Jamais encore Eupen n'avait été aussi proche de son objectif en janvier : assurer son maintien le plus vite possible. Il a engrangé 25 points en 21 journées contre seize l'année passée et vingt il y a deux ans. C'est d'autant plus brillant qu'après quatre journées, Eupen n'avait pas encore un seul point.
...

Jamais encore Eupen n'avait été aussi proche de son objectif en janvier : assurer son maintien le plus vite possible. Il a engrangé 25 points en 21 journées contre seize l'année passée et vingt il y a deux ans. C'est d'autant plus brillant qu'après quatre journées, Eupen n'avait pas encore un seul point. Les joueurs transférés après le début du championnat ont apporté un plus. Quatre des cinq ( Marreh, Bushiri, Pouraliganji, Fall) sont quasiment titulaires, même si Makélélé peut faire tourner son équipe plus aisément, grâce à cette injection de qualité. Trois joueurs sont systématiquement alignés : le gardien Van Crombrugge, le capitaine Luis Garcia et l'avant Toyokawa, le héros du match pour le maintien, lors de l'ultime journée, la saison passée. Eupen peut s'estimer heureux que Van Crombrugge, qui progresse de saison en saison, ne soit pas parti en été. Garcia est l'omniprésent et irremplaçable moteur de l'équipe mais aussi celui qui présente les meilleures statistiques (sept buts et trois assists). L'équipe prend plus de points, encaisse moins de buts mais trouve aussi moins souvent le chemin des filets. Parmi les talents Aspire à tenir à l'oeil, les médians Amani et Ocansey sont irréguliers. Il faut suivre Gnaka, arrivé il y a un an et excellent cette saison à l'arrière gauche. Makalélé ne dédaigne pas les talents belges, comme il l'a prouvé en accordant sa confiance au jeune défenseur central Bushiri (19, ex-Ostende) et à Castro-Montes (21, ex-STVV), récemment reconverti du milieu offensif à l'arrière droit.