Il pleut à seaux et le trafic est paralysé sur l'autoroute qui traverse la Ruhr, durant la saison 1997-1998. Nous n'arriverons pas à temps à notre rendez avec Gerd Niebaum, le président du Borussia Dortmund, au stade. Nous devons parler des succès des deux clubs de la région.
...

Il pleut à seaux et le trafic est paralysé sur l'autoroute qui traverse la Ruhr, durant la saison 1997-1998. Nous n'arriverons pas à temps à notre rendez avec Gerd Niebaum, le président du Borussia Dortmund, au stade. Nous devons parler des succès des deux clubs de la région. Subitement, le téléphone sonne. Ottmar Hitzfeld est en ligne. L'Allemand a gagné la Ligue des Champions et deux titres nationaux avec Dortmund, au poste d'entraîneur. Il en est alors le directeur sportif. C'est un peu comme si, de nos jours, José Mourinho ou Pep Guardiola nous téléphonait personnellement. Il présente ses excuses: le rendez-vous avec Niebaum ne peut avoir lieu, car il doit faire face à une urgence. Poliment, Hitzfeld s'enquiert: "Cela vous gênerait-il si je remplaçais le président?" Quand nous avions pris rendez-vous pour ce reportage, nous pensions qu'Hitzfeld serait surchargé de demandes et inaccessible. Nous nous étions donc rabattus sur le président, qui devrait être heureux d'avoir la parole, pour une fois. Une demi-heure plus tard, nous prenons place dans le vaste bureau d'Ottmar Hitzfeld, qui sert lui-même le café et prend gentiment tout son temps pour répondre à nos questions. À l'issue de l'interview, il nous remercie encore de notre compréhension, suite au contretemps de Niebaum. Fin juillet 2001, nous sommes une fois de plus à Dortmund quand nous croisons par hasard une vieille connaissance: Lothar Emmerich. L'ancien meilleur buteur de Dortmund, qui s'est produit pour le Beerschot de 1969 à 1972 et a également été sacré meilleur réalisateur de notre championnat, s'est occupé des relations avec les supporters du Borussia jusqu'à son décès. Cette fois, nous avons rendez-vous avec Jan Koller. À l'issue de l'entraînement, il se présente à l'heure convenue, ponctuel. Anderlecht vient de vendre l'attaquant tchèque de 2m02 au club allemand, pour 10,5 millions d'euros. Jusqu'au transfert à Hambourg de Vincent Kompany en 2006, il est resté le coup le plus juteux du Sporting. Actuellement, il est neuvième au classement des transferts sortants les plus chers. C'est une affaire, car les Mauves l'ont acquis pour trois millions à Lokeren en 1999. Le club waeslandien avait acheté deux joueurs au Sparta Prague trois ans plus tôt: Vaclav Budka et Roman Vonasek. Ce dernier avait signalé, en passant, la présence en réserves d'un avant qui ne coûtait quasiment rien. Après un test, Koller avait reçu un contrat plancher à Lokeren, mais cinq ans plus tard, il était le transfert entrant le plus cher de Bundesliga après le Brésilien Márcio Amoroso, que Parme avait vendu à Dortmund pour 25 millions. Le Club Bruges conserve également de bons souvenirs de Dortmund depuis le 9 décembre 1987 et leur première rencontre - exception faite des Mâtines brugeoises, auxquelles Dortmund avait été invité. Malgré la défaite 3-0 à l'aller, plusieurs heures avant le coup d'envoi du match retour, les supporters sont déjà massés dans les tribunes debout, dans le froid. "Nous avons senti qu'un miracle était possible", a déclaré Leo Van der Elst à propos de cette soirée. Le Club était allé au vert à Knokke. "Dans le bus qui nous amenait au stade, nous écoutions la radio et j'ai entendu le légendaire reporter Jan Wauters prédire: - Ça pourrait être la soirée de Leo Van der Elst. J'étais ultra motivé. Je me suis juré de montrer ce dont j'étais capable. Tout le noyau a pris confiance. Nous étions bourrés d'adrénaline. Il faisait terriblement froid ce soir-là, mais nous avons tous joué en manches courtes." Après nonante minutes, le score était de 3-0 et le Club s'est imposé durant les prolongations. En 2003, Dortmund a perdu à Bruges le match aller du dernier tour préliminaire (2-1) pour la phase de poules de Ligue des Champions, mais il a gagné le retour sur le même score, aux prolongations. Le gardien brugeois Tomislav Butina a été le héros des tirs au but qui ont suivi.