Malgré le remaniement complet de sa défense il y a un an, OHL est resté très fragile dans cette ligne la saison écoulée. Il a donc procédé à de nouvelles retouches. Le club louvaniste entame sa troisième saison parmi l'élite avec le médian créatif qu'il recherchait depuis si longtemps. Mieux : il en a deux. Et l'attaque ne semble pas avoir perdu en talent.
...

Malgré le remaniement complet de sa défense il y a un an, OHL est resté très fragile dans cette ligne la saison écoulée. Il a donc procédé à de nouvelles retouches. Le club louvaniste entame sa troisième saison parmi l'élite avec le médian créatif qu'il recherchait depuis si longtemps. Mieux : il en a deux. Et l'attaque ne semble pas avoir perdu en talent. Bailly est redevenu un dernier homme fiable et il en a été récompensé par une prolongation de contrat. La location de Mikulic étant arrivée à terme, le club a embauché le jeune et prometteur Pettersson. À gauche, Weuts a été remplacé par Subasic. C'est un international bosniaque pour un réserviste. Du coup, un titulaire, Thompson, rejoint le banc : voilà un signal ambitieux. Après un passage en deuxième Bundesliga, Subasic veut assurer sa participation au Mondial. Wijns - Louvaniste et un des meilleurs arrières droits de D2 - doit concurrencer Vanaudenaerde à droite. Robson est la seule certitude. Raymaekers est encore blessé et les défenseurs axiaux Bastiaens et Buekers sont trop verts pour une place de titulaire. Pendant la préparation, Buysens a été essayé au poste de troisième arrière central, dans un système qui permet aux arrières latéraux de jouer plus haut. OHL a longtemps négocié avec Barda, sans que les parties ne s'accordent sur le plan financier. Il a trouvé un accord avec Messoudi rapidement. L'ancien international espoir devient l'élément créatif qui faisait défaut à l'équipe depuis des années. Maia est un numéro dix du même type et il serait une opportunité. À côté du vieux combattant Geraerts, Gislason, qui souffre d'une tenace blessure au mollet, cède provisoirement sa place à Ngolok. Van Goethem semble surtout voué à un rôle de joker, d'autant qu'Haidara, un grand médian défensif également apte à évoluer en défense, s'entraîne avec le noyau depuis la saison passée. À droite, Karuru est une option s'il faut courir. Messoudi le fait surtout entre les lignes, même s'il est capable de le faire de la ligne vers l'axe, comme Ibou à gauche, ce qui laisse des espaces aux arrières latéraux et aux deux avants. Ibou est resté mais Chuka est le premier footballeur à avoir utilisé OHL comme tremplin. Son départ permet à Cerigioni, dont on ne doute plus de la percée, de jouer. Sinon, Ogunjimi est encore là et Van Geneugden veut en refaire un footballeur, comme il y est parvenu avec Remacle et Bailly, des joueurs qu'il a également dirigés à l'école des jeunes du RC Genk. Pour l'ancien Diable Rouge, l'OHL constitue l'ultime chance de relancer sa carrière. Du côté des jeunes, Yagan et surtout un talent local, Dehond, font excellente impression, contrairement à Azevedo, pour lequel il est moins cinq. Le héros local, Ruytinx, rempile pour une saison, après une année d'inactivité suite à une opération au genou. Pettersson, Subasic et Ogunjimi sont loués avec option d'achat, Messoudi et Maia étaient libres. OHL a nettement renforcé son noyau sans prendre de risques financiers et reste maître de la situation. Il a trouvé les maillons manquants et a rehaussé la qualité générale de celui-ci. Le club louvaniste n'a plus l'ambition d'un débutant prudent mais celle d'un club empreint d'assurance. Durant sa première saison à OHL, Van Geneugden a promu le club en D1, jamais il n'a été menacé de rétrogradation et il a même disputé les PO2 la saison suivante. Durant sa quatrième saison - quelle belle illustration de la continuité prônée par le club -, il vise une place de huit à dix. Compte tenu de l'augmentation de qualité et d'équilibre du noyau, ce n'est pas un objectif irréaliste. PAR JAN HAUSPIE