant de gages d'efficacité. Le temps dira s'il possède assez de diplomatie et de charisme auprès de ses collègues pour jouer un rôle déterminant dans l'évolution de notre football professionnel. Au premier contact, Pierre François peut parfois paraître à certains cassant, froid voire expéditif. C'est vrai qu'il peut donner l'impression qu'il ne vous écoute plus ! Détrompez-vous. Il enregistre toujours... et surtout il vous observe. Il reconnaîtra, j'espère, qu'il n'est pas toujours un modèle de patience. D'où ce côté un peu speedé du personnage. Toutefois, si vous n'êtes pas quelqu'un de parole, vous avez intérêt à dégager au plus vite. Quant à ceux qui le trouveraient peu chaleureux, qu'ils aillent le suivre dans sa tournée des clubs de supporters. Ils y verront un homme proche des gens, heureux de partager leur ferveur pour leur club : " Le contact avec les supporters reste, pour moi, un des moments privilégiés de mon job ! " Passionné, Pierre François cultive aussi l'art de diversifier les plaisirs ! Dix chevaux, trois chiens, sept chats peuplent son univers quotidien. Chaque matin à l'aube, il est le premier debout pour nourrir tout ce petit monde et préparer le petit déjeuner familial. Accompagner Samuel, son grand fils, en concours hippique reste le must dans la foulée du match du week-end. Lui-même pratiquait l'équitation. Mais une vilaine chute l'a définitivement décidé à se limiter aux gentilles promenades à la papa. Dernier coup de c£ur : l'opéra ! Et où caser encore, dans tout cela, le cinéma qu'il adore ? D'autant que le foot et le Standard lui bouffent les trois quarts de son temps ! Originaire de Mouscron, Pierre François fit successivement escale, pour les besoins professionnels de son père banquier, à Huy, Verviers et Liège. C'est là, qu'au cours de ses études à l'université, il rencontre Dominique, sa future épouse, en fac de droit. " Notre relation a fait de mon mari un vrai Liégeois digne de ce nom, susceptible et chauvin. Rouche à 100 % et qui conteste donc à qui que ce soit le droit de dire le moindre mal du Standard sauf si on en est supporter ! ". Message reçu cinq sur cinq ! par André Remy " Il conteste à quiconque le droit de dire LE MOINDRE MAL DU STANDARD "