Aruna Dindane n'a pas amélioré ses stats
...

Aruna Dindane n'a pas amélioré ses stats"C'est vrai que, cités comme cela, ces chiffres n'ont rien de drôle. Et j'admets que je devrais marquer davantage, d'autant que je me crée plus d'occasions que la saison dernière car j'évolue dans un rôle plus libre, où je dois moins défendre. Mais tout cela ne m'empêche pas de dormir dans la mesure où je fais partie d'un collectif qui tourne bien. On parle plus de Kone que de moi? Tant mieux pour lui! C'est un compatriote et nous sommes désormais deux à porter haut les couleurs de la Côte d'Ivoire. Et Anderlecht n'a pas de véritable buteur? Oui mais il est deuxième du championnat. Et finalement, c'est tout ce qui m'intéresse: être utile à l'équipe. C'est bien plus important que le jugement que les gens portent sur base des seuls chiffres. Je ne peux bien sûr pas nier l'évidence et je dois trouver une solution à ce nombre d'occasions manquées. Mon début de saison a été très difficile avec cette suspension de six matches, presque aussitôt suivie d'une autre de deux rencontres. Je me suis entraîné avec la même motivation mais l'effet n'était pas le même et il était inévitable que je me sente un peu à l'écart du groupe. Maintenant, je suis bien revenu dans le coup, tout le monde dit que je suis à nouveau dangereux. Seulement, c'est vrai, je ne marque pas. Peut-être que je manque encore un peu trop de sang-froid devant le but. Mais je ne me prends pas la tête pour autant, je ne suis pas du genre à me tracasser si je joue cinq ou six matches sans marquer. Il faut savoir tourner la page, même si je dois bien admettre que, d'un point de vue individuel, cette saison n'est pas aussi bonne que l'exercice précédent".Harold Meyssen et les nombreux gauchers"Non! Tout est très différent cette fois-ci car c'est surtout le début de championnat manqué qui nous a coûté cher. Le bilan d'un point sur 21 nous a obligés à entamer une course-poursuite et nous sommes bien revenus dans le parcours grâce à dix bons matches mais le trou était déjà fait et nous n'avions plus droit à l'erreur. Finalement, après la trêve, nous n'avons qu'un seul gros regret: notre élimination en coupe contre La Louvière, après avoir gagné 3-1 à l'aller. Et la situation de Lommel ne fait encore qu'aviver notre amertume puisque ce club n'est même pas encore certain de pouvoir disputer la demi-finale contre les Loups. A partir de cette élimination, j'ai bien compris que la saison allait se traîner en longueur, même s'il me semble qu'il y a heureusement moins de laisser aller que l'année dernière à la même époque. Nos supporters ne nous pardonneraient plus si nous ne nous battions pas pour chaque point. Le groupe est plus concerné, notamment les jeunes qui se voient offrir une chance alors que, l'an dernier, on avait fait revenir Genaux et Spehar. Le Standard perd encore beaucoup de temps pour reconstruire son équipe. Nous avions fondé beaucoup d'espoirs dans un entraîneur expérimenté mais il sortait de la Coupe du Monde et n'avait pas eu le temps de bien connaître les joueurs à sa disposition. Nous avons donc encore dû transférer pour compléter l'équipe mais le mal était déjà fait. Personnellement, j'ai eu la certitude dès ce moment-là qu'on ne comptait plus trop sur moi à Sclessin, ce que j'avais déjà senti en fin de saison dernière. Sinon, pourquoi aurait-on encore fait venir deux gauchers en plus de Vandooren, Dragutinovic, Walem et moi, sans parler d'Oussalah? Cela fait donc des mois que je traîne sur le banc et je suppose que je ne jouerai plus beaucoup car le Standard prépare déjà la saison prochaine. De plus, je me suis blessé alors que je revenais bien dans le coup après le match à Bruges. C'est très dur à vivre car je suis persuadé d'avoir encore suffisamment de qualités pour jouer en D1. Les offres ne manquent pas mais je reste calme, je ne veux pas prendre de décision précipitée". Gordan Vidovic ne regrette pas d'avoir resigné( ilgrimace). "Si seulement je savais pourquoi, je suppose que le problème serait déjà résolu. Nous ne jouons plus avec deux médians défensifs, c'est vrai. Mais nous avons entamé le championnat de la sorte et nous n'avons pas perdu pendant 15 matches. J'ai l'impression que toutes les explications qu'on nous jette à la figure sont bidon, qu'elles ne relèvent pas d'une analyse en profondeur. La défense est lente? On dit cela chaque année depuis que je suis là. Je n'ai pourtant pas l'impression d'être plus lent ou plus rapide qu'avant. Il est vrai que trois de nos défenseurs sont des joueurs du même type mais je ne sais pas non plus si cela joue un véritable rôle. Quand on perd, on critique tout, même le coach. Il est différent de Broos, c'est sûr: moins conservateur, que ce soit du point de vue technique ou des méthodes de travail. Il est plus proche de Leekens, avec qui on voit qu'il a beaucoup travaillé. Ses entraînements avec ballon sont très intéressants, même s'il faut se donner à fond physiquement. Et il tente de pratiquer un football offensif. On n'a pas suffisamment de talent pour cela? Nous avons surtout beaucoup de blessés. Nous avons joué trois matches successifs avec un jeune en pointe. Si on donnait un ballon devant, il revenait aussi vite. Même moi, j'ai dû aller jouer à l'attaque à plusieurs reprises. Je ne regrette cependant pas d'avoir resigné: je ne m'attendais tout de même pas à disputer la Ligue des Champions non plus. Il ne faut pas oublier que l'équipe a été rajeunie. Maintenant, je suis un des vieux. Cela aussi, on le dit assez souvent. Heureusement, je n'ai jamais fait trop attention à tout ce qu'on racontait sur mon compte car cela fait des années que ça dure. Et je me battrai jusqu'au bout". Patrice Sintzen