Le transfert de Silvio Proto à Anderlecht fut incontestablement le feuilleton de l'été dans le monde du football belge. Au moment d'écrire mon article, jour de fête nationale, le gardien louviérois a trouvé un accord avec la direction mauve quant aux conditions de son contrat. Les deux clubs doivent encore s'arranger mais tout porte à croire que le nouvel international jouera bien à domicile lors de la première journée du championnat, qui, effet du hasard, a programmé un certain Anderlecht-La Louvière.
...

Le transfert de Silvio Proto à Anderlecht fut incontestablement le feuilleton de l'été dans le monde du football belge. Au moment d'écrire mon article, jour de fête nationale, le gardien louviérois a trouvé un accord avec la direction mauve quant aux conditions de son contrat. Les deux clubs doivent encore s'arranger mais tout porte à croire que le nouvel international jouera bien à domicile lors de la première journée du championnat, qui, effet du hasard, a programmé un certain Anderlecht-La Louvière. J'ai beau chercher au plus profond de ma mémoire, je ne me souviens pas d'un footballeur évoluant dans un club de milieu de classement de notre compétition qui ne parvient pas à s'accorder sur les modalités financières de son contrat. Et dans le cas qui nous occupe, il s'agit de plus d'un jeune joueur ne gagnant pas des sommes mirobolantes dans son ex-club. L'argent, dans le foot actuel, prend de plus en plus d'importance et il est de plus en plus fréquent que des joueurs privilégient l'aspect financier à la qualité de vie. De nos jours, même au niveau amateur, les joueurs choisissent souvent le pognon par rapport au défi sportif. Chaque année, de nombreux joueurs mangent leur parole parce qu'en dernière minute, ils reçoivent une proposition plus lucrative. Cédric Roussel (avec son transfert en Russie) et Didier Ernst (qui avait refusé les conditions proposées par le Standard) peuvent certainement en témoigner. Il eut été dommage que Silvio passe à côté de la progression sportive idéale par gourmandise financière. Finalement, il aura bien fait d'être patient puisqu'il est parvenu à faire plier la direction mauve, qui avait pourtant déclaré que les chiffres du contrat proposé il y a quelques semaines ne changeraient plus. Mais du côté de Saint-Guidon, on est suffisamment compétent pour se rendre compte que, la saison dernière, les derniers remparts sont en partie responsables de la perte du titre. Le troisième gardien qui termine le championnat (de manière plus probante que les deux précédents) dans un club de ce niveau est un fait extrêmement rare. Et quand on voit que l'ex-international Tristan Peersman devient quatrième gardien, on se dit qu'il était vraiment urgent au stade Constant Vanden Stock d'engager un keeper fiable. Il faut évidemment se méfier des chiffres cités dans les journaux mais si ceux-ci se rapprochent de la vérité, je me dis qu'on tombe presque dans la démesure. Comme on offre maintenant des gros salaires à des joueurs moyens de D1, il ne faut donc pas s'étonner que beaucoup de clubs éprouvent énormément de difficultés à boucler leur budget. Quant à Silvio, il a toutes les qualités pour réussir même s'il devra s'accommoder à l'énorme pression bruxelloise qu'il n'a pas encore connue jusqu'ici. Bonne chance à toi. nÉtienne DelangreDe nos jours, MêME AU NIVEAU AMATEUR, les joueurs choisissent souvent le pognon par rapport au défi sportif.