Bien qu'il serait opportun de nettoyer en profondeur tout notre football, faisons abstraction de la tempête qui le secoue actuellement et regardons plutôt attentivement le classement : vous découvrirez un peloton de tête et un autre qui joue la queue du championnat. Quoi que l'on en dise ou en pense, si notre football est pour certains à la dérive, je constate que l'intérêt de la compétition ne fait que croître.
...

Bien qu'il serait opportun de nettoyer en profondeur tout notre football, faisons abstraction de la tempête qui le secoue actuellement et regardons plutôt attentivement le classement : vous découvrirez un peloton de tête et un autre qui joue la queue du championnat. Quoi que l'on en dise ou en pense, si notre football est pour certains à la dérive, je constate que l'intérêt de la compétition ne fait que croître. Qui sera champion ? Qui sera rétrogradé ? Celui qui a la réponse à ces deux questions est très fort ! Et si on dit que le champion sera le plus faible depuis dix ans, je trouve cela plus attrayant de voir encore à deux tiers du championnat Anderlecht, Bruges et le Standard lutter de la sorte pour conquérir le titre. S'ils ont eu tous l'occasion de distancer leurs adversaires, aucun ne l'a saisi. Résultat des comptes, le sprint final sera certainement stressant pour chacun de leurs supporters. En revanche, pour tout observateur neutre, il sera plus qu'intéressant. Selon moi, le club qui émergera est celui qui aura su gérer au mieux une saison riche en événements dans chaque club : Anderlecht et ses petites histoires internes qui ont vu le club se séparer des éléments comme Walter Baseggio ou Nenad Jestrovic, le maintien à la tête de l'équipe de l'entraîneur après quelques résultats moindres début janvier... Bruges et ses blessés ainsi que la mise en place du nouveau staff qui a pris plus de temps que prévu. Enfin le Standard qui a fléchi un peu mais qui a enfin pris conscience de son potentiel et est plus déterminé que jamais afin d'être champion. A l'opposé, la lutte pour le maintien est une énigme. On avait condamné le Lierse à la fin du premier tour, mais depuis début janvier c'est un peu la surprise du chef vu la manière dont il joue et le nombre de points récoltés en peu de temps. Il est plus que jamais relancé dans la course pour le maintien. La Louvière, elle, est retombée de haut après une superbe série de résultats lors de l'arrivée de Gilbert Bodart. Beveren s'enlise de plus en plus et Saint-Trond lui aussi s'est mis à réagir ces dernières semaines. Dans un sens comme dans l'autre, le nombre de points qui sépare toutes ces équipes est minime et tout pourrait se jouer dans la tête. Et comme le football se joue aussi avec la tête si pas plus qu'avec les pieds... Johan Walem