" Ce sont les billets les plus convoités de l'industrie du sport. Ils donnent droit aux meilleurs sièges pour apprécier le plus beau tennis du monde tout en vous permettant de faire partie du cercle exclusif des influencers de toutes branches. "
...

" Ce sont les billets les plus convoités de l'industrie du sport. Ils donnent droit aux meilleurs sièges pour apprécier le plus beau tennis du monde tout en vous permettant de faire partie du cercle exclusif des influencers de toutes branches. " Il faut reconnaître que Claire Estelle Bertrand, marketing manager du Wimbledon Debenture Holders, fait de son mieux pour vanter son produit. Les debentures, des obligations de cinq ans, permettent depuis 1920 de financer les travaux d'entretien et de rénovation de l'All England Lawn Tennis and Croquet Club (AELTC). A l'époque, on avait ainsi récolté l'équivalent de 117.000 euros, un montant qui vaut 5,2 millions près d'un siècle plus tard, tout ça pour un siège à côté du Royal Box. Le club espère récolter 203 millions grâce à la vente de 2.520 debentures pour la période 2021-2025, soit un peu plus de 116.000 euros par obligation. Pour ce prix, le club garantit un accueil unique à l'entrée principale et un accès au Champions' Room et au Courtside Restaurant, où, avec un peu de chance, on peut partager la table de chanteurs et d'acteurs. C'est unique mais les debentures représentent surtout un big business. " Comme les billets peuvent être revendus par jour ou pour la totalité du tournoi, sans limite, ils constituent avant tout un bon investissement. Des sociétés les achètent pour offrir ensuite ces billets exclusifs journée par journée. Des billets à 5.735 euros sont déjà disponibles pour la finale messieurs ", a confié un négociant au quotidien The Guardian. " La demande est énorme, d'autant que certains acheteurs ont pu tripler la valeur de leurs obligations en l'espace de cinq ans. " La demande étant énorme, le nombre de billets réservés aux amateurs normaux de tennis, prêts à faire la file au guichet ou à participer au tirage au sort, est de plus en plus limité : à peine 53,5% des 15.000 billets disponibles pour le Centre Court.