Que ça fait du bien de revoir le Druide ! Et je ne pense pas être le seul à trouver sympa le retour de Daniel Leclercq aux commandes de Lens. Depuis qu'il chapeaute Jean-Pierre Papin dans son rôle d'entraîneur, les Sang et Or ont redressé le tir : trois succès et un nul. Pas mal pour celui qui fut champion de France en 1998 mais aussi entraîneur à... La Louvière.
...

Que ça fait du bien de revoir le Druide ! Et je ne pense pas être le seul à trouver sympa le retour de Daniel Leclercq aux commandes de Lens. Depuis qu'il chapeaute Jean-Pierre Papin dans son rôle d'entraîneur, les Sang et Or ont redressé le tir : trois succès et un nul. Pas mal pour celui qui fut champion de France en 1998 mais aussi entraîneur à... La Louvière. Mercredi dernier, j'ai assisté à la victoire de Lens sur Valenciennes (1-2), qui était jusque-là invaincu, chez lui, à Nungesser. Avant cette rencontre que je commentais en compagnie de Christian Palka pour la radio France Info, j'ai pu converser un bon quart d'heure avec Daniel. Il n'a pas oublié de me saluer d'un " ça va tcho ! " (ça va petit ? en chtimi) comme à chaque fois qu'il me voit. J'aime vraiment bien ce gars. C'est un véritable personnage pour qui j'ai un profond respect. On s'est connu à l'époque où j'étais coordinateur sportif pour Lille et lui commentateur pour Canal+. Il arrivait souvent qu'il reprenne l'avion avec nous pour revenir de déplacement dans le sud. Ce Julos Beaucarne du football est la personne qu'il fallait pour Lens. En peu de temps, il a réussi à remettre de l'ordre dans le vestiaire, ce que JPP, trop gentil, n'arrivait pas à faire. Il est en train d'effacer les traces, ou plutôt le bordel, que Guy Roux avait réussi à foutre dans ce club. C'est un homme à poigne qui ne laisse certainement pas indifférent. Son regard est déjà déstabilisant. On a causé de Luigi Pieroni. Face à VA, il voulait le relancer mais ce fut tout sauf une réussite. Remplacé à la mi-temps, il a pu voir son remplaçant, le jeune et très bon Monnet-Paquet, donner la victoire à ses couleurs. La suite s'annonce malheureusement difficile pour lui à Lens... Après cette rencontre qui se jouait à 18 h 30, j'ai filé à Lille qui recevait Le Mans. J'ai vu un très bon match (victoire du LOSC 3-1) avec des joueurs lillois qui avaient retrouvé leur grinta. Plusieurs joueurs m'ont fait forte impression. Tout d'abord, l'homme du match, Rio Mavuba. L'ex-Bordelais, revenu d'une expérience peu fructueuse à Villarreal, a tout bouffé. Quel joueur ! Dans un même registre, Yohan Cabaye m'a également plu. C'est un véritable chien qui ne lâche rien pendant un match. Toujours dans mes satisfactions, le Suisse Stéphan Lichtsteiner. Ce back replacé dans le milieu face aux Manceaux devrait faire parler de lui à l'EURO. Costaud, élégant et jeune de surcroît, il a énormément de qualités. En ce qui concerne la rencontre en général, je me suis régalé ! On a beau critiquer la L1, moi j'aime bien me rendre dans le Nord et suivre les matches de leurs trois représentants. Au-delà du jeu, il y a aussi une vraie convivialité, qu'on retrouve trop peu chez nous. A Valenciennes, par exemple, j'ai été frappé par le nombre d'enfants et de mamans qui se rendent au stade. C'est la fête au village : tout le monde mange son pain-frites dans l'enceinte et n'hésite pas à en filer à son voisin d'à côté, comme ce type que je ne connaissais pas qui par deux fois m'a proposé de piocher dans son cornet. Vraiment sympa. Moins sympa par contre, ce sont les deux rencontres aux Pays-Bas que je me suis farcies. Et pourtant, je suis un défenseur de la Eredivisie. Vendredi, j'ai assisté à la nouvelle déroute (3-0) de l'AZ qui se rendait chez Christophe Grégoire, à Willem II. Ce dernier a fait un bon match malgré un positionnement surprenant. Placé sur la gauche au milieu dans un 4-3-3, il n'a pas pu exploiter ses qualités au mieux. En face, j'ai vu un Sébastien Pocognoli appliqué, mais qui a sombré en même temps que son équipe. Seule lueur dans la grisaille, Moussa Dembelé. Quelle classe ! Il sait tout faire : Louis van Gaal l'a placé à un moment du match en numéro 10 et il s'est parfaitement tiré d'affaire. Excellent dribleur, costaud, belle vision du jeu, je crois qu'on détient là le plus grand talent du football belge. Pas étonnant qu'il était suivi face à Willem II par des émissaires de Lyon. Le lendemain, je me suis rendu à Kerkrade pour voir un affligeant Roda-Nac Breda (0-2). J'ai cru à un moment assister à un match du Brussels, tellement c'était mauvais. Les 22 acteurs étaient, il est vrai, bien aidés par l'arbitrage. On critique le nôtre ; fallait voir samedi et la réaction du public pour comprendre que ce n'est pas toujours mieux ailleurs. Rayon Belges : Roland Lamah fut invisible, tout comme Jeanvion Yulu-Matondo. Par contre, Cheick Tioté était, lui, excellent. Le voilà, le fameux box-to-box qu'Anderlecht cherchait tant. En parlant des Mauves, j'ai été les voir dimanche à Lokeren pour les besoins du Studio 1 de lundi. Faut être crédible quand on tape du poing sur la table... par stéphane pauwels - PROPOS RECUEILLIS PAR THOMAS BRICMONT