C'était une image symbolique, le jour de reprise des entraînements au Sportpark De Schorre : il y avait plus de supporters et de photographes que les autres années, d'une part, mais surtout, à côté du terrain, une vieille machine à laver et un séchoir étaient mis en vente. On prend congé d'anciens partenaires en toute convivialité. Erik et Mia, le couple de concierges, l'avaient déjà remarqué : " Beaucoup de choses ont changé. "
...

C'était une image symbolique, le jour de reprise des entraînements au Sportpark De Schorre : il y avait plus de supporters et de photographes que les autres années, d'une part, mais surtout, à côté du terrain, une vieille machine à laver et un séchoir étaient mis en vente. On prend congé d'anciens partenaires en toute convivialité. Erik et Mia, le couple de concierges, l'avaient déjà remarqué : " Beaucoup de choses ont changé. " Le nombre d'entraînements a été accru. Chaque jour, le petit déjeuner et le déjeuner se prennent obligatoirement au club. La liste des amendes s'est allongée : celui qui laisse traîner une bouteille doit verser cinq euros. Les consignes sont strictes : " Ce groupe doit pouvoir faire mieux qu'une 10e place ", estime le nouveau T1, Yves Vanderhaeghe. Des internationaux africains (Andile Jali, Didier Ovono, Knowledge Musona et le nouveau venu Gohi Bi Cyriac), un milieu de terrain français qui avait été vendu par Zulte Waregem au Standard pour un million d'euros il y a cinq ans (Franck Berrier), un Brésilien gaucher qui a porté jadis le maillot d'Anderlecht (Fernando Canesin)... Vanderhaeghe ne se satisfera pas d'une place anonyme dans la colonne de droite. Les joueurs avaient reçu un programme qu'ils étaient censés respecter pendant la trêve, mais après neuf entraînements en première semaine et un match amical gagné 0-4 à Oudenburg, l'entraîneur éprouvait un sentiment mitigé. " Je pensais que certains joueurs ramaient un peu à contre-courant, mais je ne peux rien leur reprocher en matière d'engagement. Simplement : je ne suis pas amplement satisfait des paramètres physiques enregistrés lors des tests. Certains peuvent faire mieux. Un footballeur professionnel doit être en condition optimale. " Le T1 prend exemple sur son cas personnel. " Pendant les vacances, j'en faisais plus qu'il n'en fallait. Je faisais du sport tous les jours, parfois deux fois par jour. Et c'est toujours le cas aujourd'hui. " Une nouvelle dynamique s'est enclenchée et Vanderhaeghe s'en réjouit. " Une tribune new look la saison prochaine, un président qui se coupe en quatre pour le club, Luc Devroe qui cherche encore des renforts, l'équipe commerciale de Patrick Orlans qui tourne à plein régime... " Vanderhaeghe n'a qu'à demander, d'autres se chargent de lui donner satisfaction. " La nourriture est bonne, les vestiaires sont spacieux, il y a un tableau de fléchettes et un football de table. Bientôt, Telenet et internet seront accessibles dans la salle des joueurs. A côté du parking, au complexe d'entraînement, un terrain n'est pas utilisé. Pourquoi ne pourrions-nous pas y aménager des petits terrains destinés au tennis-football ? Les pros, mais aussi les jeunes, pourraient y parfaire leur technique. J'aimerais aussi une salle de revalidation plus spacieuse, plus de place pour stocker les équipements... ". Mais, le T1 en est conscient : " Le plus important reste ce qui se passe sur le terrain le week-end. " Il y a deux saisons, Ostende avait débuté en D1 avec un budget de 4,3 millions. L'an passé, ce budget avait été quasiment doublé pour passer à 8,5 millions. Cette saison, le club espérait atteindre les 10 millions d'euros. " Nous les avons déjà dépassés ", affirme le directeur sportif LucDevroe. " Nous frôlons les 11 millions. " Grâce, notamment, aux VérandasWillems, qui étaient partenaires commerciaux dans le passé et qui sont devenus sponsor principal pour trois saisons. Les ambitions sont donc revues à la hausse. De " ne jamais se retrouver en position de menacé ", qui était l'objectif de la saison dernière, on est passé à " une place dans la colonne de gauche ". Certains pensent que cette ambition est encore trop modeste. Faut-il viser les PO1 ? Devroe : " C'est l'objectif du Racing Genk, et Malines, Lokeren et Zulte Waregem l'ambitionnent aussi, les places seront donc chères. " Va pour le Top 8, donc. C'est aussi l'avis de Vanderhaeghe, qui avait disputé les PO1 avec Courtrai la saison dernière et qui a pu emmener avec lui tout son staff technique (Patrick Deman, Adnan Custovic et Gino Caen). " Certes, nous sommes ambitieux. Je ne suis pas venu à Ostende pour me prélasser sur la plage. Mais j'aurai besoin de temps pour habituer les joueurs à mes principe. " Car, selon lui : " L'effectif actuel n'est pas suffisamment équilibré. Beaucoup d'attaquants et de milieux de de terrain, trop peu de défenseurs. " Devroe s'est aussitôt mis au travail : deux jours plus tard, Fabien Antunes, un jeune Français de 23 ans qui a été élu joueur le plus méritant de Virton, a débarqué à la Côte. Un concurrent pour Jordan Lukaku. Le T1 souhaitait aussi un défenseur central supplémentaire. " Une certitude. " Genre Benoît Poulain, avec qui il avait travaillé l'an passé au stade des Eperons d'Or. " Une vraie mentalité de vainqueur, un bon footballeur, très professionnel, qui connaît le système sur le bout des doigts. Le genre de joueur que tout entraîneur aimerait avoir. " Mais : " Inabordable financièrement. " Les moyens ne sont donc pas illimités à la Côte. Une nouvelle piste a donc été explorée. Rozehnal, qui a joué au Club Bruges, au PSG, à Newcastle, à la Lazio, à Hambourg et (cinq ans) à Lille. Un bon choix ? L'avenir l'apprendra. Ces deux dernières saisons, il n'a joué que la moitié des rencontres et il a fêté ses 35 ans au début de ce mois... En attendant l'arrivée d'un attaquant de pointe - style IvanSantini ou IgorDeCamargo - il faudra s'adapter. " Grâce à Fred Vanderbiest, Ostende joue désormais en D1. C'est maintenant à moi qu'il revient de faire franchir un nouveau palier au club. Mais je suis patient. C'est comme à l'école : le professeur essaie aussi d'apprendre quelque chose aux élèves ", conclut Vanderhaeghe. PAR CHRIS TETAERT