A l'image de la Jupiler League, le championnat écossais n'a pas été des plus palpitants. Si son vainqueur n'est pas encore connu, il pourrait l'être ce week-end lors du déplacement des Rangers à Edimbourg où ils rencontreront Hibernians. En effet, le club protestant de Glasgow compte 11 points d'avance sur son grand rival, le Celtic, et une victoire lors de la 35e journée enrichirait le club d'un 53e titre (record européen en la matière, avec un premier titre empoché en 1891).
...

A l'image de la Jupiler League, le championnat écossais n'a pas été des plus palpitants. Si son vainqueur n'est pas encore connu, il pourrait l'être ce week-end lors du déplacement des Rangers à Edimbourg où ils rencontreront Hibernians. En effet, le club protestant de Glasgow compte 11 points d'avance sur son grand rival, le Celtic, et une victoire lors de la 35e journée enrichirait le club d'un 53e titre (record européen en la matière, avec un premier titre empoché en 1891). Le 4 mai, il est donc très vraisemblable que les Gers viendront narguer le Celtic lors du dernier Old Firm de la saison avec un deuxième sacre de suite et une Coupe de la Ligue également conquise cette année. Les Bhoys disputent, eux, une saison noire puisque c'est la première fois depuis 2003 qu'ils termineront la saison sans trophée. Aux Rangers, malgré ce nouveau titre, tout n'est pas rose. La saison européenne fut un flop total après avoir fermé la marche de sa poule en Ligue des Champions qui comprenait Séville, Stuttgart et Urziceni. Des résultats qui ont mis en lumière la faiblesse du foot écossais sur la scène européenne. Aujourd'hui, seul le coach mythique et ex sélectionneur de la Tartan Army, Walter Smith, vainqueur de sept titres d'affilée dans les années 90, rappelle cette glorieuse époque où le club de Glasgow faisait trembler les cadors du continent dans son antre d'Ibrox. Depuis plusieurs années, les Rangers n'attirent plus que des seconds couteaux étrangers ; le dernier en date, Jerôme Rothen, arrivé en été et reparti avec son gros contrat au mercato d'hiver vers Ankaraguçu en Turquie. Les Brian Laudrup (actif chez les Rangers entre 1994 et 1998) d'aujourd'hui ne sont plus abordables et le faible attrait du championnat n'aide en rien. Plus grave, le club cherche depuis cette saison un repreneur. Mais il est actuellement marqué à la culotte par la compagnie d'assurances Lloyds, très inquiète de la dette de 31 millions de Livres (environ 35 millions d'euros) qu'a contractée le club ces dernières années. 92 % de ce montant est entre les mains de David Murray, un homme d'affaires écossais, qui a déclaré vouloir se débarrasser de la dette même si les intérêts lui rapportent 1,1 million d'euros par an. Le président des Rangers, Alastair Johnson, n'est en tout cas pas prêt à tout pour éponger le montant puisqu'il vient de refuser un naming (donner le nom d'une marque à un stade en échange d'un sponsoring), voulant garder le mythique nom d'Ibrox pour raisons sentimentales. C'est donc l'équipe qui devrait subir une fameuse lessive afin de combler le gouffre financier. La vente du défenseur central Madjid Bougherra, élu joueur algérien de l'année 2009, contribuerait à remplir les caisses puisque le Barça, West Ham et des formations allemandes le suivraient depuis un petit temps. Le temps d'un week-end (le prochain ?), tous ses soucis devraient être oubliés et la Guinness y jouera son rôle... THOMAS BRICMONT